universssssssssssssssssss

Publié le par imagiter.over-blog.com

832582262_4d4ba7dedd.jpg

Cil de la grue

Hissant les larmes

du ciel

Au bord de la paupière

-   tombe

                                                           %%%%%

 

 

le dur soleil

autant – l'horloge aux aiguilles de

                                               montagne

n'est plus

le drapé des colonnes où roulent les

pierres des pendus

colombe du trou de miel

bondis aux jours en flammes des arbres lourds,

aux lentes fraises des bûchers de l'œil

 

à grande vitesse les hommes

sont morts

autour du sommeil

se postaient les hallebardes de soleil

nu

la croûte du soleil

à pleines dents

 

 

                                                           %%%%%

 

                                   ciel blessure d'oiseaux

                  oiseaux blessures de ciel

                                                          

                                                           %%%%%

 

 

La terre se lève

au sol de notre langue

où l'eau coule

le sang ne va

              mais la bouche va-t-en

au cosmos aussi

                                                           %%%%%

 

 

les herbes haussent le ton

brûlure crue la transpiration

en pleine guêpe

                                                           %%%%%

 

 

le bois de la respiration

dresse la viande contre

les écluses du cosmos

le poivre du soleil y fait

éternuer les taillis fixes

à côté du sang

 

Le sable à longue vue

pendant que se dévalisent les yeux

se cramponnait au bleu du ciel

                                                           %%%%%

                                                          

(à suivre)

 

 

 

 

Publié dans littératures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lejournaldepersonne 19/03/2013 07:15


merci quelle poésie sensuelle compatissante et si pleine d'universalité - avec vous nous retrouvons l'Humanité tangible....