La peur du changement (...) Tu ne recherches que les actes qui n'attirent pas de punition.

Publié le par imagiter.over-blog.com

5482719932_737844c0eb.jpg

"Croire au progrès ne signifie pas croire qu'un progrès ait déjà eu lieu. Cela ne serait pas une croyance - Le progrès n'a jamais encore eu lieu, sinon pourquoi y croire", prévenait Franz Kafka dans les huit cahiers in-octavo"(...)

 

--- Mais enfin seul qui passe dans les medias a de l'influence. Ce qui ne va pas à la télé n'est pas réel tout simplement. La télé donne la vie, vraie vie ; c'est la maman, délirait à plein…(...)En effet, ce n'est pas en ne s'aveuglant que sur du connu, du déjà fait, déjà dit et redit que l'on peut trouver du nouveau : apparemment, les têtes se contentent de cette incongruité logique. Le changement se voit, ainsi, évacué de lui-même, coquille vide avec décoration d'un dessin, signifié sans signifiant, sans référent même. (...)

 

Sur le chemin, si un se trompe et impose son choix aux deux autres, quoiqu'il arrive, ils s'y retrouvent toujours. Sur le chemin, si deux affirment avoir raison et que le troisième abandonne son opinion ; pour ces trois, tout est définitivement perdu. Sur le chemin, un des trois doit(...)maintenir, contre vents et marées, son opinion contre les deux autres.

 

La démocratie sera, justement, que le troisième maintienne son opinion contre les deux autres. Et non l'inverse. (...)La démocratie ce n'est pas la loi du nombre mais bien que le nombre n'impose pas sa loi. L'écrivain minorité absolue, si facile à censurer, dissimuler, et pour cela les spectacles politiques, médiatiques, voire musicaux ont cravaché des millions contre un, pour y parvenir. Minorité absolue, l'indice du COMMENCEMENT de la démocratie sera donc sa reconnaissance. (...)

 

Et je marche dans le jour comme les trottoirs élargissent la rue. Je suis la flaque qui reflète tant d'ignorée beauté que terne est la vitrine à travers laquelle était admiré l'objet, je suis la flaqe qui mire tant d'insoupçonnée bonté, que le pied inconscient et ignorant vient me salir. (...) La découverte de l'Amérique est ce sens unique, qui obtient tout le sens, qui prétend embrasser toute la surface de sens disponible…(...)mais ne peut supporter la moindre question sans s'effondrer : "la découverte de l'Amérique", oui mais pour qui? de quel recoin parlez-vous ? le monde entier? de la petitesse de vos préjugés? si nous avions découvert l'Amérique eux qu'ont-ils découverts? l'horreur? ne sont-ils pas plus universels que nous? Pour la pensée à sens unique le regard de l'Autre est impossible. (...)

 

"Tu ne recherches que les actes qui n'attirent pas de punition. Comment espères-tu, par ce seul moyen, amender le prince en ne t'occupant que de ton propre esprit?" (Tchouang Tseu) (...)

 

Autant dire que c’est faire semblant que de ne pas clamer très haut ta liberté. Pas d’autre moyen d’achever le segment historique du capitalisme que d’être plus grand que lui. Ses trop inéquitables répressions signent qu’il ADMET lui-même avoir tort. Et n’agit, donc, ne parle, n’écrit, ne bouge, ne se posture que toujours plus petitement…Son temps est fini – il le sait . Mais personne ne lui a appris à passer…

 

A autre chose !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article