Inexcusables crimes économiques (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

5119834167_37597cac4e.jpg

L'optimum social, l'excellent nom pour une théorie qui pense au fonctionnement d'une société où tout le monde serait gagnant – s'était effondré dans une affolante perversion mentale: genre qu'un seul soit trop riche et toute la société s'enrichit…Que, apparemment, le but principal d'une banque c'est que son dirigeant se fasse le plus énorme revenu. Que, malgré les si convaincantes démonstrations de Michel Foucault sur la bourgeoisie insurpassable sommet de toutes les délinquances, lorsque 90 % de la délinquance en valeur ce sont les riches - de scandaleux politiques aient dépénalisé les crimes et délits économiques, etc., etc. …Eh bien! nous "récupérons" l'héritage de "l'optimum social" !!!

Ce qui déferlait en une anomalie de taille où les flots de réprimandes allaient UNIQUEMENT du haut vers le bas, où les médias détraqués ne stigmatisaient que les plus pauvres (alors que même un Président "avoue", limpidement, que " c'est encore une fois les petits qui vont trinquer pour les autres "…et que ces médias fous, en plus d'accuser faussement, torturent, de ce fait, contre tout savoir réel, qui en subit déjà beaucoup trop !!!) – pour finir dans le trop grotesque du tout "pédagogique" démagogique. Tout comme le flot de réprimandes ne courait, uniquement, que du haut vers le bas – le flot de causalités idem.

La pensée des ex-élites est une des plus régressives jamais vue sur Terre. Ayant rétrogradé bien avant l'animisme ou le totémisme, tout n'y est plus qu'irrationnel et déraisonnable, rien de sensé n'y peut poindre. Si une décision politique (honteusement inéquitable et très coûteuse pour le futur social!) ne "passe pas" ce n'est QUE par manque de pédagogie. Il ne viendrait jamais à l'idée des esprits malades de ces conseillers pas payeurs que c'est la décision qui n'est pas adaptée du tout. Et que ce sont eux qui ont besoin d'apprendre, ces cinglés qui voient les êtres humains comme d'éternels écoliers, sages comme des images, à qui on peut tout faire gober, qu'on peut dévaliser sans cesse en toute impunité…Cette image condamne les médias fous !!! Alors que nous avons plus que largement "appris" et que NOUS POUVONS COMMENCER A VIVRE A FOND LES MANETTES. Que les peuples sont bien plus sains et sensés que ses pseudos dirigeants. Que ce sont bien sur ces prétendues élites que devrait se déverser le fleuve de réprimandes…Et il va le faire…

N'ont-ils pas, ces politiques déshonorés, ces conseillers détraqués ou ces médias pires que les pires outlaws du Farwest – causé, à eux seuls, les drames mondiaux de 2008-2009 ? Dépénaliser les crimes et délits économiques – se montre comme un énorme crime contre l'Humanité qui a ouvert aux catastrophes systémiques 2008-2009…Quant foutra-t-on de tels politiciens en taule ? Déréguler appartient au vocable du gangstérisme comme déshonnête puisque plus "régulier", réglo, loyal mais bien non régulier (régulé), pas réglo sur les règles ou déloyal en tout…

Dans ce cadre où la folie mentale sévit: pour faire court - si un riche prend beaucoup trop sur la masse monétaire commune qui est finie, close, achevée, inextensible  - donc au très clair détriment des autres - c'est tout comme si la richesse globale augmentait. Et autres graves hallucinations non soignées. La pédagogie doit, dans ces conditions, ne se diriger que vers ces soi-disant dirigeants. Leurs cerveaux se montrent profondément malades, déréalisés, drogués jusqu'au goulot d'irrationalités, devenus incapables du moindre bon sens. Faut les forcer à retourner à l'école: pour le bien de tous faut qu'ils se soignent d'urgence. Ils ont tout à (ré) apprendre, ils pigent plus que couic, ils sont devenus "irresponsables" ces "responsables". Et le flux de réprimandes ne doit plus se diriger que vers ces soi-disant dirigeants. Avec leurs décisions démentes ils ont, clairement, ouvert les portes du chaos social, ils ont désaxé la civilisation, ils n'ont privilégié que les pires ennemis de l'Humanité, ouais de chez ouais, ils ont viré carrément truands, ouais de chez ouf, ils ont accepté que la canaille inculte vole les médias destinés à tous – bref ils ont saboté bestialement toute la civilisation.

Et cela n'est ni excusable ni admissible une seconde de plus…

Une antienne devenue INSUPPORTABLE reste la prétendue supériorité du privé sur le public, alors que la majorité des documents accessibles prouve l'exact inverse. C'est le service très public qui demeure supérieur au trop puéril privé. Que structurellement, le public passe son temps à réparer les conneries du privé et à éponger ses infantiles cupidités. Que ce ne peut être le privé qui dirige le monde sinon expliquez 2008- 2009: pourquoi "aider" le super dirigeant ? qui a sorti les dysfonctionnés de l'ornière ? qui, seul adulte, a assumé tous les frais très inconséquents ? qui a sorti la civilisation de la dangereuse folie de l'économie tout casino ? Ah bon! comme d'hab', vous fuyez tout réel et REFUSEZ de répondre !!! On s'en fout, on sait que vous n'avez pas de couilles et que vous tenez pas la route: vos refus de répondre vous "jugent" et ça va se savoir…Que, théoriquement, le privé n'a aucune vision globale, aucun sens de l'intérêt commun – juste de la prédation s'en foutant des néfastes conséquences de son esprit bien trop infantile. Irresponsable en tout on ne voit pas comment il exercerait des responsabilités ?  En conséquence, le public représente l'adulte qui répare les dégâts du sale gosse inconscient du privé. Seuls des cerveaux entièrement détraqués ont pu inciter à donner tout le fric mondial à l'irréfléchi et l'irrécupérable privé. Au lieu de le forcer à une drastique cure de désintoxication !!!

De ceci, il ressort fermement que le privé doive suivre les règles du public et pas l'inverse. En France la RGPP représente le scandaleux effondrement de l'esprit de hauts fonctionnaires: foutre du privé irresponsable dans du service public très mature, oui, seul un cerveau arrêté à l'école maternelle peut sortir de telles toxiques aberrations.

Pour les Finances publiques, le Trésorier payeur général ou le Payeur départemental ou autre vocable – est GARANT sur ses biens personnels (et dans un cadre juridique précis) d'une partie de l'argent qu'il gère…Portez cela au privé: immédiatement, tous les"trous" sociaux sont comblés, les déficits envolés. En une seconde et avec tout le bon sens de votre côté…

Les inexcusables crises systémiques de 2008- 2009 (inexcusables puisque des analyses comme les nôtres les prévoyaient grandement! vérifiez, si vous en avez les couilles, sur le site internet  freethewords.org ou "la bibliothèque du futur" pour souligner le refus du réel de trop de personnes et les conséquences déchues de ces refus… ). Voilà des prédateurs qui ont coûté à aux seul PLUS QUE TOUS LES CRIMES ET DELITS JUGES DEPUIS UN SIECLE. Ce coût social maxima devait donner lieu à de retentissants procès. Voilà. On attendait, on vient de voir: RIEN. Le plus grand scandale financier de tous les temps: RIEN. Que fait donc le Tribunal international contre les crimes de guerre ? Les contribuables ont été spoliés avec l'attente loyale de recevoir des réparations et de voir les procès sensés surgir. Or rien de tout cela: ça vous dit quoi ?

Sinon, que le flux de la demande forte d'apprentissages intensifs doive se diriger totalement vers le haut de la société; ils ont tout à apprendre, ils ne sont plus du tout dans le réel, marre de ces lunatiques et de ces évaporés, leurs décisions deviennent toujours plus déplorables, leurs conduites dégradantes. Déversez leur un flot de pédagogies, ex- irrationalistes des médias médians !!!

Sinon, que le flot de réprimandes ne se concentre plus que sur ces fauteurs de troubles du sommet, ces fouteurs de merde internationaux, ces gouvernements d'insurgés et émeutiers, toutes ces élites qui se délitent.

GARANTS sur leurs biens cela additionne: pour Goldman Sachs qui a récupéré, tout de même, 13,1 milliards de dollars sur la crise causée par son dérangement moral, son versement "amiable" de 550 millions de dollars représente un "trou" de, oui, oui, 12,5 milliards. Pour Angelo Mozilo, un des fomenteurs des subprimes, qui a "gagné" 521,5 millions de dollars à se conduire pire qu'un gangster, une "amende" (sic) de 67,5 millions – et sans prison – le "récompense" d'avoir détruit, bestialement, tant de vies. Le "trou" là est de 454 millions. Vous poursuivez l'addition, vous obtenez de quoi combler plus que largement tous les "trous" sociaux et, même, de commencer le partage des plus values très en retard depuis 1975.

Les casseurs sont les payeurs: lors des manifs, la destruction du mobilier urbain aboutit à un procès et à des réparations à payer…

Les pollueurs sont les payeurs: même démarche, idem au cresson.

Pollué par des esprits détraqués, cassé par des cœurs cupides aiguillonnés par des folies étatiques – l'argent commun (la masse monétaire unique), le mobilier terrien du fric collectif – se devrait de voir appliquer ces règles de bienséance comme de bon sens.

Un acte simple – garant sur ses biens personnels- vous verriez disparaître une très grosse partie de la délinquance financière – celle QUI PESE D'UN POIDS SI ENORME SUR NOS SOCIETES – vous combleriez tous les déficits et ouvririez à plus de paix sociale. Surtout avec le partage des plus values:!!!

Rien qu'en appliquant la Justice, l'équité et les lois actuelles: bénéfices collectifs exponentiels pour décisions ultra simples…

 

Puisque, apparemment, les juges trahissent la Justice, que les déclarations universelles, issues de l'esprit révolutionnaire de 1789, les désignent (ces juges à juger !) comme "complices, receleurs, souteneurs, incitateurs à la débauche financière, violeurs des consciences, fomenteurs des abus de faiblesse, entremetteurs, casseurs et pollueurs" – nous reprenons les choses en main…

 

Afin de fiancer les retraites et toute la protection sociale nous réquisitionnons tous les biens bancaires, boursiers, médiatiques, voire industriels qui ont servi aux très illégales spéculations financières. Vu le début de l'addition, tout le monde pige avec quelle aisance tous les déficits seront couverts. Selon les règles oubliées de "l'optimum social".

Nous instituons envers le privé, dans un cadre juridique bien "régulé" (réglo avec tout le monde!) l'obligation absolue de suivre les règles si équitables et sérieuses des services publics. Telles celle de payer de sa fortune personnelle les conneries qu'on fait.

D'abolir, solennellement, le délire psychotique de "privatisation des bénéfices et de socialisation des pertes" – l'ensemble des "biens communs", inaccessibles aux toxiques pollutions commerciales", se voyant très élargi…

De réinstaller, en sommet de hiérarchie des délinquances, les crimes et délits économiques comme les plus lourdement répréhensibles.

Bref – sans quitter la phraséologie dominante, comme de l'avilie hypocrisie médiatique, avec un ensemble d'actes simples et si peu coûteux pour la civilisation, de tout changer – juste, en réorientant les cerveaux vers le bon sens et la simplicité volontaire juridique…

 

Qui dit mieux ?

 

 

(à suivre)

 

vous pouvez trouver une suite sur le site internet  freethewords.org

 

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article