Tous les chiffres sont contre le capitalisme ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4156159451_a4df2c2055.jpgOui tous. Tous absolument. Il faut bien entamer la liste. Commençons donc par l'inutilité de la "croissance", moteur des politiques. Paradoxe ?  Non chiffres !!! Si 1 % d'individus "se monopolisent" ( mais que fait la Commission européenne ?) 52 % du PIB mondial – à quoi peut bien servir la croissance ? Si 186 entreprises "se monopolisent" ( mais que fait la Commission européenne ?) 50 % de tous les profits mondiaux – à quoi peut servir la croissance ? Sinon et très PRINCIPALEMENT à les augmenter les dissymétries - donc les crises, puisque le moteur essentiel des crises ce sont les inégalités – les déséquilibres, les inégalités structurelles. Et une telle croissance "faussée et ligotée" n'obtient que des résultats inverses à ses buts affichés.

La raison dit et redit que, dans ces conditions, la croissance n'est pas du tout la solution à tout ne rien faire. Au nom de la "concurrence libre et non faussée" ( mais que fait la Commission européenne ?) - il faut commencer par détruire toutes les monopoles du privé. Dont le pire reste ce monopole des marchés usuriers et spéculatifs (doubles délinquances) dans le financement des Etats. Alors que les Etats ne peuvent avoir que la souveraineté sur les banques centrales. Sinon ceci avoue que nous serions dans une complète dictature financière bien dissimulée derrière une propagande déshonorée. Une bien illégale dictature, en plus, sans élections, sans soutiens de la majorité des peuples (la Constitution européenne a bien été adoptée contre leur avis majoritaire et à coups de putschs répétés, vrai ou faux ?).

Tous les chiffres sont entièrement contre le capitalisme !!!

C'est même pour cela que les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) veulent nous en donner l'écœurement. Parce qu'un des LBO, levier démultiplicateur pour détruire le capitalisme se trouve dans les chiffres. N'en cacher aucun devient tellement plus urgent que de s'attacher à se coller aux images des politiques. Ils ne sont pas séparables du triumvirat médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) et fia,nces toujours plus délinquants !!!

5 % maximum de la population mondiale - dont 90 % de ces 5 % aux seuls USA - gère la totalité de la capitalisation boursière. Soit un minuscule chiffre de 300 millions maximum en activités pleines Autant dire que jamais l'ensemble de ces intervenants ne se regroupe en même temps. Et que donc le chiffre rationnel se tient, plutôt entre 100 et 200 millions, ce qui offre une fourchette entre 0,15 % et 0,30 % de L'Humanité. Soit, concrètement, une minuscule poignée de MARGINAUX non intégré du tout. Tout ce qui a fondé les démocraties se voit, ainsi, bafoué…oui oui lorsqu' un profit si partial et si minoritaire l'emporte sur l'intérêt général !!!

Résultats de toutes ces illégalités au sommet ?

1 - Alors que les emplois financiers ne dépassent pas 5 % du total, ils se permettent de s'emparer de plus de 40 % de l'ensemble des profits (10 % en 1980). Le bond est extravagant puisque de 3 000 %. Tandis qu'aucune modification significative n'a eu lieu dans aucune législation internationale ou nationale (sinon le coup de force illégal de la Commission européenne et sa  frauduleuse " concurrence libre et non faussée" à sens unique , uniquement pour dévaliser le public donc les peuples !).
 2 – Le chiffre des actifs financiers c'est 346 % du PNB mondial en 2006. Contre 110 % en 1980. Le diktat (juste envers les Etats absolument pas la frauduleuse Bourse !) de ne pas dépasser 100 % du PNB s'avoue donc plus que mensonger. Le traitement par austérité de la dette des Etats ne repose sur aucun fondement théorique valable. Ce ne sont que putschs illégaux. Les états n'ont strictement aucun droit aux plans d'austérité sans y inclure les trop riches. La Commission européenne aura plus que déméritée…+ 236 % d'augmentation du profit sur le pactole mondial en 25 ans cela tourne autour de 10 % l'an : tiens vous n'y reconnaissez pas la prétendue "dette" des Etats ? Le raisonnement final nous conduit ainsi à ceci. Si, pour la France, la dette est de 1 700 milliards d'euros et les intérêts usuriers (et illégaux puisque issus d'un "monopole"!) ont fait grimper le versement de la dette à 1 400 milliards  - la fraude structurelle reconnue des financiers les contraindrait au reversement immédiat de ces 1 400 milliards de trop perçus !!!

Non, pas un seul chiffre ne peut donc disculper le crime du capitalisme ?

"Au cours des 50 ans qui viennent de s'écouler, les 10 jours les plus extrêmes sur les marchés financiers représentent la 1/2 (la moitié) des bénéfices. 10 jours sur 50 ans. Pendant ce temps, nous nous noyons dans des bavardages " (p. 354 - "Le Cygne Noir ).    Si ce n'est le système le plus dément  qui puisse exister – faire courir d'immenses risques à la société, la secouer dans tous les sens et sans le moindre sens des mesures raisonnable – juste pour CELA, l'indépassable pitrerie de bouffons sinistres ? Si ce n'est le pire des systèmes possibles c'est quoi donc ? Un système usurier (taux bien trop élevés et ne reposant sur aucune nécessité rationnelle – les agences de notation "téléguidées" on perdu toute crédibilité) ET spéculatif (95 % des "activités" (!) boursières ne sont que spéculatives…donc très délinquantes !)…"au nom de la Loi" il faut, en conséquence, fermer la Bourse comme "association de malfaiteurs" !!!
Pas un seul chiffre ne peut sauver le capitalisme…

Voyez ses diktats purement infantiles – que les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) relaient comme le sommet de l'omniscience divine - trop de dépenses et trop de prélèvements (donc trop de recettes !) !!! A-ton vu plus d'irréalismes et de caprices frivoles réunis ? Que des dénis de réel – oui les marchés n'étalent que leurs dérisoires incohérences partout. Puisque la vérité ne serait pas plutôt trop de profits irresponsables pas assez de régulations ? L'escroquerie totale où qui est supposé "tout savoir pour les autres" refuse (tremblant visiblement de peur !) tout contrôle sensé. Comment ils (les marchés donc, surtout, les banques et les assurances !) peuvent contrôler sans être contrôlés ? Despotisme occidental qui voudrait semer la "fatalité extraterrestre" des marchés? Tous les chiffres servent à expulser cette trop malsaine métaphysique !!! Strictement aucun alinéa du Droit "n'autorise" une telle dérive antisociale !!! Comme en 1789 le Droit peut "abolir" ce système d'Ancien Régime !!!

Ainsi, l'usage institutionnel des paradis fiscaux démontre, en chiffres, que, depuis, 2000, où les états ont prétendu lutter contre les centres off shore, leur activité s'est vue multipliée par 5 en 10 ans – tout esprit sérieux ne peut qu'en conclure que la finance internationale a inclus les paradis fiscaux dans son fonctionnement officiel ! Tous les chiffres ne font plus que DENONCER l'immense fraude capitaliste !!!

Dans le blog "Taxes financières – l'aveu ahurissant" il est vanté ces taxes qui rapporteraient autour de 55 milliards d' € par an. Aucune attention n'a été portée sur ce que cela "avoue" un volume de transactions réelles allant de 55 000 milliards d'€ à 550 000 milliards d'€ - à seulement 0,10 % sur les obligations et 0,01 % sur les autres produits financiers. Pour la seule et unique Europe Ce qui est pire que de la folie. Faut-il multiplier par 4 ou bien 5 ( plus ou moins) pour le reste du monde ? Rappelons que le modeste budget annuel de la France est de 376 milliards € et le montant se sa dette "colossale" peine à égaler 1700 milliards d'€. Ces chiffres sont donc incommensurables par rapport à elle !!! Puisque la finance démente est "avouée" spolier l'équivalent de 1462,76 fois plus que modeste budget annuel d'un pays entier ( et 146,28 fois si nous nous replions sur les seules obligations ?)…Or, les Etats ont des dépenses d'astreintes obligatoires ; ils doivent équilibrer des recettes avec ces dépenses (la règle d'or n'est donc foncièrement utile que pour la finance internationale, vrai ou faux ?), encore, les services publics sont, quelque part, utiles à vraiment tout le monde…où un petit 0,10 % couvrirait, au moins, 33 ans, oui 33 ans de "dette colossale du pays" ( divisez 55 000 milliards d'€  par 1 647 milliards €…). Qui a quitté le cercle de la raison ? Abrégez par "Capitalisme, un système reposant sur l’extorsion du travail gratis ?" où il apparaît que les salariés doivent recevoir, rapidement, au moins, 1 500 milliards d'€ - ce qui représente la VERIDIQUE TVA SOCIALE…

Tous les chiffres ne font plus que condamner le capitalisme ?

N'en reste plus que son piteux parasitisme : juste vivre sur l'argent des autres et la spoliation maxima de leur travail !!!

…en effet, André Orléan,*** cité en fin de texte, pulvérisant les prétendues objectivité et scientificité des marchés, les décrit comme ne reposant "que" "sur des paris subjectifs, spéculatifs. Ce sont des marchés de promesses. On y vend et achète des anticipations. Leur logique est d'une nature mimétique : chaque investisseur se positionne en fonction de ce que les autres vont faire (comme au tiercé la cote dépend du positionnement de chaque parieur en fonction des autres parieurs !)". Et de poursuivre "pour ces raisons, un marché financier est par nature mobile, instable, erratique, incohérent, plein de dérapages incontrôlés. Il produit immanquablement des bulles donc de graves crises". Jamais apte donc ( et à jamais !) à donner des valeurs pertinentes ou des prix objectifs. A la différence des marchés de biens ayant une claire utilité et dont nous pouvons contrôler la valeur attribuée… Puisque, très limpidement, les pouvoirs financiers (vus par des sources diverses comme Robert Reich, Joseph Stiglitz ou James Galbraith telle "la plus grande centralisation et hiérarchisation jamais entrevue", lorsque les conglomérats des médias intégrés sont passé de 60 en 1990 à 5 en 2010 etc.) donnent-ils, directement, leurs "ordres" ? La prétendue"mondialisation" n'existe donc pas !!!
.
Encore, les dernières crises financières (comme celle de 1929) suivent toutes, précisément, une période de forte montée des inégalités. Oui des "inégalités" !!! La principale cause des crises ce sont bien les inégalités explosives. Comme vous pouvez le vérifier p. 145 du livre de Christian Chavagneux – Une brève histoire des crises financières, octobre 2011…et son corollaire : Tant qu'il ne sera pas agi contre le fléau incité des inégalités - continueront les crises. Les inégalités carburants principaux de la crise ? Très exactement. Page 149 – vous trouvez un autre graphique qui lie clairement la dérégulation financière et la part exagérée des revenus allant aux 1 % des plus riches. Les deux augmentant trop parallèlement et sans plus se quitter !!!

Tous les chiffres comme de déterminés ennemis du capitalisme ?

Toujours plus précis - le prétendu "trou" de la Sécu est un hyper bénéfice…"depuis 1991, les exonérations de cotisations dont ont bénéficié les grosses entreprises s'élèvent à plus de 256 milliards. Tous les gouvernements de gauche comme de droite, ont contribué à creuser ce déficit de la Sécurité sociale, laquelle, loin "d'être dans le rouge", devrait normalement afficher un BENEFICE équivalent au montant de toutes ces exonérations, si seulement avaient cotisé ceux qui devaient le faire. Un bénéfice à faire rougir d'envie n'importe quel chef d'entreprise (p. 77 - Jacques Cotta - Qui veut la peau des services publics ? janvier 2011,  voir aussi les pages 55 à 65 incluse )".

Toujours plus ciblé ? "Alors que les dégâts sociaux et économiques dus à la crise sont irréversibles, quelques mois plus tard (après que l'Europe ait déversé sur ces irresponsables financiers ces 3 600 milliards de fonds PUBLICS qui auraient été si utiles ailleurs !), le système repart pire encore, bonus des traders, primes imméritées et autres dégradations publiques (…) pendant que les bénéficiaires des déficits se remplissent à nouveau les poches en toute impunité…(p. 74 - Jacques Cotta - Qui veut la peau des services publics ? janvier 2011)". Les déficits permettent, en effet, aux plus riches et aux institutions d'être gagnants sur deux tableaux, alors que les besoins sociaux du plus grand nombre (perdants sur deux tableaux!) sont toujours moins satisfaits…ce qui représente une trahison des lois républicaines qui pourrait valoir la prison à vie…"Première étape, au nom, de la crise, ils paient toujours moins d'impôts ou perçoivent un série d'aides. Deuxième étape, ils placent une partie de leur fortune en obligations d'Etat et se monopolisent une rente perçue sur la dette publique (dont ils sont une des causes principales!) (p. 75 – ibidem )". L'explosion des déficits enrichit toujours plus les trop riches…qui les creusent donc encore et encore ! Comment est- ce possible ?

Le schéma reste simple : "ce sont les pauvres qui sont ponctionnés et amenés, pour cause de déficit et de dette publique à payer pour les plus riches (p. 75  – ibidem )". Les trop riches sont donc bien leurs débiteurs et il faudra bien qu'ils remboursent tout, jusqu'au dernier sous. Ce sont eux les coûteux assistés de la société et il faut mettre fin, à la seconde, à l'hémorragie de cet assistanat non justifié…

Oui, absolument aucune dépense excessive dans les budgets des pays, mais UNE INSUFFISANCE DE RECETTES flagrante…qui se voit comme le nez au milieu de la figure…un manque à gagner pour le pays que le consensus évalue à plus de 100 milliards d'euros ( le vraiment minimum de ce que les trop riches doivent à la société)…pour un budget de 376 milliards annuel, effectivement ça compte énormément…Les rentiers sont improductifs, ce sont plutôt des parasites qui vivent, clairement, sur le dos de l'économie réelle…les fauteurs de troubles des gouvernements braient, sans cesse, la croissance. Or, en 2011, pas moins de 50 milliards d'euros de dividendes ont été versés aux rentiers trop privilégiés. Soit les 3/4 de la masse salariale…oui oui, l'énormité du taux devrait en faire un débat central : pourquoi les rentiers piquent les 3/4 de vos salaires ? Mais non les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) ne diffusent que des utopies irréalistes !!! Les plus que cancres ?

Autant de moins qui n'ira pas à la croissance et à l'appareil réellement productif…ces gouvernants VOLENT donc LA CROISSANCE sous notre nez. Empêchent les outils de production et l'industrie d'exister. Ils n'aiment absolument pas leur pays. Semant partout crises et malheurs. Vrais ou faux ? Plus grave faute politique vous voyez ? 50 milliards de détournés de buts collectifs - autant que votre pouvoir d'achat va perdre : puisque ce refus puéril des politiques de la loi implacable de "les recettes d'abord" vient carrément vous "enlever le pain de la bouche"…vous iriez encore les excuser ?

Ne reste plus qu'à comprendre, de tout notre corps, ce que représente l'argent des banques ?

Prenons la relance mondiale des banques. C'est des 1 000 milliards d'euros, des 700 milliards de dollars…
Or nous sommes 6,7 milliards d'humains. 700 milliards de dollars divisés par 6,7 milliards égale 104 millions de dollars pour chaque habitant de la planète. Ca donne le tournis, non ?
En France, les 26 milliards pour 62 millions d'habitants ça offre 420 millions d'euros pour chaque habitant. Une famille de 4 peut grouper 1,62 milliard d'euros. Ca remet sacrément la tête sur les épaules.
La masse énorme de ces dons (!) aux finances couvre, d'efficace manière, tous les projets humains. Juste si l'on abolit toute spéculation…
Si simple, si accessible…

C'est chiffres sont très parlants. Si cet argent avait été remis directement aux citoyens mondiaux toute pauvreté aurait été éradiquée et toute crise rendue impossible. Alors où se cache le réalisme au royaume de l'argent fou et irresponsable ? Ce sont des enfants hébétés et dangereux, pourquoi les suivez-vous donc ?

VOUS ENTENDEZ MILLIARDS MONETAIRES NE PENSEZ PLUS QU'AUX SI PEU DE MILLIARDS d'HUMAINS !!! Et, mentalement, répartissez-les entre eux – vous verrez que, rapidement, les humains de l'Humanité en acquerront toujours plus de "valeurs" !!! Et bien moins l'argent "complet arbitraire de ses signes" !!!

Pour survivre le capitalisme doit, de la sorte, créer de toute pièce, sans cesse, des crises, mettant la planète en danger. Dès que nous le savons sa baudruche se volatilise. N'est- ce pas cela abolir ?

Non, vous ne trouverez pas un seul chiffre qui soit du côté du capitalisme !!! Et après ce listage précautionneux – nous pouvons en tirer de fermes conclusions

1 -  TOUTES LES PRIVATISATIONS ONT ETE ILLEGALES.  Puisque ne reposant sur aucune nécessité rationnelle. Le fait brut c'est la spoliation de 15 % des avoirs publics (biens du Peuple souverain !),  depuis 1975,  passés, illégalement, dans le privé. Ce qui génèreraient d'énormes amendes. Renforcées par le fait que le Privé "se monopolisent" ( mais que fait la Commission européenne ?) tellement plus que le Public qui vit hors des profits pour quelques uns mais de services pour tous et n'a jamais été un "monopole" au sens financier…vrai ou faux ? Commission européenne aussi à l'amende ?
2 - FIN HEUREUSE DE LA PRETENDUE DETTE. La création artificielle des "déficits" à l'exemple de celui prétendu de la Sécurité Sociale (un droit inscrit dans la Constitution !). Pas du tout un "trou" mais, en fait, un extraordinaire bénéfice si les trop riches reversaient leurs 246 milliards de trop perçus.
4 – LES BANQUES QUI REPARTISSENT CONTRE LEUR GRE. L'usage spéculatif des dépôts par les banques qui, outre d'être une faute professionnelle très grave, vous vole, avec traçabilité, ces agios négatifs (ce que vous fait payer, arbitrairement, la banque et ce qu'elle ne vous paie pas, soit, au moins, les dividendes de votre argent utilisé sans votre accord). Les banques contraintes à une REPARTITION EQUITABLE DES RICHESSES ? On le dirait bien. Voir "le système de rotations" abondamment vanté par nous !!!
5 – LA RECONNAISSANCE LEGISLATIVE DU CAPITALISME COMME FRAUDE STRUCTURELLE. La spéculation si illégale comme représentant 95 % des "activités" (sic) boursières, l'usage institutionnel des paradis fiscaux (depuis, qu'en 2000, les états ont prétendu lutter contre les centres off shore, leur activité s'est vue multipliée par 5 en 10 ans – tout esprit sérieux ne peut qu'en conclure que la finance internationale a inclus les paradis fiscaux dans son fonctionnement officiel ! Reversement de tout l'argent de la fraude systémique !!!
6 -  LA CONSTITUTION INCLUT L'IMPOSSIBILITE D'ÊTRE TROP RICHE. Les subventions exagérées des Etats envers les trop riches et cette sous- fiscalisation des trop riches Avec cet abandon apeuré du bouclier fiscal – puisque sa logique même (pas plus de 50 % de prélèvements) – avec la honte de la TVA antisociale - aboutit à ce qu'il faille, explicitement, rembourser les pauvres (total de 50 % dépassé dans de nombreux cas – bouclier fiscal = ami des pauvres).

    Plus de dettes, plus de pauvres et oui plus de capitalisme du tout !!!

    Tous les chiffres auront servi à le foutre définitivement K.O !!! O.K. ?

Tant de blogs et d'études viennent conforter le fait que "Tous les chiffres sont bien contre le capitalisme"…vérifiez-le en consultant les blogs "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 ou  "Les banques doivent faire leur travail" du 25 septembre 2011… en écho le 21 janvier 2012 d’André Orléan « Que les banques fassent leur métier », Le Monde, p. 6 « culture & idées »…,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), Les crises sont causées par les excès d'inégalités ?", ""Principe de précaution massif" envers la finance ?",
"Désindustrialisation : à qui la faute ?", "Plus ça va plus c'est vulgaire d'être trop riche","Gains collectifs partout", "La spéculation désocialisée", "Les émeutiers ce sont les trop riches ?", "Peut-on vraiment se dire "objectif" lorsque intéressé et profiteur ?","Le coût d’une non intervention publique ?", "Hontes du néolibéralisme", "Banques, plus rien ne va !!!", "Plus tu prends aux autres plus tu les enrichis !!!", "Les élus ne sont pas les propriétaires de ce qu'ils gèrent", "Plus con qu'un banquier ?", "L'infantilisme du "circuit intégré de la finance internationale"""Ce que représente l'argent des banques ?", "Collectif/ individuel", "Privatecity" – Publicity", "L'autorégulation étatique est prouvée …", "Donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air (1 et 2)", "Du suffrage universel "libre et non faussé"", "au mieux des intérêts de tout le monde", "Qui on valorise ?", " La finance - une fraude systémique ?", "Comment le capitalisme se met à dos tous les génies ?", "Si la nouvelle génération de penseurs ne vient pas vite", "Le bon détour ne ment…" ou "POURQUOI LES MARCHES CA NE MARCHE PLUS ?"
Gains collectifs à la place des gains individuels, Fête sociale permanente, Service public du crédit, retour massif des services publics autogérés, et tant d'autres filons du futur etc – toute une nouvelle civilisation est bien, complètement, en place !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif
 (à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui a détressé les détressés ? etc), onglet 2.
Résistances au changement      Impliquent changement de résistances
Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Vérifications par le réel ?<br /> <br /> Les chiffres toujours probants de l'union SNUI- Sud Trésor solidaires viennent de tomber…ils sont pires que nous pouvions penser… – 71, 18 % sur les déciles des trop riches sur leur patrimoine<br /> imposable (qui "laisse la fiscalité du patrimoine en lambeaux" est-il commenté au Conseil Economique et Social), ne parlons pas de l'ISF et des autres impôts direct ("vision de la fiscalité en<br /> échec" puisque, au lieu de "favoriser" la croissance, elle l'empêche carrément: quel taux indécile d'incompétence !!!)…le pire, en effet, ce sont les impôts indirects (à bas la TVA très<br /> antisociale) où lorsque le dernier décile des 10 % les plus riches paie 1,1 le 1er décile des 10 % les plus pauvres en paie 7…oui vous avez bien lu : 7. oui oui, 7 pour 1,1 : la preuve est,<br /> désormais, juridiquement opposable que les impôts indirects sont l'injustice la plus directe…de telles iniquités sont clairement indignes. Et le "bouclier fiscal" ne devrait exister que pour les<br /> pauvres…puisqu'il est clair que (tout confondus) leur taux de prélèvement est, parfois, bien supérieur à 50 % de leurs maigres revenus (comme l'a relevé, entre autres, Thomas Piketty). Que la honte<br /> soit sur ces trop riches du tout dernier décile pour l'honneur, en tout cas…<br /> <br /> Vérifications par le réel …Vous pouvez y participer oui…A rajouter, désormais, dans chaque blog – nous devançons ce que vous nommez "actualité" – cette rubrique le prouve. Dans ce qu'il y a de plus<br /> essentiel. Les nouveaux penseurs ne se font pas attendre : ils étaient déjà bien là…maintenant c'est l'envol !!!
Répondre