Le trop riche et le trop pauvre juxtaposés = fin du capitalisme ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

188654623_48b2bbc54b.jpg

Alors que sa déshonorée propagande osait que lui seul peut diminuer les inégalités et abolir toute pauvreté – parce que le capitalisme c'est la meilleure allocation des richesses collectives, que les profits exagérés c'est de la vraie croissance qu'il va  évidemment, répartir entre tous, etc trop écœurés etc. – nous aboutissons, concrètement, à quoi ?

 

Du trop riche et du trop pauvre !!! De l'extrémisme et de l'exagération en tout !!!

 

Impossible d'oser que c'est à cause "du manque de pédagogie", des manifestants, des banlieues, des utopies, de l'intelligence, de la générosité, de l'art, de l'irréalisme du socialisme réel, de ce que les pauvres coûteraient trop cher (puisque, institutionnellement, la société vit sur leur dos)… etc - qui provoquent ces résultats si opposés à la propagande !!! Ce sont les aboutissements clairs et nets, à nul autre attribuable, de ses actions réelles au capitalisme sans tête !!! Lui seul est disqualifié par rapport à ses paranoïaques mégalomanies…comment se fait-il qu'il n'aboutisse toujours qu'à l'inverse de ce qu'il dit ? Sa confusion mentale a-t-elle une limite ? Sa folie est-elle guérissable ?

 

Le marché c’est le contraire précis de l’équilibre. Du pondéré, du sensé, de la stabilité, de l'assurance, du rationnel et du raisonnable. Il est devenu manchot de sa main invisible. Livré à lui-même, il ne sait pas ce qu’il fait et cela tourne au n’importe quoi. Gaspillages partout et efficacité nulle part. La pire allocation des richesses collectives c’est lui : il prend trop d’un côté et retire infiniment déraisonnablement de l’autre…

 

Il ne sait rien de ce qu'un adulte sait…son sempiternel infantilisme a assez duré…  e concept devient lumineux : Lorsque la Bourse est absente de la Société c'est la prospérité !!! Toutes les Trente Glorieuses l'attestent : la chance de l'éloignement de la Bourse, et de son chaos irrationnel qui déséquilibre tout - a joué à plein…période de plans pluriannuels, de programme de longue duré, d'engagements respectés des partenaires du contrat social…

 

Clair qu'un "court-termisme" permanent dessine, outre un aveuglement, un rétrécissement, une barbarie mentale faite d'automatismes simplistes, etc…un état constat d'imprévoyance, d'aventurisme, d'irréflexion, de précipitation, d'imprudence, d'étourderie que seuls des plans bien costauds pourraient corriger…

 

Eh oui !  les Trente Glorieuses c'est parce qu'il y avaient des plans !!! et les crises permanentes et reconduites depuis 1975 c'est parce qu'il n'y en plus aucun !!! La coïncidence est trop parlante et perce d'évidences !!! Le néolibéralisme c'est de la gadoue irrationnelle de n'importe quoi !!!

 

Ne vivant que dans les déséquilibres, mentaux sociaux, affectifs et rationnels – il bute sur tout désormais…

Tout est mécanisé et automatisé dans ses réactions réduites à des inputs type commutateur électrique, in out, ouvert fermé, passe ne passe pas, etc…bref, ce qui définissait l'anthropologie de l'instrumentalisation fasciste – preuve, s'il en est, qu'il n'y a aucune pensée derrière le néolibéralisme…ou qu'elle reste très inavouable !!!

 

Crises – eh bien c'est quoi le tic ? la rengaine revient sans sourciller "on va faire payer les pauvres"…ça peut se prolonger en un plus nouveau "on va spolier les classes moyennes", oui oui quitte à ruiner quelques pays (ah bon! Ce n'est pas ce qui se passe actuellement ? )…qui voudrait s'opposer à nos exactions, eh bien! nous allons donner "des ordres " aux politiques afin de criminaliser et de pénaliser la pauvreté, les mouvements sociaux et la solidarité… Eu lieu de se tourner sur nos activités, de vérifier l'énorme part de nos nuisances, de nous mettre nous (et pas les pauvres !) à la rigueur, de n'avoir besoin d'aucune "règle d'or" pour tenir un budget (preuve que nous l'avons intériorisé et n'avons besoin d'aucune de ces disqualifiantes "béquilles" pour y parvenir), quitte, oui oui à pénaliser les trop riches qui dépasserait les bornes…non non – à la place, peu de gestes de robots (les états remboursent toutes nos catastrophes et nous recommençons en pire mais les états interviennent trop, les pauvres paient tout mais ils sont trop assistés…et autres rémanences délirantes…

 

Ecologie – oh là alors ! on va juste grossir la ficelle…oui oui ce sont des fanatiques qui "veulent" l'apocalypse. Toujours la même puérilité : on n'en parle pas ça n'existe pas !!! c'est sûr que défendre l'environnement c'est "ne pas" le défendre, lui nuire au maximum, en un mot oui le polluer…et autre perversions qui, ouf de chez ouf, font vraiment rire désormais…opération Bruckner big échec…en effet, par le jeu des anticipations, la remise en cause de l’hypothèse du marché illimité touche aux fondements de la puérilité capitaliste et percute l’évolution des taux de profits de plein fouet. Le capitalisme c'est pas sérieux du tout, la vraie écologie oui !!!

 

Economie - Le fait que le néolibéralisme veuille se démarquer du libéralisme en le qualifiant de "mystique libérale" se retourne contre lui…la Bourse pris en flagrant délit de grand banditisme, oui oui, pas moins que "le casse du siècle" – The long shorting – de Michaël Lewis – aucun gangster n'a réussi un casse aussi prémédité -

Son anti-étatisme d'enfant attardé, à bas l'état mais au secours l'état dans la même phrase ça décrédibilise dur, non ? La Bourse ne crée aucune richesse (0,10 % de création en 100 ans c'est très nettement inférieur à n'importe quelle autre activité, vrai ou faux ?)…La Bourse qui représente tout de même 15 fois le P.I.B. mondial, en moyenne basse – et ne peut exhiber que 2 % d'activités reliées à des biens ou services tangibles et montrables, le reste étant, alors, des "spéculations" – a joué à "l'argent métaphysique" (surgi de nulle part, auto-fécondé par la mana magique des titres boursiers, oui oui plutôt extra-terrestre !) et a plus que perdu…Nul ne peut "ignorer", ainsi recadré, son versant très parasitaire de l'économie réelle. Au point que la simplicité des solutions étonne, la Bourse ne peut se passer de l'économie réelle, elle très bien de la Bourse, tout au contraire. CQFD ?

 

Etc. !!!

 

Ajoutez à ceci les 2 blogs "Néolibéralisme – plus aucun rapport entre théorie et pratiques ? (1) et (2)

                                   …et vous saurez pourquoi le capitalisme ne peut QUE finir !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lejournaldepersonne 16/11/2011 17:59


bonsoir,
tout ceci nous faim de la...fin
obligadöööôô


Jehanne Devautour 16/11/2011 11:38


Ce brave smicard doit se rabattre sur les radis, les courgettes ne sont pas belles! trouver des radis en cette saison devient difficile, ou bien ce sont des radis de serre, bien pauvre en
nutriment, mais toujours autant de fibres purger le porte-monnaie et les tripes. Le jeun, et la purge, n'a jamais fait de mal lorsqu'il est occasionnel, après des goinfreries, c'est un bon moyen
d'éliminer les toxines. Mais obliger les gens a jeûner toute l'année, c'est pour amoindrir leurs forces, leur énergie, et les rendre obsessionnels à la seule nourriture du corps, pour qu'ils
délaissent les nourritures mentales. Affamer le peuple, ça peut vite se retourner contre les cuisiniers, on a vu ce qui est arrivé à Louis XVI, et le chaos qui a suivi avec plein de têtes, bonnes
ou mauvaises, qui sont tombées, sans jugement, sans analyse. Un régime de cette sorte ne va pas nous sortir de cette disette.