Un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, etc.

Publié le par imagiter.over-blog.com

5859666505_233acdbf50.jpg

Mettre en commun compétences, idées et énergies accélère toutes les concrétisations des projets. Cela booste l'individualisme qu'il le désire ou non. Et cela est la "vraie" main invisible d'Adam Smith – reliez-le en direct. S'occuper de l'intérêt de chacun-e aboutit à ce que, spontanément, chacun-e se surpasse. Un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, le vôtre, le leur, le nôtre. Et donc tous les projets REUSSISSENT. Au lieu de les voir massacrer tous sauf un seul (est-ce que tout le monde peut vivre "normalement" dans un seul projet ?)…au ricanements idiots de la bête bêtise "and the winner takes all" qui se traduit "normalement" dans "and there is no winner if only one takes all" …en français même sens : "le vainqueur prend tout" qui se traduit "normalement" dans "il ne peut y avoir de vainqueur si un a tout pris, écrasé, lui aussi, sous le poids disproportionné de la richesse collective." Vrai ou faux ?

Le holisme c'est abandonner complètement l'égoïsme à sa stérilité. Le supposé profit individuel à ses délires (c'est juste un coût reporté sur quelqu'un d'autre pas une glorieuse victoire !)…d'ailleurs, toute personne qui éloigne sociopathement autrui à coups de fourches du profit – recèle de flagrants problèmes psychologiques. Arrêter de prolonger son utopie antisociale c'est bien le soigner !!! Et soulager tout le monde… Un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, etc. se montre telle la méthode du futur – sinon nous allons crever, étouffé(e)s par la cohue déraisonnable de toutes les ambitions s'empoignant. Cette image avoue le désordre intégral qu'est le capitalisme (il n'y a jamais eu de plus grand désordre, de perturbateur social, de destructeur humain que lui !)…Mettre le chaos complet dans 100 000 vies afin qu'un seul (paumé-e dans les exhalaisons de ce déséquilibre !) "gagne" soi- disant !!! Impossible de voir quoi tant son malaise reste intense !!!

Ensuite, comme nous le verrons (genre " Si personne ne fait de profits tout le monde s'enrichit", "un revenu d'existence va multiplier toutes les créativités", "la société est plus riche de l'union que des séparations", etc), la radicalité du changement de regard apporte une si visible ABONDANCE…que la société risque de percevoir (oui c'est A-percevoir !!!).

                        Pour son plus grand bien…et celui de chacun-e d'entre nous !!!!

Puisque - un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien. Etc….

 

La phrase est donc à savourer extrêmement lentement. Oui, comment nos différences individuelles engendrent d'inouïs bénéfices collectifs: tout le futur s'y trouve. Nos différences individuelles sont de si méconnus gigantesques bénéfices collectifs. Tout le monde ne peut qu'en ressortir plus prospère et tellement plus APAISE…

Ce qui prouve à quel point "les capitalistes n'ont aucun sens des affaires" (voir le blog du 3 février 2011) – sa raison d'être, sa raison sociale, n'était donc qu'une imposture…Ce n'est pas du tout un paradoxe, mais un constat…Il s'agit de redire cette phrase sous toutes ses facettes. Dans le collectif sans emploi (actuellement) il y a plus de réserve d'activités que dans l'organisation sociale actuelle. Figée depuis 40 ans, au moins – vrai ou faux ? Nous avions proposé la clef de "ces emplois nouveaux qui n'ont pas encore de noms" à des maisons d'éditions, afin d'en faire prendre conscience. Qu'ont-elles fait ? Fait dérober par, apparemment, les socialistes qui auraient donc le droit d'y venir faire leurs déloyales courses…et ont prouvé, qu'au niveau intellectuel, ils ne sont que de restreintes classes moyennes incapables de s'élever à l'intérêt général. Puisque de "ces emplois nouveaux qui n'ont pas encore de noms" – la concrétisation mentale de la décentralisation des esprits et de la diffusion réelle de la démocratie (au lieu de la séquestrer dans un centralisme sans issue aucune !) – ils ont chuté dans les …emplois administratifs, les emplois jeunes (si vieux de conception!)…Et, en conséquence, sans futur commun.

Ils n'y ont absolument rien compris (entre autres vertus, emplois nouveaux sans encore de noms = besoins réels des personnes = incitations fortes à la décentralisation des décisions, etc)…

Comment nos différences individuelles engendrent des bénéfices collectifs inouïs : on croirait entendre l'Adam Smith de la main invisible, celle des bienfaits de la division du travail chacun-e dans sa meilleure spécialité. Pas de la finance dont il a toujours été un farouche ennemi, évidemment…La main trop visible de la crétinerie dirigeante en tuant les singularités et les différences, en empêchant l'arrivée des génies est en train de tuer le futur de l'Humanité, oui ou non ? Ce pourquoi "les capitalistes n'ont aucun sens des affaires" : enfermés dans leurs routines, strictement incapables de vraies innovations – ils s'auto- détruiront plutôt que pouvoir comprendre un point de vue radicalement neuf. Le tout est supérieur aux parties. Les authentiques mouvements ont rendu plus perspicaces tous leurs participant-e-s, plus proches des autres, plus épanouis, plus irradiants de puissance…

            …le capitalisme piteux et miteux éteint tout le monde, rend les rues plus tristes qu'un enterrement, enferme la plupart dans une obstinée non communication. Bref, rétrécit toutes les possibilités collectives…et…individuelles !!!

Alors que nous pourrions nous trouver 100 étages de conscience collective au-dessus (chacun-e est ma solution et la fin de mes problèmes) nous régressons toujours plus vers la barbarie.

 

Puisque - un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien. Etc….

 

Et que les dirigeants, obstinés au suicide collectif, tournent le dos à ce joyau d'intelligence…Mettre en commun compétences, idées et énergies accélère toutes les concrétisations des projets. S'occuper de l'intérêt de chacun-e aboutit à ce que, spontanément, chacun-e se surpasse. Un jour c'est son projet, le lendemain le mien. Et donc tous les projets semblent voués à REUSSIR. Par contraste, le capitalisme n'est, de la sorte, que le bestial gaspillage de tous les talents pour de pires que stupides fanatismes (le gagnant rafle tout – c'est quoi cet abrutissement d'addictifs ?), etc…

 

…bref, au lieu d'ouvrir des milliers de portes il en referme des millions. Au lieu de construire des ponts il creuse des gouffres.

 

                         Au lieu de faire marcher des ascenseurs il n'est que censeur des as…

 

            un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, etc….

            un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, etc….

            un jour c'est son projet, le lendemain le tien, puis le mien, etc….

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale ***

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitsfreethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lejournaldepersonne 02/11/2012 07:25


bonjour,


quel sens du réalisme - il faut avoir une grande clarté de vue et une absence d'ego afin d'y parvenir - tout ce qui manque aux prétendus "dirigeants"...

imagiter.over-blog.com 03/11/2012 13:38



bonjopur


si ce que vous dites est vrai ça en fait des responsabilités !!!