Les entreprises transnationales raréfient artificiellement les idées

Publié le par imagiter.over-blog.com

3795341974_e0e0398f6f.jpg

« Mais dans la vie économique, les entreprises gagnent de l’argent en raréfiant artificiellement les idées »**** Eh oui ce sont eux les CENSEURS, les monstres froids, les pisse-vinaigres, les laids anti Top. Les ennemis avoués des génies. La raison ? « pour leur permettre d’IMPOSER une rente monopoliste pendant une durée …»….oui mais « on ne peut enchaîner les idées perpétuellement. »

 

**** (pp 95-96 de Chris Anderson - Free ! entrez dans l’économie du gratuit (ça devrait déjà être fait depuis longtemps !!!) 2009. Oouuuui vous avez bien lu « en raréfiant artificiellement les idées ». Pas très reluisant, trop anti Progrès, traître aux Lumières, très régressif, non démocratique flagrant et sentant fort l’obscurantisme. C'est "ça" que nous vante les médias dominants ? Vaste répulsion !!!  

 

Nous voyons, clairement, se dessiner de nouvelles questions (donc la possibilité d'une régénération sociale). L'intelligence, cette évidence, dont on n'interroge plus la fonction, le rôle, la place (juste le fonctionnement) est, en fait, très combattue, réduite, minorée, simplifiée, cachée, dénaturée, calomniée et censurée. Qui est contre l’intelligence ? Qui sont les barbares de cet obscurantisme ? Qui va se faire niquer par cette attitude la plus farfelue de toute :

 

En illustration voir les dégâts MONSTRUEUX de «The winner takes the market », le gagnant rafle tout. Tout vous croyez ? Un exemple prouve qu’il « rafle » 100 millions de $ mais en fait disparaître 600 millions de $ pour tout le monde (même lui). Fiasco minable ou fausse réussite aveuglée ? Avec une réelle concurrence le marché aurait pu atteindre les 700 millions de $.

 

Oui vous auriez eu une vraie culture, jamais ce ne serait arrivé. Winner takes all c'est le rêve absolu du nihilisme (l'ennemi du genre humain), le L.B.O. supérieur, le levier financier le plus destructeur. Si le marché "libre" (sic) était pour la concurrence vous auriez partage complet des marchés. Là, vous avez, principalement, la destruction de la concurrence et donc le monopole absolu. A ce stade, préférable un Etat ave des monopoles de services publics (et des "régulations")  qu'un "monopole privé" avec "rentes monopolistiques". Winner takes the market c'est "l'aveu" que le capitalisme veut juste prendre la place de l'état et imposer ses monopoles de prix: le reste se montre mesquines fariboles pour hallucinés. Rappelons que G.K. Galbraith avait excellemment esquissé cette hypothèse !!!

 

Grâce à lui, entre autres, nous allons fermement contrer les tentatives de coups d'état de ce privé et lui tirer le tapis de "ses rentes monopolistiques" sous les pieds (seul argument afin de justifier les non légitimes privatisations, rappelons-le que ces monopoles non concurrentiels !). Comment ?

 

" Ce livre, comme souvent les travaux les plus inspirés, fut promptement ignoré " (p 197 – ibid). L'aveu est cinglant (on le sait complètement et on continue à laisser faire, tout comme on n'ignore pas du tout que les génies sont, quasiment tous, refusés par l'édition et que c'est trop rengaine, toujours la même nullité en place, toujours les sempiternels aveuglements, ça fait perdre de 30 à 50 ans à tout le monde!). Qu'aux moins qui le sait relaie l'information, appuie en sens inverse et (dans sa mesure individuelle) eh bien ! en parle très obstinément. Sinon à quoi servent ces phrases "Ce livre, comme souvent les travaux les plus inspirés, fut promptement ignoré" ? Afin de renforcer le droit des médiocres aux pouvoirs de persister ? De leur fourguer une garantie à ces actes stupides (ignorer EXPRES le meilleur!) ? Autres ?

 

Et l'édition bornée de tenir tête à Gilles Deleuze qui, repérant que la télé n'est faite QUE pour les annonceurs, en déduit que les livres ne sont plus écrits QUE pour les diffuseurs. Attitude barbare qui détruit les racines mêmes de la civilisation, installe le fonctionnement collectif dans le regard, étourdiment, tourné vers le passé (ses classifications, ses étiquettes, ses réussites financières, etc) en supposant tellement naïvement, et les cheveux se dressent sur la tête, que le futur serait identique à ce passif passé…Connaître n'est plus que reconnaître, identifier, lire l'étiquette. Et, donc, ce fonctionnement simpliste ne peut que devenir "la stupide machine à exclure les génies". Effectivement, tout est fait pour éjecter les vrais talents (qu'on ne peut "reconnaître" puisque nous ne les "connaissons" pas encore) et ne laisser passer "que" les imitateurs du passé, les médiocres, qui font qu'on préfère lire les blogs plutôt que les livres toujours plus minables…

 

"Ce livre, comme souvent les travaux les plus inspirés, fut promptement ignoré": depuis beaucoup trop de décennies nous savons pourquoi. Ces entreprises qui veulent avoir tous les monopoles de l'état sans être l'état (et ses obligations minimales de redistributions). Et qui provoquent, pour ce but peu recommandable, des pénuries artificielles D'IDEES…Les génies et "les travaux les plus inspirés" sont sources fertiles (et généreuses) de tant d'idées à profusion. La foutaise très toxique, nommée stratégie du guichet, effets de cliquets, création d'une fausse barrière ave canalisation dans un unique passage – veut, explicitement, empêcher la libre circulation des idées.  Par pénurie, restriction, absence, rationnement, démarcation…

 

CES ENTREPRISES S'AVOUENT, de flagrantes façons, LES ENNEMIES FRONTALES de la culture, des savoirs et de l'intelligence. Tout est "avoué", inutile de trop nier !!! "Ce livre, comme souvent les travaux les plus inspirés, fut promptement ignoré." Les "ignorants" (obscurantistes toujours) ne sont donc pas ceux qui ne "savent" pas lire mais bien ceux qui empêchent les autres de lire. Y'a plein de ces "ignorants" (dédain, faire semblant de ne pas voir et savoir, nous la jouer à la staaar) parmi les soi- disant élites. Ayant un comportement si clairement anti- élite (que du mesquin, du piteux et du sordide). LE CAPITALISME C'EST DE LA CENSURE PARTOUT ET DE LA LIBERTE D'ESPRIT NULLE PART. Avec lui, c'est le tout obscurantisme. Une situation qui ressemble sans cesse de plus en plus à 1787- 1788…

 

 Evidemment, ceci ne ressemble pas du tout à la propagande sur le beauuuu commerce, au conte de fées de la main invisible, où tout est, si magiquement, régulé (en étant "dérégulé" - soit hors de toutes règles en français courant), où les prix, pleins d'amour attractif, rencontrent, pile poil, qui la demande qui l'offre…etc et tant et tant de contre- vérités farfelues qui semblent bien les rendre fous. Au point ridicule, qu'ils en ont fait une pensée "unique". Entendez- en juste une bribe "tout le monde peut penser ce qu'il veut mais…il y a les chiffres et les faits ". Pour nous, aussi, les chiffres et les faits comptent résolument et cela fait tant d'années que nous les parcourons de long en large. Oui nous, lisons et écoutons tout, absolument tout, même ce qui nous paraît ne pas aller dans notre sens (eh oui! même pas de "dans notre sens", d'ailleurs – nous n'avons jamais la moindre idée préconçue mais elle se dégage, uniquement, des chiffres et des faits!!!)

 

Alors ?

 

La pensée unique sait tout à l'avance ? Il semble. Une avalanche de chiffres et de faits qui vont contre leurs dogmes SIMPLISTES voient effectivement porte close. Refus de tout débat, cris hystériques contre la "réfutabilité" de Karl Popper (anti-scientificité leur est garantie) et tant d'attitudes qui rendent de moins en moins fréquentable cette pensée de dictature qui vous autorise (sic) à penser ce que vous voulez mais seulement "leur" pensée. Genre gnan gnan gagnant gnan gnan  et le marché par-ci et le marché par-là. Le mot qui évite tous les raisonnements solides. Où les résultats existent avant les causes. Où la réalité est évincée pour ce piteux idéalisme de la main pas visible, genre fantômes et tutti quanti. Actuellement, pas moins de 7 de nos blogs*** ont été voir sur "leur" terrain, avec "leurs" concepts et" leurs" justifications – pas probant du tout. Les têtus totaux semblent bien CONTRE leur idéalisme de farfelus.

 

**** voir le post "Activités des financiers –  comment le pot aux roses s'est installé ?" (7)

 

"Le commerce est au mieux grâce à la concurrence, les prix sont au mieux et toute intervention humaine ne peut que dégrader (idéalisme ahumain !) ce mécanisme parfait, et le client est si bien servi" and so on, continue cette pensée unique qui veut nous faire gober que ce "client" serait la pierre angulaire du système. Tout ne serait fait que POUR lui. Les nounous commerçantes veillent sur son berceau (eh oui ! ce cher "client" n'a jamais rien à dire qu'à subir et obéir – ça commence mal !). Subir, sans broncher, les irruptions (comme des viols) des assauts de pub (ce qui fait douter de la "force naturelle" des produits qui ont besoin de sournois matraquages pour se rendre "nécessaires" – trop dissimulé ce fondement "naturel" d'adéquation du commerce capitaliste aux "besoins"…Les vrais besoins (et les pubs voyous ne créent jamais que de faux besoins ?) seraient suivis à la loupe. Bref, l'idylle complète. Que vient faire DIVORCER de recevoir en pleine gueule "l'arnaque aux accès". Les "faux guichets" créés artificiellement. Là – pas d'ambiguïté possible TOUT EST FAIT CONTRE LE CLIENT. Clairement, pas un pli, pas un doute possible. Si les entreprises ne gagnent de l’argent qu'en raréfiant artificiellement les idées, elles s'avouent les ennemies de tous leurs clients. Le leurre et l'argent du leurre.

 

Elles sont contre la concurrence réelle, cherchent à piquer (sournoisement) la place de l'Etat et à ne vivre que sur leurs "rentes monopolistiques". Sinon pourquoi ces entreprises raréfient artificiellement les idées ? Tous les chiffres et les faits sont là. Les privatisations ont fait augmenté tous les prix. Pas un seul n'a baissé. Leurs "rentes monopolistiques" existent donc bien. Le monopole du privé (but implacable de ) semble bien pire que tout monopole public (lui au moins régulé et pas abusivement fanatisé par les "profits" qui sont des coûts comme les autres – même si l'idéalisme capitaliste le refuse !). Là, le capitalisme commercial se profile mieux comme "l'ennemi structurel" des clients (tous les chiffres et les faits l'avouent): les intérêts divergent trop au point d'en devenir opposés. Nous nous voulons la libre circulation des idées, eux veulent empêcher la libre circulation des idées.

 

Ce que nous n'admettons pas c'est la guerre scandaleuse, sournoise, barbare, régressive, suicidaire que ce commerce TOTALITAIRE veut faire à l'intelligence et aux idées. Comme le prônait le libéralisme, LAISSER- FAIRE et LAISSER- PASSER les idées. Avant tout. Et plus vite que ça. Et ça devrait déjà être fait. Les idées doivent être protégées comme le "bien commun" suprême, la plus vitale des fonctions sociales. La nécessité du retour aux services publics des "biens communs" devient, aujourd'hui, plus implacable que tous les délires de l'idéalisme capitaliste.

 

En bref, il suffit juste d'obliger le capitalisme à observer ses seules prétentions pour qu'il devienne bien l'inverse de son actuel lui-même.

 

L'immobilisme de la plupart n'a plus d'excuses vu le peu de gestes,, le peu d'efforts personnels et le peu de temps que nécessitent le déclenchements des changements complets.

 

                        Traitez mieux les idées que les marchandises.

Les containers font le tour du monde au tour des idées, maintenant.

 

***********************************

EN RENFORTS, Voir aussi de nombreux blogs qui font des reportages (non "reportés" ceux- là !) autour de ces interrogations . Les plus récents sont:

Richesses à consommer ave modération

Plus du tout de mobilité sociale - Les riches veulent-ils détruire la société ?

L'aspérité prospérité.

Donc les trop riches créent des richesses juste en en prenant beaucoup?

Avez vous confiance dans les financiers ?

Puissances de nuisances donc nécessaires nuisances des puissances ?

The winner takes the market , le vainqueur rafle tout

Lorsque pivotent les mentalités: crépuscule de la "psychologie individuelle".

Chacun sa part respective (et donc respectée) – le sommet de la réussite ?

Activités des financiers –  comment le pot aux roses s'est installé ? (7)

Puissances de nuisances donc nécessaires nuisances des puissances ?

NOUVELLES MANIERES D’INTERROGER LE REEL (4) -  Les qualités si qualifiées et les quantités "inqualifiables" ?

Le marché ne récompense ni ne condamne

Le peuple pense s'être fait avoir

Seuls les frigides réussissent

Ca va commencer si ça continue

 

 

LAISSER- FAIRE et LAISSER- PASSER les idées. Bientôt ( évolution, émancipation, libération, affranchissement) plus rien ne pourra empêcher la libre circulation des idées.

Les censures d'Ancien Régime des entreprises archaïques feront hausser les épaules de pitié devant ces comportements obscurantistes…

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lejournaldepersonne 11/02/2013 12:03


démonstartion impeccable et archi documentée - avec vous on voit vraoment clair !!!