Pas de transformation de la société sans responsabilisation individuelle

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pas de transformation de la société sans responsabilisation individuelle

Une place centrale à la responsabilité individuelle ? Aurions-nous rencontré le paradigme cherché qui pourrait entrainer tous les changements nécessaires à la planète entière ? Tout est-il déjà formulable ? Et ne manquerait-t-il rien à ce paradigme inattendu ?

..

Permaculture partout, permaculture partout !!!

..

Afin de le savoir, parcourons tout ce qui peut se présenter comme des situations ayant un avant et un après :

Circuits courts, relocalisation de l’économie, pilotage de l’énergie par la réorganisation des cycles production -consommation, régénération du climat, reviviscence des sources d’eau, utilisations de carbones uniquement végétaux, retour des mécanismes vitaux normaux par application de l'auto-régulation et l’acceptation de la rétroaction, émergences de politiques qui prennent, systématiquement, en compte tout l’écosystème global, etc. etc.

Permaculture partout, permaculture partout !!!

..

Oui ces changements complets de comportement proviennent des méthodes et des principes de la …permaculture. Trop beau pour être vrai ?

..

Il semble que non. Il existe, pourtant, un obstacle de taille énorme qui n’a pas été vraiment pensé : la responsabilité individuelle qui doit être mise au centre des comportements afin de sortir, collectivement, du chaos actuel. C’est une adversité de taille. Et qui permet, d’ailleurs, de comprendre comment la permaculture peut être devenue la cause des causes. Là il y a deux catégories de solutions : on ne change rien à aux pensées dominantes et agissantes de la société, une « minorité agissante » prend tout en charge et de nombreuses initiatives ( dont l’éducation populaire) vont créer un « effet boule de neige ». Ou l’on pense à transformer globalement les mentalités…grâce au paradigme de la permaculture.

..

L’enfilade des bouleversements mentaux sont : de quitter la posture des droits devenus risible si tout disparaît. Dire droit à l’eau si, soit son accès est monopolisé par quelques multinationales ou si ses effets sur la santé devienne nt désastreux, n’est plus adapté. Il faut se battre. Donc exercer sa responsabilité individuelle (je veux de l’eau saine et je fais tout pour). Et, en conséquence, et donc laisser derrière soi le trop inefficace (dans ce contexte ) de n’exiger que des droits ne reposant plus sur des bases réelles. Ce qui remet en cause les habitudes lourdes d’attentismes, d’infantilisations mentales, d’irresponsabilisations, d’inconsciences, de non participation à la société, de passivités, de démissions collectives, d’enfermement dans l’aliénation consommatrice et tant d’autres.

..

Au niveau des dirigeants : les causes collectives de la situation, sans issues, actuelle se voient ravalées au rang d’« excuses » afin de mieux justifier des sanctions individuelles qui, étant assurées d’être sans prise sur les mécanismes générateurs de conduites inadaptées, ne peuvent avoir d’autres fonctions que celle de réaffirmer, au plan symbolique, l’autorité de l’État (en vue de dividendes électoraux) et de renforcer au plan matériel son secteur pénal, au détriment de son secteur social et politique. Et, ainsi, la société ne se remet absolument pas en cause !!!

..

Ces deux courants joints semblent créer une société bloquée et une politique plus qu’inefficace.

..

Bien – ayant amorcé une amorce d’intérêt sur le thème peu couru de « une place centrale à la responsabilité individuelle » nous allons tenter de comprendre pourquoi la responsabilité individuelle est si importante afin que le paradigme permaculture nous sorte de l’ornière.

..

Là, il vaut mieux prévenir il y a des faits cinglants qui peuvent blesser (surtout symboliquement) des esprits sensibles ou non avertis. Mais faut y aller. Si près du but n’est-ce pas. D’autant plus que le thème de l’article n’est pas de convaincre de la nécessité de la permaculture (déjà fait !) mais de l’efficacité d’utiliser, dans tous les secteurs de la société, ses méthodes mentales. Et le fait qu’elles soit aptes à « entrainer », en chacun, le désir de responsabilité individuelle. Cela fera, tout de même, plus élégant à la boutonnière que l’individualisme sans issue !!!

..

Une place centrale à la responsabilité individuelle ? Oui et surtout pour qui ?

..

Le principal moteur de notre destruction mondialisée, c’est “le milliard et quelques d’individus de la classe moyenne, et non les élites, peu nombreuses, ni la majorité des habitants, relativement autonomes mais de plus en plus indigents”, désigne David Holmgren dans son ouvrage « Permaculture - Principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable » …allons bon fini le confort…intellectuel. Les « rois » illégitimes du monde seraient donc …les classes moyennes ? Qui trônent dans le non changement permanent ? Ce qui va, déjà, faire bondir tous celles/ ceux qui se planquent derrière « l’individualisme » sacré et « ayant tous les droits » pour laisser les autres faire tout le boulot. Et passer leur temps à dénigrer qui leur demande le moindre petit effort. C’est que tout est soit de la faute des dirigeants soit de la faute des très pauvres – jamais mais jamais d’elles ! Les pauvres oui ces… assistés…mais comment expliquer que ces 3,5 milliards de vrais humains ont MOINS que les 100 plus riches du monde ? Si nombreux et si…assistés - ce serait strictement IMPOSSIBLE cet…assistanat. Avec si peu d’effets. Globalement, ils ne sont donc pas vraiment assistés, les pauvres…Résultats des chiffres ? Ce sont, par conséquent, les trop riches mais, aussi, les classes moyennes les « trop »… assistés. C’est comme ça, disent-ils. Oui connaissant le réel il devient – donc – possible de le transformer. Circuits courts, relocalisation de l’économie, permaculture partout, réorganisation des cycles production-consommation, retour des mécanismes normaux de rétroactions négatives et d’autorégulations, politiques qui prennent, systématiquement, en compte tout l’écosystème global, etc. Bref, ce que ne font toujours pas ces classes moyennes !!!.

..

Comment inverser ce mouvement suicidaire ? Par rapport à l’environnement les plus grands déresponsabilisés individuels sont bien les …classes moyennes. Ils omettent, sciemment, les libertés négatives contre les libertés positives.. La liberté est « négative » (une nuisance pour les autres) quand il n’y pas de responsabilité…ils détournent, aussi, l’attention de toutes les démissions collectives en matière d’aménagement urbain, scolaire et économique. Etc. Bref, ces classes sont devenues un fardeau à trainer pour qui veut changer toute la société…

..

C’est ainsi – etc. et ne doit plus l’être. Voyons, d’abord, comment rien ne pourra transformer la société SANS la responsabilité individuelle !!!

..

Quelle que soit la politique envisagée une chose NE SE MODIFIERA PAS :

..

Il s’agit du pouvoir de changement qui réside en chaque personne, notamment pour freiner la destruction de la biomasse et réorganiser le cycle production – consommation. Puisque, dans l’hypothèse où tout le monde adhérerait à une société naturelle – il suffirait qu’un seul oui un unique individu pollue pour détruire une bonne partie de tous les efforts collectifs. Vu en creux, négativement, oui CHACUN-E d’entre nous compte, reste incontournable pour la transformation de société.

..

Puisque d’où partons-nous ? Nous ne sommes pas témoins des conséquences de nos décisions et de nos actes. Ce pourquoi la destruction de la planète est tout à fait possible. Par aveuglements, inconsciences, absences de prises de consciences ou pertes complètes d’imaginations. Comme l’a souligné l’écologiste américain Amory B. Lovins, il serait au contraire évident, par exemple, que si les voitures rejetaient leur gaz dans leur propre habitacle, les comportements changeraient à la seconde, ou que si une usine s’approvisionnait en eau à partir de ses exutoires, elle réviserait assez vite ses concepts (ou n’existerait plus).

Or, la structuration des comportements collectifs par la permaculture est que ses méthodes d’action agissent comme des thérapies ou des catharsis. Parce que “les mécanismes normaux de rétroaction négative et d’autorégulation, qui permettraient d’empêcher ou d’atténuer les comportements inappropriés dans les sociétés traditionnelles, ne fonctionnent pas dans nos sociétés modernes”, continue David Holmgren, co-fondateur de la permaculture. Il y a trop d’écrans entre l’acte et ses conséquences. Le progrès se tourne donc le dos à lui-même…

..

Aussi, afin de … « réactiver de telles rétroactions, “nous devons prendre davantage conscience de notre dépendance et de notre impact et, dans un second temps, réorganiser nos vies afin de boucler la boucle des causes et des conséquences et satisfaire nos besoins au plus près de chez nous”, poursuit David Holmgren. Ici, la formule “penser globalement, agir localement” dépasse donc largement le “simple refus d’un développement local inapproprié”. Elle guide bien “la réorganisation de nos modes de vie afin que nos impacts soient plus proches de chez nous”, ce qui permettra aux rétroactions de reprendre leurs rôles de régulateurs efficaces en cas d’impacts négatifs. Vérifiables donc très rapidement. La barre de la navigation redressée toujours à temps. “La rétroaction stimule la responsabilité individuelle qui, à son tour, se nourrit de la rétroaction”, complète-t-il.

..

Rien ne se fait mécaniquement - comme sans nous. Il n’y pas de destin, de forces des choses, de fatalités et pires…il n’y a que responsabilité individuelle. Ou non. Impossible de se passer de cette PRISE de responsabilisation individuelle. Tout le monde vit et habite au plus près de chez soi. Aucune pensée centralisée ne peut agir à la place d’humains asservis à leurs passivités suicidaires. La décentralisation des ENJEUX doit être totale. Il faut admettre de faire confiance, pour sauver la vie et la nature, à chacune et chacun…

..

Comment “changer le monde en changeant soi-même”

Nous avons, là, le moyen le plus puissant de réduire, puis d’annuler, notre impact environnemental total et de transformer la société, en freinant et en réorganisant à 100 % les cycles production – consommation. Cette approche s’appuie “sur le fait qu’une certaine partie de la société est prête, motivée et surtout capable de changer de façon significative son comportement si elle estime que c’est possible et important. » Toute centralisation devient le contraire d’une realpolitik . Il faut être près de chez soi afin de saisir l’étendue des problèmes à résoudre et d’influer sur les producteurs de ces problèmes.

..

Grâce au tableau de bord hyper décentralisé à la disposition de tout le monde « de contrôler tout le processus (et de percevoir d’éventuelles rétroactions négatives). ». Et de pouvoir rectifier en toutes connaissances de causes.

..

Le 4ème principe de la permaculture (Appliquer l'auto-régulation et accepter la rétroaction) est symbolisé par l'image de la Terre, grand exemple d'organisme auto-régulé, avec des rétroactions comme le changement climatique...il n’y a pas de meilleur modèle, après tout.

..

http://permacultureprinciples.com

..

Ce qui permet, enfin, de “développer un mode de réflexion systémique”. Ce qui s’avère, selon David Holmgren, “indispensable à la conception de la descente énergétique”, c’est-à-dire à ce qui va suivre le pic pétrolier (nous y sommes). Or, penser de façon holistique nécessite “de passer outre ou de renverser une grande partie de l’héritage culturel légué par les siècles derniers, siècles marqués par le réductionnisme scientifique (consistant à “analyser les plus petites composantes d’un système afin de prévoir et de contrôler les comportements à plus grande échelle) ». Il y a donc plus d’un apprentissage à faire. Et L’EFFICACITÉ ne peut survenir que si nous sommes parvenus au site mental de la permaculture !!!

Ce qui permet, alors, d’abandonner des tas de vieilleries mentales…Seules les classes moyennes pouvaient inventer la chimère de “l’écologie punitive”. L’excès d’anthropologisation finit en paranoia : notre style de vie est …non négociable, crachent les fous. Sommets de paranoïa : cacher les résultats de ce style de vie que j’impose à tout le monde – tels les effets (plus visibles) de ce dangereux dérèglement mental !!! Etc.

Et d’accéder enfin aux pensées saines telles…Avant de tenter d’amender de grands systèmes complexes, “quoi de plus accessible et de potentiellement plus compréhensible…

………………….. comme système entier que soi-même ?

%%%%%%%%%%%%%%%

Documents à consulter :

..

http://www.reporterre.net/Changer-la-relation-occidentale-a-la-nature-en-apprenant-des-peuples-d-Amazonie

http://www.institutcoppet.org/2012/07/18/voyage-au-bout-de-la-responsabilite-individuelle-par-alain-laurent

http://www.homme-moderne.org/societe/socio/wacquant/excuses.html

..

Comment détourner l’attention des démissions collectives en matière d’aménagement urbain, scolaire et économique ? Il suffit que les causes collectives soient ravalées au simple rang d’« excuses » afin de mieux justifier des sanctions individuelles qui, étant assurées d’être sans prise sur les mécanismes générateurs de conduites délinquantes, ne peuvent avoir d’autres fonctions que celle de réaffirmer au plan symbolique l’autorité de l’État (en vue de dividendes électoraux) et de renforcer au plan matériel son secteur pénal, au détriment de son secteur social.

http://blog.turgot.org/index.php?post/Thellier-Libert%C3%A9-Responsabilit%C3%A9

..

Liberté négative contre liberté positive : responsabilité, initiative individuelle et prise de risque. La liberté est « négative » (une nuisance pour les autres) quand il n’y pas de responsabilité…

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Pas de transformation de la société sans responsabilisation individuelle

comment la permaculuture transforme le monde....

Commenter cet article