Peut- on aborder des sujets essentiels et brûlants sans paraître agressivement agressif ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5178062648_59c96305ff.jpg

Même si l’intention du proférateur se sait non violente beaucoup trop d’esprits semblent s’engouffrer dans la tolérance zéro à toute infime différence. Tout ce qui n’est pas eux les excède. Toute pensée divergente les sort de leurs gonds…etc Nous pouvons délester ainsi leur liste (la seule qui si, inéquitablement, soit déroulée par les médias inentendus !) - pas grave, la chute ou l’effondrement se trouvent exactement dans leurs listes et pas ailleurs ! D’autant plus, qu’ils s’en foutent du mal induit infligé à autrui…Ils font aux autres ce qu’ils ne voudraient pas, à coups d’hystéries, qu’on leur fasse.

En conséquence, votre agressivité semble beaucoup moins l’être, attrapée dans la trame de telles mauvaises fois. Deux versions trop opposées ne peuvent être rigoureusement fausses ou vraies  toutes les deux à la fois. Vous avez en face de vous la toxicité extrême de ce qui ne respecte aucune règle, ne supporte aucun principe (si ce n’est drastiques pour les autres !) et ne tolère aucune limite. De quoi obliger tout locuteur paisible à hausser le ton métaphorique afin de briser ce cocon mortel. Le culot des dominants est devenu tel (mentir sans vergogne !) et leur refus de toute remise en question de leurs styles de vie si durci – que, pour qui, connaît la causalité du réel (les riches créent les déficits, ils polluent infiniment plus que les autres et leur poids est devenu intolérable pour la collectivité) et se trouvant, face au solipsisme inquiétant des dominants (qui ne veulent même pas affronter les conséquences de leurs prédations indéfendables !) – ne peut qu’user d’une rythmique énergique…

 

Comme le temps de parole ou l’espace d’écriture peuvent être calculé à 10 milliards ou 100 milliards (la disproportion file le vertige) moindre que le martèlement dominant ; que ce discours publicitaire nous agresse pourtant violemment, nous faisant prendre des vessies pour des lanternes, insultant notre intelligence, refusant les totaux têtus des faits, etc. – ce qui apparait comme une IRRUPTION (votre texte !) , et comme irruption brusque, obtient de « rompre ce ronron coutumier » pourtant, lui, tellement plus qu’agressif….

 

Question d’habitude : si ce que vous vient des dominant reçoit l’euphémisation de votre entendement – et pas ce qui semble surgi du bas – tout ceci peut s’inverser…Ce qui arrive déjà pour un nombre de plus en plus grand d’humains. Personnellement, l’agression obscène des discours dominants me semble criard, discordant, bricolé, décousu, négligent, désordonné et sans harmonie – comme une danse bouffonne et maladroite qui ne cherche qu’à piéger mon attention. Afin de détourner toute ma concentration de la réalité la plus évidente….Vous voyez bien ce que des mercenaires agités reprochent aux écrits qui me conviennent – de M’INTERPELLER (alors, qu’outrageusement, eux ils me piétinent à longueur de temps !) se voit, immédiatement, replacé où il se doit. Sur les trop exposés insulteurs publics (dits, aussi, stars ou autres !)….Plus même, pas assez des discours ou d’écrits iconoclastes ne me semblent assez impliquer, interpeler, engager, apostropher, bousculer…

 

Le reproche d’agressivité devient alors (et sans généralisations précipitées) comme un honneur…Une qualité devenue honorable…

 

Un exemple, une dénommée Dominique Voynet osa « avoir raison tout seul et en avance c’est avoir tort ». Rien que cela : tout le savoir occidental remis en cause, toutes les sciences déplantées, toute objectivité devenue impossible, etc. La société ne peut que pourrir à grande vitesse avec de tels discours…En effet, « avoir tort en masse et tout le temps devient avoir raison », (le juridique symétrique de l’exaction sus-dite !)…On me prévient que l’auteure de ces mots vénéneux serait une sénatrice des Verts…Ne vous avait-on pas signalé de bizarres « partages du travail » entre ces très agressants prétendus de gauche et la droite culturelle ?

 

Donc votre phrasé serait heurté, cette virgule bien trop pointue ou ce mot bien trop dérangeant (mais pour qui ?), encore, cette interpellation trop existante, etc. Et donc les dominants, du fait de ces remarques, OBTIENDRAIT TOUS LES DROITS DE NOUS AGRESSER EN PERMANENCE ???

 

Puisque tout discours les montrant tels qu’en eux-mêmes obtiennent la disgrâce d’être estampillé « agressifs ». CQFD. Nous nous disions bien que l’inversion provenait du sommet…Et que le « basculement » actuel provenait des montagnes qui se remettent à l’endroit. Afin de reprendre la marche de l’Humanité…

 

Désolé, c’est avoir infiniment raison que d’être en avance même moins nombreux que les illusionné(e)s. Et c’est avoir infiniment tort de vouloir le cacher et le dissimuler encore aux regards du plus grand nombre. Fût- on verte de rage…Quelque chose s’est mis à basculer. A irrémédiablement basculer…ce qui va parvenir à faire voir exactement quiconque tel qu’il/est en réalité.

 Agressif ou pas c’est en train de se passer…et cela compte tellement plus que toutes les  simagrées !!!

 

A quoi ça sert de nettoyer la merde chez soi quand on s’y fait chier ?…judicieuse parole de slameur…agressif ou non ? hého faut se réveiller !!!

 

 

(à suivre) 

 

Aussi le site freethewords.org à suivre de près

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article