les inventeurs ventés

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

safe image 051

avec eux il y a bien un avant et un après tout à fait différent …. et ce n'est pas une invention !!!

 

va ton soleil

gibet de regard

pourrissons la lampe

qui court son ombre

 

                                                           %%%%%

 

J'ai déjà eu froid jusqu'au volcan

fond du cœur partout

quand de ce siècle tout

la tête me fait tourner

Et les oiseaux, les oiseaux tourner

autour de la tête

tout autour et l'intérieur volcan

Comme comme la Terre

 

                                                           %%%%%

 

 

et sur les rails de mes lèvres où s'en va

le train de ma voix

mer chaude à pourrir en Irlande

le nombril long des bateaux

immense peau humiliée près

de la rivière close

la bombance de voiles

                                                           %%%%%

 

 

J'ai vu un corps dresser ses voiles

Aucun souffle ne l'a porté

 

 

                                               %%%%%

 

Le pollen de ma peau est le soleil qui me BAT

                                                                       dans le cœur

 

 

                                                           %%%%%

 

 

l'herbe incendiée à la taille souple

des jours

ouvre le marécage des morts

tandis que le barbelé des cheveux

retient les cris fins

des adultes en bestioles

clairsemées hier

(l'usine roule une cigarette de rage)

 

                                                           %%%%%

 

 

les rires de blé

trouvent le visage à

l'air libre

proche terre, comme

rumeur des grains

qui saillissent de soleilS

                                                           %%%%%

 

 

 

quelle idée d'abandonner ses bras sur une branches ?

 

 

                                                           %%%%%

 

 

A l'effluve des jours feints

les fièvres basculent vers une autre lumière,

des livides soleils falsifiés.

 

Un fifre penche le bec

de l'oiseau vers le fleuve

qui aboie sa lave.

 

Des veines pour embouts

les grands magasins

nagèrent envoûtés.

 

Je bondis dans mon sac à dos

pour un périple à travers

lignes de mains incomplètes,

neiges étriquées

entre globules de ciel

mordus à coups de cumulus.

 

A l'orée de la brisure

une touche envenime la piano…

 

                                                           %%%%%

 

 

 

en bordure des paupières

Le soleil entame sa peur bleue

 

 

                                                           %%%%%

 

 

…en marche et

ce mauvais goût l'écume au bord de l'autre

dans la bouche il est d'un lait débordé du feu

 

                                                           %%%%%

           

l'arc en ciel sauvage

dévore l'océan

 

                                                           %%%%%

 

 

les yeux du soleil

que la mer

refermE

 

                                                           %%%%%

 

Au- dessus de la balustrade de mon œil se penche

Enfin la colombe de ma juste taille

 

                                                           %%%%%

 

            (à suivre)

197832 10150127053919292 547514291 6295906 3060141 n

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lejournaldepersonne 16/02/2013 10:47


poésie incroyablement neuve - comme si l'aube d'une nouvelle civilisation s'ouvrait ????