Vivre si différemment à la campagne ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3517445075_beccd9e1b0.jpg

Les conformismes vont-ils nous faire tous mourir sur place. Toujours plus congelés dans un passé qui n'existe plus (par exemple, la 5 ème république), il des montre, corporellement, incapable de comprendre la complexité d'une situation et de la transformer en solutions immédiatement à notre portée. Sans limite, il pourrait, tout aussi bien, continuer à parler dans un vide insonorisé alors, qu'autour de nous, tout s'écroulerait…

La réalité "durable" c'est que nous "devons" vivre si différemment à la campagne…et que les futurs élites (il devient socialement plus utile que les dirigeants, monopolisant tous les désastres depuis plus de 30 ans, passent la main !) deviennent celles qui vont nous simplifier et harmoniser toutes ces transitions ?

L'aménagement du territoire se montre, dans certaines de ces rigidités mortelles qui accompagnent les conformismes, extrêmement ennemi du développement rural concret. Du futur écologique. Et de tout développement durable concrétisable. Et, dans ses résultats tangibles, comme une arriération ne renforçant que ce qui détruit le tissu social et la meilleure répartition des talents et des moyens…vous voyez, ce n'est pas rien : un vaste échec en fait ? Rigidifiées dans des règles du passé !!!

Qui ne possède pas une certaine surfaces de terres agricoles ne peut se prétendre agriculteur, est- ce vraiment ce qui est écrit ? Oui oui ! Qui veut faire du bio, loupe, ainsi, la première étape…et qui veut, plus modestement, se créer son environnement plus écologique va buter contre une réglementation toute ennemie…

L'aveuglement et le rétrécissement mental inouï de ces administrations publiques voulant "copier le privé", grillées au syndrome du privé prétendu "efficace" (parce ses dirigeants prélèvent, en fait, une part désastreusement exagérée des plus values communes ?) demeurent intacts…ainsi – osent-il affirmer qu'ils luttent contre le bétonnage de la campagne mais leur mentalité détraquée ignore l'apport essentiel pour ce but des petites exploitations vivrières. Si vous ne vivez pas pour faire du profit, mais juste pour vivre, subvenir surtout à vos besoins et vous épanouir sur un terrain que vous aurez choisi – vous-même n'existez pas…ceci ne peut entrer dans leurs esprits devenus incompétents à tout développement vraiment durable…la réglementation reste uniquement orientée en faveur de l'agriculture industrielle à grande échelle. Qui n'aimerait pas vraiment se préoccuper d'écologie…qui ne veut pas gagner beaucoup d'argent n'a pas le droit de vivre à la campagne autrement qu'en résidence secondaire ?

Sauf à la remorceler en parcelles plus humaines, avec des individus vivant sur place, le but annoncé de l'aménagement rural reculera toujours plus. Puisque les règles actuelles d'aménagement du territoire tendent à vous faire travailler ici et à vous faire habiter ailleurs. Sauf si vous pouvez prouver que la vie sur les lieux est absolument nécessaire à la gestion de l'exploitation. Ou que le projet soit assuré d'une viabilité "économique"…ces ténèbres individualistes qui détournent les notions de raisonnable, de sérieux, de sagesse ou de réflexion en délires légaux, déraisons, absurdités et immaturités - se prouvent incapables de voir "l'intérêt général", l'intérêt collectif qu'il y ait à toutes ces petites exploitations juste destinées à assurer leur propre subsistance. Et qui pourraient même s'avérer pouvoir échanger, à leurs modestes niveaux, entre elle…

 

Sortir par le haut (grandes exploitations "non durables") rend vraiment complètement fous…écouter vraiment le bas (panacher ces grosses exploitations par de nombreuses petites exploitations juste destinées à assurer leur propre subsistance) ressemble à  une solution qui en contient plusieurs :

1 - rééquilibrer le futur villes- campagnes par ces projets hyper motivants

2 - assurer le maillage "durable" d'un campagne désormais protégée par ses habitants même

3 - développer à fond la permaculture supérieure à l'agriculture bio

4 - dépolluer par le simple usage de produits et procédés naturels (réensemencer la biomasse, offrir aux villes tous les matériaux de construction recyclable, parvenir à un maximum de constructions zéro énergie, y développer au maximum le solaire, etc)

5 – redevenir sérieux : fin de la frivolité destructrice de la Bourse et son tropisme maladif de tout rendre "spéculatif", politiques brouillonnes du trop grand et toujours plus minoritaire, prise en compte, enfin, des projets concrets de l'immense majorité de nos concitoyens qui ne sont même plus écoutés , etc…

 

La déraison économique extrémiste du gigantisme a contaminé trop de cerveaux de sa folie…les a rendu absolument inaptes au sérieux…vouloir vivre de façon petitement écologique est plus utile pour la collectivité humaine que vouloir de faire d'extravagants profits (seuls des esprits bien immatures peuvent viser un but aussi anti-social!) en plus sur le dos des autres…

 

Des dirigeants détraqués ont, presque, détruit le monde, pour les avantages immatures d'une minuscule minoritaire…vouloir faire d'exorbitants profits s'y est prouvé si NUISIBLE A LA SOCIETE...et ils persistent à désirer que la catastrophe continue…

                                   Vivre si différemment à la campagne ?

…désormais retour aux intérêts massifs de l'immense majorité: désembourber l'aménagement foncier rural (de l'impératif absurde de faire de trop gros profits)  semble une solution élégante et hyper efficace d'inverser les tendances rendues lourdes par les bêtises aux sommets !!!

Vivre si différemment à la campagne  : parce que l'on aime, afin d'y subsister et , concrètement, en protégeant plus la nature que n'importe quelle réglementation trop abstraite peut y parvenir !!! Vivre si différemment à la campagne ?

 

Un peu que nous pouvons vivre si différemment, et si massivement, à la campagne ! 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitsfreethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article