Oxymores de concepts

Publié le par imagiter.over-blog.com

5872719254_1499ca740b.jpg

Tout le monde connaît "l'obscure clarté", la rencontre de deux réalités très opposées dans la même formule – mais la rencontre de deux concepts concurrents, des paragraphes mis en présences directes d'autres paragraphes, dans une antinomie floutée ? Faire croire à un consensus en couplant deux mots incompatibles – tel la mentalité primitive qui, par croyance en la contiguïté et dans le transfert des forces par toucher, pouvait, par exemple, placer deux objets côte à côte ou manger le cœur de l'ennemi  - non ce n'est pas sérieux du tout…le développement ne peut être du tout durable…le plafond catastrophique va, immanquablement, être atteint…et le capitalisme vert reste une impossibilité pratique…le mot capitaliste phagocytant, avalant, cannibalisant, étouffant, absorbant l'autre : il n'y aura que du capitalisme…et jamais rien de vert…L'incompatibilité reste complète…Il nous faut inverser cette chute vers le suicide collectif !!!

 

La juxtaposition de mots ne fait pas du tout l'explication…Présenter des raisonnements que tout un chacun peut vérifier, démonter pièce par pièce et reproduire si besoin est – devient le comble du respect et de la politesse. Tellement les déloyautés noyautent la majorité des concepts …Qui sait encore traverser l'exigence de penser devient un des êtres les plus sains de la société.

 

Des exercices concrets peuvent faire toucher du bout des sensations l'ambition parcourue…D'abord, nous désocler des habitudes qui veulent se faire passer pour du savoir – c'est là "donc" c'est prouvé, c'est "établi" donc cela existe depuis le début de tout, inutile de tergiverser plus avant ni de verser dans le discutable !!!

 

1 -  Coller méticuleusement à la logique : Fumer nuit à la santé, et de jour ça passe ?

 

2 -  Inventer des concepts qui n'existent pas encore mais dont le besoin se fait sentir : comme des "épistémologues existentiels".

 

3 - Agrandir l'assiette de l'ancien concept : l'universitaire doit même s'amplifier jusqu'à devenir diversitaire !

 

De nombreux blogs dans les rubriques "méthodes de pensée", "corps des langages" et "solutions à notre portée" répondent à toute cette problématique…La cure de curieux/ses ne peut manquer de vous y conduire. Si besoin est !!!

                                               ***************************

 

La difficulté provient de la nouveauté radicale du domaine…aussi, allons- nous nous contenter d'un seul oxymore de conceptsdécoloniser l'imaginaire …En très gros, cette décolonisation ne débutera vraiment que lorsque les utilisateurs actuels de ce concept seront mis en face de leurs actes …ils nous parlent, en effet, comme si nous étions leurs colons arriérés, des mineurs humiliables et  manipulables à volonté. Est-ce bien une attitude de gens de gauche envers d'autres individus- citoyens de gauche ? Le soupçon que, une fois enlevé tout leur charabia, ils se comportent tels de parfaits spécimens de droite – se trouve bien confirmé…

Leurs écrits sans verve mais desséchés comme une matraque – se placent tous sur le même modèle de leurres massifs. Trop de notes de bas de page, un phrasé tellement abstrait qu'il faille, la plupart du temps, retraduire en français…bref, l'exact contraire d'une pensée claire et visant la communication au plus grand nombre. Non, c'est la toute posture d'Ancien Régime – je suis sur l'estrade-donjon, vous écoutez "religieusement" et vous ne la "ramenez" pas*** !!!

 

***voir, aussi, le blog "Si vous ne la "ramenez" pas…"

 

Pire – rares chez eux les vrais raisonnements, bien articulés – reproductibles par quiconque passerait derrière eux. Juste une suite d'affirmations assénées sans liens véritables…Oui oui de vrais colonisateurs de la pensée collective…Leur "taux de censure" reste aberrant, bien au-dessus de la moyenne. Ils "permettent" 100 fois plus de "laisser-faire, laisser- passer" à leurs soi-disant ennemis de droite qu'à leurs supposés compagnons de route. La "gauche" serait leur possession, leur propriété,   leur domaine exclusif…ils exproprient si massivement !!!

 

Evidemment, pas le droit à l'imaginaire pour tous (et comment décoloniser l'imaginaire sans imaginaire ?) puisque pas le droit, non plus, à la libre expression, à l'autonomie de la conscience ou à l'émancipation collective…ils sont là pour penser – ne pas penser, surtout – pour nous…Nous devons nous "limiter" à les écouter ! D'où la décolonisation de l'imaginaire ne débutera vraiment que lorsque les utilisateurs actuels de ce concept seront mis en face de toutes celles et de tous ceux qu'ils auront tant censuré (eh oui ! ) depuis trop d'années…

 

La leçon retirée de tant d'inerties béates d'elles- mêmes c'est que les écrits SANS VERVE ne sont pas dignes du futur. La verve c'est la joie ou le feu que l'on veut tant transmettre…La verve signe la loyauté en grand***…est- ce pour cela que les éditeurs semblent terrorisés par la verve, et "monopolisent" (c'est sûr !) la trame unique des livres. Tout le passé nous a montré des auteurs inventant leur propre forme…et jamais un éditeur leur "imposant" une forme unique !!!

 

**** pour confirmation voir les blogs  "La verve ?"," "L'épistémologie existentielle n'existe pas encore !", "Armes d'interventions massives ?", "Cahier des charges pour l'édition ? (1)", "Mauvaises fois //  mauvaises volontés (1 sur 4)", "Les désauteurs", "Lorsque tout est fait contre le lecteur","Le marketing ne sait pas lire", "Penser est ce qu'il y a de plus difficile au monde (1) et (2)", "Vous saurez sauriens…", "Quand lire c'est faire", "Talents et société", "Les meilleurs", "L'Horreur culturelle" ou "Ils reculent sur tous les fronts: parler leur devient presque un fardeau".

 

Créativités ? connaissent pas du tout. Le vernis de culture s'arrête au mainstream, l'amusement dominant, et aux penseurs d'au moins 50 ans auparavant. Progrès inversé : non la réflexion actuelle mais régression à moins 200 ans, à bien plus, plus, 4 500 ans, etc…Un passéisme congelant toute réflexion…etc…la débâcle est peu instructive…mais, aucune diffusion, aucun relais, aucun partage, etc (un clic suffit sur internet – ce n'est donc pas le manque de temps – mais bien la claire volonté et la pesanteur de l'appartenance réelle !!!) des pionniers les plus co,ntemporains. Comment "entrer" dans l'imaginaire sans les oeuvres vives? Comment parler des oeuvres vives sans les diffuser, d'abord, amplement ? Comment commencer à changer le monde si vous saturez tous les espaces avec tout ce qui est dominant, rendant tout changement toujours plus difficile ?

 

Nous avons bien, là, un réel oxymores de concepts…Reprenons la direction du sens (et le sens est bien une direction !) – l'oxymore c'est en direction de l'antagonisme, de l'incompatibilité…mais aussi, un petit peu, de la répulsion, de l'aversion, de l'antipathie ou du dégoût…L'oxymore exprime une situation de désaccords, d'oppositions à l'origine inconciliables, d'exclusivités antagoniques, d'antithèses inverses ou bien contradictoires…Le principe étant de juxtaposer les 2 mots ennemis, les flagrants inconciliables - afin de mimer une réconciliation.

 

                                               Faute de la construire dans la réalité…,.

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article