L'image c'est pas sain, l'écrit restera toujours plus démocratique

Publié le par imagiter.over-blog.com

3935533464_b0eaf0c2fa.jpg

Dans l'enfer que, de plus en plus souvent, nous subissons, les pollutions sont, aussi, mentales, morales, affectives. Un des poisons bien incrustés dans l'époque c'est l'Image. Ah oui ! la sacrée image qui ARNAQUE sur tout !!! Réactions premières à ce constat: on nie en bloc, en faisant la très sourde oreille !

 

Afin de permettre que se poursuive la loyauté d'un débat réel, nous allons, d'abord, lister toutes les illusions et tromperies qu'a amené l'Image avec elle:

 

1 ----  Le pire de ses leurres c'est l'incitation insidieuse et obsédante à lâcher prise (on pense plus, on n'analyse plus, on déduit plus, on ne vérifie plus, on s'anesthésie, on se routinise, on ressent plus !). Les résultats s'étalent plutôt pitoyables.

2  ---- La suite de ce leurre surgit comme la paresse mentale et affective qui se répandent…Qui fait encore l'EFFORT D'AIMER (et, dans son alignement parfait, l'effort de penser ) ? L'image nous sous – humanise, elle nous rabaisse, nous fait, plutôt, régresser.

3 ----  L'effondrement vers la "croyance". "Croire" que l'image est l'accès impeccable au réel c'est très dangereux: on glisse, trop vite (sans rien à quoi se raccrocher!), vers l'auto-enfermement, l'aliénation, la déréalisation et les hallucinations trop aisément. Non, "voir" une image ce n'est pas du tout comprendre le réel  !!!

4  --- L'oubli (trop sélectif) de ce que l'image est une "construction" d'un bout à l'autre, un montage, une fabrication, que c'est le centre des trompes l'œil, des manipulations, etc. Et que son raccord avec le réel n'est pas du tout automatique. Même très exceptionnel. PUISQUE L'ON GLISSE TOUJOURS SUR SA SURFACE INDIFFERENTE. Et que, dans ces conditions, seul le savoir peut transpercer, trouer, perforer, pénétrer, entre dans le réel. Seul le savoir conduit au réel complet, l'image en détourne !!!

5 ---  Que nous devrions nous MEFIER sans cesse de toutes les images. Comme si elles étaient des sables mouvants, des zones irradiées, des déchets toxiques ou autres. Et que, tout au contraire, vu sa facilité paresseuse de glisser dans l'œil en tout laxisme séducteur, alliée avec la sur-évaluation de chacun-e par rapport à soi- même (moi je "sais" voir et l'image c'est mon truc, je la domine, elle ne peut me manipuler, etc…et autres délires et "dénis du réel" en veux tu en voilà !) –la maladie s'étend faute d'être nommée.

6 --- La maladie s'étend (faute d'être nommée!) et provoque, en plus, de graves dégâts…elle rejette l'intelligence perspicace, les raisonnements charpentés, les fulgurances verbales, les textes écrits…etc. En bref, tous les instruments exigeants et taraudants du savoir…QUI LUI PERMETTRAIENT DE S'EN SORTIR. De retrouver les accès au réel. Grave puisque sans autre issue que suicidaire !!!

7  --- Sans oublier, que la réalité c'est toujours la moitié manquante de l'image (voir le Bonus joint). Rare, en effet, l'image complète du réel. Nous n'en avons, la plupart du temps,  que la moitié tronquée, amputée, soustraite. Apprendre la technique de "la moitié manquante de l'image" parvient à en garder toute la chatoyance ou la sensualité mais en ne la considérant pas comme une méthode fiable et efficace d'accès au réel… 

Etc.

 

Ces quelques éléments (dont la plupart n'ont toujours été présentée nulle part !)  nous amène à voir en l'image BEAUCOUP DE MALSAIN, d'infecté ou d'insalubre.  Elle est trop "facile", trop séductrice (elle prend beaucoup et ne "donne" que sa seule surface, sans rien derrière) et n'use que des incitations à n'utiliser que ce que nous avons de plus bas en nous.

 

L'écrit restera toujours plus démocratique. Parce qu'il est exigeant des 2 côtés: pour l'écrire et pour le lire. Il vous "respecte", il vous prend toujours pour "assez intelligent" pour le lire. Il vous élève toujours. Demandant, sans tricher, des "efforts". S'annonçant, souvent, "difficile"…Mais, vous pouvez revenir en arrière, à votre rythme, insister beaucoup ici, survoler là, il s'adapte bien à chacun de nous. Et, de plus, il n'a vraiment rien à cacher. Songez à tous ces documents sur les brouillons des livres. A l'exact opposé de LA SALLE DE MONTAGE au nom incachable. Montage, c'est pas franc.  C'est fabrications, coupes, choix incessants, refus des contre- pouvoirs et des comptes à rendre. Bref, tout à cacher. Jamais un reportage complet afin d'incorporer les choix multiples, les coupes, et les résonances de ces actes en nous, etc – n'a été possible. Salle de montage=refus net de la démocratie. Je monte, coupe choisis, censure, etc. UNILATERALEMENT - vous "n"avez qu'à" regarder. C'est tout !!!

 

Si après tout ceci – vous n'aimez pas les textes et si vous persistez à vouloir demeurer toujours plus manipulés par les images – vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été avertis !!!

 

A quel point l'écrit restera toujours plus démocratique. Et à quel point l'image vire, le plus souvent, au malsain…

 

Vous parviendrez bien à le ressentir un de ces quatre.

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

BONUS *******

Blog du 6 septembre 2010

 

La vraie actualité c'est la moitié manquante de la photo ( texte cadre)

 

En Malaisie, il y a quelques années, les journaux étalaient une photo dérangeante, on l'on voyait une foule compacte se précipitant, hurlante, mains agressivement tendues, contre des policiers qui se tenaient en face d'elle. Cette photo dégageait une grande violence et cette foule, en pleine meute, n'inspirait aucune sympathie. Seulement, nous sommes parvenus à voir la photo entière. Là, changement radical d'optique: sur la droite de la photo, des hommes armés, à tirs tendus, étaient bel et bien en train de massacrer la foule. Sa réaction toute naturelle de panique, de fuite éperdue, mains tendues devant, redonnait toute sa noblesse à cette multitude que nous étions prêt(e)s à vouer aux gémonies avec la première photo.

M'est entré, ce jour-là, bien fiché dans le crâne, que L'ACTUALITE C'EST LA MOITIE DE LA PHOTO MANQUANTE.

Voilà, un cerveau, irrémédiablement perdu pour la propagande de la régression capitaliste. Et donc, pour qui la plupart des journaux ont atrocement déchu: ayant trahi l'obligation d'informer. Ayant choisi (à la sauvette) leur camp et donc ne pouvant plus s'appeler "médias" (au milieu de…qui remédie à…). La moitié manquante de la photo leur devient, soudain, très défavorable. Il faudra bien un jour, une justice concrète. Ils étaient du côté de ces (sous)hommes armés tirant dans la chair d'une foule désarmée. Et ils le restent toujours plus aujourd'hui. Point barre.

Et – de ce fait – l'exercice légal de l'actu devient l'exact contraire de ce qu'ils font (ou plus exactement ne font pas!). Leur déchéance se montre totale (pas un mot qui ne signât une putride dégringolade) lorsqu'ils osent remplacer le débat d'idées par une indigne pipolisation anti-actu. Ils doivent être "informés" que ces pratiques soulèvent de répulsion de plus en plus d'humains. Les circuits de réprobation et de dégoût changent, radicalement, de côté: nous vomissons cette décadence arrogante de tout notre corps. L'actu people est pire qu'une trahison: la perte immédiate de tout droit à informer.

L'irruption douloureuse de la moitié manquante de la photo aura été notre épiphanie. L'actualité c'est OBLIGATOIREMENT le hors cadre, ce qu'on ne nous montre pas, le planqué, le masqué, l'escamoté ou le dérobé. La moitié manquante de la photo devient plus importante que la partie que l'on daigne, et avec quelles réticences, nous exhiber. L'on récolte ce qu'on sème !!! Ca doit leur faire une sensation pénétrante, mais tous ces pérorant "traîtres à l'info" ne peuvent plus recevoir qu'aversion, exécration, désapprobation, et réprimande. Toute people manière de traiter les idées devient déclencheur de nausées. Nous n'en voulons plus jamais.

Dehors avec vos saletés !!!

Comme nous, voyez-vous toutes ces cruel-le-s ex-stars de l'anti-journalisme (qui avaient déjà, si légèrement, sacrifié nos vies) tout en bas de la pente, pataugeant dans leur boue collante, parmi la liesse collective de cris d'émancipations: " enfin débarrassés de ces matons! enfin débarrassés de ces matons ! ces matons qui nous servaient "leurs" actus comme "notre" punition, notre peine, pour tous les crimes "qu"eux seuls ont commis"..: enfin débarrassés de ces matons qui nous regardaient comme "leurs" prisonniers, coupables que de ne pas être tout aussi corrompu(e)s qu'eux! Nous sortons, enfin, de la prison des mensonges généralisés !!!" ?

Le crime clair et net c'est la pipolisation de la vie publique (donc sa privatisation: juste reprendre, à ce sujet, toutes "leurs" citations contre Mao Tsé Toung et sa "personnalisation" (synonyme de people non?) du pouvoir). Ah bon! Ce qui n'était pas bien pour lui, serait, soudain, magiquement, valable, pour eux ? Pas question: EMPECHER les débats d'idées par la pipolisation forme, dorénavant, un crime contre l'actualité. Est- ce bien clair ?

Le circuit des réprimandes et des condamnations change, très soudain, de bord…

Ce texte reste liminaire d'une radicale façon de traiter l'actu. Qui va émerger rapidement. Sa longueur ne dépend  que de ce but. Un seul exemple, exhiber Eva Joly, comme profil people représente une déchéance grave pour les idées écologiques. On ne voit pas en quoi leur justesse serait confortée par faire pleurer les chaumières ? Et la moitié manquante de la photo ? Clair! Que c'est qu'ils (ex Verts & co) n'ont rien à dire de "durable" sur l'écologie concrète puisque, tout évidemment, ils ne voudront jamais l'appliquer, tel, du moins, que les nécessités de la survie planétaire l'exigent: Ils sont juste là pour faire barrage aux vrais écologistes, pour qui zéro people. Et tout idées !!! T'es people tu trahis afin que ne persiste que "le circuit des noms": ainsi, recadré(e) tu ne peux qu'être ennemi des idées et de leur succès. Donc, la défaite préméditée du plus grand nombre "juste" pour que ton nom restât scandé, de toi ou nous, qui est complètement fou ?

Ainsi donc, le côté soutien exagéré aux noms, clarifie de quel camp est vraiment le "pipoleur". Vous pouvez vous affubler de n'importe quelle étiquette: l'imposture people l'emportera à tous les coups. Même dans leurs hautes eaux, les socialistes n'ont jamais dépassé les 30 000 militants. Pour les autres formations, les chiffres font aussi groupusculaires. Si, la pipolisation n'existait pas, ils (tous les politiques "minoritaires"!) ne récolteraient que de bien moindres effets. Nous devons revenir à des débats, en direct, dans les salles et places publiques. Nous devons enlever des mains des si peu fiables ex-journalistes tout "encadrement de ces débats". Avec eux la moitié manquante de la photo excède plus de la moitié de la photo. Ils nous volent l'actu, ce sont de limpides truands: nous ne les laisserons plus faire…

Leurs exécrables manipulations furent résumées dans une chanson qui nous prévenait, vaillamment, devant:

Tous ces rêves bien truqués

qu'on veut te faire jouer les yeux bandés…

et à laquelle le "à qui ça sert ?" n'a toujours pas obtenu de réponse. Nous l'exigeons immédiatement. "A qui ça sert ?" la moitié manquante de la photo ? Ne pas répondre "est" une réponse…

Aussi bien, vous repérez la même déchéance accélérée des ex-arrogants. La moitié manquante de la photo était dans le texte même. C'est pire que répugnant que de truquer des rêves. Mais cela touche à la hideuse perversion que d'exiger que l'on se bandât soi- même les yeux. Il faudrait être maso, ennemi de la raison, détraqué, avili ou insensé pour obtempérer à un tel scandale.

Les circuits d'indignations et de condamnations changent, très soudain, de bord…Comment avons- nous pu supporter de tels échecs ambulants ?

Toute pipolisation représente un échec cinglant de l'intelligence. Et cela se sait de plus en plus. Cqfd ?

 

(à suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article