Qui faudrait- il limiter ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

019

L’ensemble des manières de questionner actuelles ne semble pas, du tout, se tenir à la hauteur des enjeux réels. Comment voulez- vous vous comporter adéquatement si vous ne pigez rien de bien fiable au réel ? Tenter de répondre est, déjà, faire de la place aux questions, non ? Révolution ou pas perd tout sens essentiel. Si révolution veut dire « conserver » on ne peut pas tout « conserver » (et surtout pas les demandes conservatrices que les trop riches conservent, intacts, leurs droits « acquis » (sic) !). En ce qui concerne les pauvres et trop pauvres il ne s’agit plus de droits « acquis » mais de droits humains.  Le minimum de la dignité humaine que les trop riches (devenant alors truands !) ne peuvent plus toucher. Etre riche, à travers les siècles, représentait un devoir, il le redevient : non rempli, il doit être repris par un « liquidateur » qui veillera à ce que tous ces devoirs soient honorés.

 

Le premier devoir du trop riche est de limiter la démence de sa richesse. Puisque la « masse monétaire » reste une quantité finie, que les années 2008- 2009 ont prouvé que les Bourses ne créent aucune valeur (qui serait alors métaphysique !) mais vit en parasite sur « l’argent des autres » (selon la formule d’Alexandre Dumas fils)…en conséquence, si un prend 40 % de la masse c’est autant de moins pour la collectivité.

Limiter les spoliations, les effractions, les braquages (et la « mondialisation » dérégulée – donc ne « régulière » - n’a été que ceci !) sur les pauvres représente ce second devoir qui commence par la reconnaissance de ce fait que la soi- disant économie n’est que le circuit de vol permanent des pauvres par les riches. Une rapide illustration surgit de vérifier que les flux financiers mondiaux vont toujours du Sud vers le Nord. Et qu’à moins d’être aveugle, sourd, voire obtus, ceci se traduit en ce sont les pauvres qui « aident » en permanence les riches

 

Les enjeux qui doivent être « ‘conservés » n’appartiennent pas du tout à l’économie (qui sera bien vue, un jour, comme une gaminerie sans aucun sérieux !). L’économie n’est qu’un parasitisme ascientifique qui n’a pas à continuer du tout. La richesse de la majorité ne dépend pas du tout de sa poursuite. Tout porte à croire que sa suppression « enrichirait », soudainement, au moins 75 % de l’Humanité. Economiser l’économiser, s’en passer totalement, l’abolir, virer ce circuit parasite et furieusement antiscientifique fait partie des actes DURABLES.

Persister dans l’entêtement puéril de maintenir l’escroquerie économique (où n’existe ni loi de l’offre et de la demande, ni main invisible omnisciente, ni utilisation rationnelle des ressources ni aucune Raison sensée envers la Nature ou la survie de l’espèce humaine !) – n’est plus DURABLE du tout.

 

Quel que soit l’angle abordé le trop riche n’est plus DURABLE du tout. Qu’il ai fasciné trop de regards avec le poids des pauvres qui serait trop lourd sur les ressources communes - ne tient plus. Beaucoup ont pigé que les déficits publics ne proviennent principalement que des riches. Ses excès de convoitises l’ont rendu fou : voyez «ses » médias » avec le leitmotiv du « les pauvres sont des voleurs ». Or, ni en logique ni en arithmétique, ce n’est possible. Si plus vous « volez » plus vous appauvrissez, il ne peut y avoir vol (qui enrichit si vous vous rappelez !). Voler c’est finir avec beaucoup plus que vous aviez. Là c’est avec moins. Ce simple constat dénonce la diffamation absolue sur les pauvres. Et ramène le regard sur la claire conscience que c’est le riche qui coûte bien trop cher à la collectivité….

Au lieu de bifurquer vers la fin des trop riches pour que la richesse demeure normalement supportable et donc reste durable. Partage des plus values – un des moyens disponibles. Or, des fous furieux déguisés en milliardairestrop, s’obstinent à trop prélever. Ca ne peut durer et n’importe quel bon sens près de n’importe quel chez vous devine que cela ne peut que mal finir…

 

Dans ces conditions, révolution ou pas, carrément impossible de « conserver » le trop riche. Plus vite la société l’admettra, plus la transition se fera calmement, équitablement et rationnellement….

 

Plus personne de sensé, de raisonnable, ayant de l’esprit pratique ne se trouve du côté de la régression capitaliste. De leur côté, pullulent l’incompétence, l’irresponsabilité et les gamineries au sommet…Accélérez à fond le mouvement d’abolition de la folie de l’archi minorité qui prend beaucoup trop. Raisonnablement – qui trouverez vous sur votre route pour vous empêcher de restituer, aux 85 % spoliés, les 15 % d’avoirs publics, plutôt illégalement « offerts » au privé depuis 1975 ? Citez un chiffre pour voir !!!

 

Bien, ah bon, hé ça alors !!!  A part votre « blocage » intérieur (qui ne peut être « dura      ble» !) rien en somme. CQFD …

 

(à suivre) 

 

Aussi le site freethewords.org à suivre de près

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article