L’ennemi est bête

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’ennemi est bête

Dans absolument tous les domaines – il s’est coupé de toute solution, solutions collectives, solutions vraiment à notre portée. Prenons le fait que ce système produit irrationnellement tant de déchets – alors que la nature et ses régulations c’est toujours zéro déchet – sa solution c’est de tourner le dos à son fonctionnement actuel. Ou bien, lorsque la mondialisation de l’esclavage permet la croissance des entreprises, la solution n’est sûrement pas de déréguler le travail mais bien de les réguler fermement, les employeurs, afin de les ramener à la rationalité de la justice sociale. « Leur » éducation est un échec flagrant si la majorité des citadins pensent que la nature est l’artificialité d’un décor dont nous pouvons nous passer. Alors que la solution c’est qu’ils comprennent et ressentent vite que la nature c’est « notre » vie même, les conditions de notre survie, la nature nous habite plus que nous l’habitons. Nos vies sont un des sous-systèmes qu’elle contient – elle peut très bien se séparer de nous, et nous pas, le transhumanisme c’est surtout obéir à la nature ! La solution c’est donc d’abolir toute leur éducation, comme les médias d’argent sale ou la culture qui n’est plus que la médiocrité. Médiocrité sans issue depuis que ces fous mégalomaniaques (qui se croient plus dieux que les dieux ou plus génies que les génies) ont décrété pitoyablement qu’il « ne faut pas publier les génies ». Il s’agit de faire tout le contraire. Alimentation, agriculture, santé, tous domaines à complètement transformer – ce sont les prétendus « réformateurs » qu’il faut réformer et à 100 % - pas la société. Et donc ? Partout ce système de la PLUS HAUTE STUPIDITÉ POSSIBLE s’est coupé de toutes les solutions. Afin de s’en sortir – il doit faire l’exact inverse de tout ce à quoi il s’est obstiné jusqu’à ce jour. C’est dire. Le quitter en bloc – parait donc l’acte le plus raisonnable à notre portée.

 

 … Voici comment ? Commencer par examiner objectivement l’état des lieux de leur…non-pensée, cette origine de tous les drames actuels – Ceci démarre par…Reléguer, déclasser, écarter, confiner, bannir, exclure…tout ceci qui signe des actes volontaires, intentionnellement mis en places et en activés. De l’agressivité dissymétrique qui accuse, seulement, qui en est tout frénétiquement tressauté. Du tort qui crée tant de…torts ! Et l’hypocrisie carrément insupportable d’injustices c’est – en seconde cruauté – d’accuser les déclassés de l’être. Comme s’ils s’étaient auto-déclassés d’eux-mêmes. Relégués tous seuls sans aucune intervention. Auto-exclus, intra-écartés, infra- confinés. Tout est, désormais, vraiment compris lucidement. Seuls sont coupables qui déclassent, qui relèguent et jamais de jamais qui « aura été » déclassé, blessé ou relégué. Une marge n’est donc pas une marque infamante mais bien une gloire d’avoir été torturé d’injustices sociales…par la violence toujours mieux reconnue des trop riches. Dont une bonne partie mérite d’aller se calmer en prison…

« …et j’apprécie à son juste prix cette aptitude à faire fi des barrières qui la société  place sans cesse sur nos risibles vies (p. 170 - Muriel Barbery – L’élégance du hérisson, 2006). » Oui qui nous la sort en grand « Barrières, arrière ! », comme s’il en était « resté » à l’homme préhistorique qui devait danser sa dissuasion. En se tapant gorille la poitrine, en éructant du sourcil pro et éminent, en éructant de son agressivité afin de dresser de fragiles palissades entre le potentiel ennemi et lui…Clair que qui nous la braille « Barrières, arrière ! » se démontre bien comme l’antisocial qui dresse des barrières et des obstacles illégaux devant la justice sociale qu’il nous faudra bien permettre d’exister un jour proche. Ce n’est pas parce que l’obsolète capitalisme stagne dans l’agressif  « Barrières, arrière ! » que nous pouvons encore le prendre au sérieux. Lorsque qu’il veut nous faire prendre son simplisme très très pré-historique pour la Fin de l’Histoire. L’Histoire de l’Humanité unie et unifiée commencera dès le jour de l’abolition du capitalisme, ce lourdaud provincialisme qui ne veut pas accepter…l’universalité…Il est bien trop sinistre pour être honnête, ce vain libéralisme !

Toutes ces simagrées – si m’agréent ces simagrées, je ne risque pas de le dire. Pourquoi ? La « bourgeoisie absolue » (qui veut imiter, trop maladroitement,  la monarchie absolue) se fout (son manque de savoir-vivre est absolu comme sa sauvagerie interhumaine) oui se moque de ce que nous agréons. Et sans agrès ni gréements  qui agréent comment pouvons-nous accastiller le…vaisseau de l’Humanité, the magic swirling ship. « Moi je supplie le sort de m’accorder la chance de voir au-delà de moi-même et de rencontrer quelqu’un (p. 177 – ibidem). » Inutile que ce soit un Saint Quelqu’un il suffira qu’elle/lui soit plus que dégoûté de tout égoïsme, ce tombeau pestilent qui empêche de vivre « nus de nature »…

………………….............****************************************************

Cet aveuglement à croire qu’ils peuvent monologuer la loi. A faire que tout leur appartient (les pays, les comptes en banque des humains, la liberté des expressions, les richesses produites par l’augmentation des rendements du travail – pas du capital enfin (celui-ci ne vivant qu’en parasite sur la « valeur travail », il ne peut donc s’auto-augmenter ni s’auto-augmenter le rendement !) -, etc. – oui cet aveuglement à se perdre dans son seul labyrinthe oublie que la loi est un contrat, un contrat social qui ne peut se soliloquer. Un contrat c’est au moins deux – et ces deux doivent y trouver un avantage, un équilibre, un équivalent ou un contentement – sinon aucun contrat du tout. Librement consenti – ni faussé ni abusé par des faussaires (tels ceux de la Commission européenne avec les termes juridiques). 1789, malgré tout, aura réussi dans diverses partie dont la partie juridique. Et les voraces auront perdu sur le moyen terme : puisque une « bourgeoisie absolue » (sur le triste modèle de la monarchie absolue) dès qu’elle sera vue ainsi, va le voir se retourner durement et définitivement contre cette bourgeoisie très… relativisée. Deux exemples ?

>>>> 1) - ** François 1er, prisonnier à Madrid après Pavie avait fini par céder la Bourgogne, mais les députés de Bourgogne affirmèrent avec force que le roi n’avait point le droit d’aliéner une province comme si c’était son domaine privé : grande nouveauté que le roi adopta volontiers (p. 16- Jean Duché « l’Histoire de France racontée à Juliette », 1964)…si c’est ainsi pour un Roi ce l’est d’autant plus, et d’autant plus « martelé », pour des…bourgeois. Sans généalogie qui …légitime (le bourgeois issu des lois républicaines n’a le « droit » a aucun privilège…séparé. C’est ainsi !) Aussi, quasiment rien de ce qu’ils prétendent ne leur appartienne en propre (ni les pays, ni les richesses collectives, ni les institutions, ni le droit de pondre des lois…n’importe comment, etc.). rien de ceci ne peut glisser dans son… « domaine privé » de bourgeois « non absolu ».

>>>> 2) - ** Devant la grève de 1539  des typographes de Lyon ? Les typographes, un métier tout neuf à l’époque. « Leurs patrons les font travailler 16 h par jour en été, et ils ont voulu réduire leur « pitance », la partie du salaire qui est payé en nourriture. (p. 22- ibidem). ». Résultats ? « Lorsque Charles IX, en 1541, aggrava l’interdiction des « cabales » et des grèves, les compagnons protestèrent auprès du Parlement contre « qui acquièrent journellement de grandes et honorables richesses au prix de leur sueur et industrie merveilleuse et même plus souvent de leur sang (p. 22 – ibid.). » Très bien formulé. Si les « attendus » de l’époque inscrivaient ces excellents arguments » - rien, non rien de rien en 2017, ne peut empêcher de faire de même. Et la loi se doit de rappeler, en effet, que les soi-disant profits issus de nulle part, comme extra terrestres, de ces patrons proviennent, en réalité, de ce…« qu’ils acquièrent journellement de grandes et honorables richesses au prix de la sueur et industrie merveilleuse »…de la force-travail. Ce n’est pas au-dessus des forces de 2017 que de dire cette vérité très objective !

L’Histoire du passé recèle tant de faits probants qui peuvent être utilisés contre des pouvoirs abusifs. Nous avons tellement plus d’arguments que nous pensons. Nous ne pouvons tout de même par faire pire que 500 ans avant ! Cela ferait trop désordre dans les médias de masse…

….…………………….....***********************************************

Nous en concluons que ce sont toutes leurs méthodes de pensée qui ne vont pas du tout. Mais pas du tout. Encore un absolutisme ? Plutôt une mégalomanie acariâtre et capricieuse envers la réalité, la luciole qui se croit plus que le soleil. Voyons… « et parce que notre culture le veut ainsi, nous tentons de restituer dans la continuité d’un mouvement que nous concevons sans à-coups, ce que nous croyons être l’essence même de la vie : l’efficacité sans obstacle [[ niaiserie ingénue qui ne peut exister qu’à la seule condition que ces personnages aient risqué un « coup du monde », un putsch contre le réel – « réel rends-toi, et ne me résistes plus jamais »…quelles paroles plutôt insensées ]], la performance fluide figurant, dans l’absence de rupture [[ cette fluidité ne peut se réaliser que dans un conte de fées où la violence coutumière du bourgeois absolu ne rencontre jamais les conséquences flagrantes de ses actes ni les êtres très endoloris qui auront subi ses gesticulations insensées. Et alors ? Des ruptures partout – rien que nous, sommes en complète rupture avec des personnages aussi peu légitimes et bien trop…insensibles…]], l’élan, vital par lequel tout s’accomplit (p. 188 - Muriel Barbery – L’élégance du hérisson, 2006). »

Donc – « la continuité d’un mouvement que nous concevons sans à-coups : l’efficacité sans obstacle, la performance fluide figurant, dans l’absence de rupture, l’élan, vital par lequel tout s’accomplit ».  Tout ce mouvement « hors réel » qui se la joue au grand personnage, enturbanné de rubans et falbalas, qui fait sans cesse le mouvement du feutre de son chapeau, qui courbe ses courbettes dans une danse du bras et de la courbure « fluide » de la tête qui se baisse. Oui mais ceci est une rêverie, seul l’enfant peut croire que la réalité ne nous présente  aucun obstacle, que nous pouvons agir « fluidiquement » avec elle. Oui comme si nous nous…dansions des effets, des actions et réactions, des contre réactions mêmes. Que nous pouvons – puisque « le réel est tout à nous » et autrui ne peut l’(nous) interrompre (parce que 1) – il ne se le permettrait pas…et que 2) - la réalité, toute de notre côté, ne le permettrait pas non plus.). Mais, sur le fond, au delà des ruptures, le réel n’est-il pas, à la fois et ensemble, de leur côté, et…du nôtre tout autant. Plus qu’il inclut tout et n’exclut rien. Nous, par contre, plus enclins aux ruptures, aux obstacles, à contrarier tous les élans, à casser toutes les belles courbures et à empêcher la joie d’autrui – nous excluons tout et bien rare qui a appris à…inclure. Et que donc ? Seul pour la pensée les prétendus puissant rêvassent (faute de savoir Rêver en très vrai) cette « geste fanfaronne » (et combien immature !) de la pensée, une courbette de danse mondaine. Nous voudrions qu’il nous advienne TOUT LE CONTRAIRE de ce que nous faisons réellement. Le réel est, sans doute, comme ce que dégoisons que nous ferions – oui mais c’est lui ce n’est pas nous ! Nous qui ne maitrisons rien du tout et en avons pleinement conscience d’encore beaucoup moins. Oui le reste du monde a tant à souffrir de cette inculture qui se prétend culture. Et occidentale en plus. Pourrions-nous dire « occisansdentale » ?

………………......*********************************************************

** 1) – Tous les concepts se retournent contre. Ils sont acculés aux monologues et tout débat leur est ennemi. La posture de « bourgeoisie absolutiste » ne peut être tenue très longtemps : puisque l’origine de leurs abus de pouvoirs est que les bourgeois ne sont pas divins, que leur légitimité n’existe pas. Qu’elle n’est déléguée transitoirement que par la loi. Et que chaque jour ils bafouent les lois de la République qu’ils sont supposés défendre. Les excès de dissymétries leur font des crocs en jambe qui nous les font voir toujours en train de tomber. L’Europe a pu introduire l’illégalité des privatisations des services publics à…buts non lucratifs avec des législations telles « l’égalité de tous devant la loi » qui imposent la symétrie en tout ; la loi est la même pour tous et la bourgeoisie absolue sont ces « factieux » que nomment la Constitution comme « les ennemis du pays », qui doivent être arrêtés sur le champ. Tout ce qu’ils disent est donc…retenu contre eux. Et les accuse très fort. De ne pas respecte ce qu’ils prescrivent. Voici qui change tout le dispositif de la légitimité comme de la représentativité. L’ennemi est un voyou antirépublicain ! Qui démontre à quel point il a tort tout le temps et se montre, par conséquent, trop inapte à organiser la société !

** 2) – Ne sachant plus penser, ces pouvoirs sont en train de se prouver comment ils sont devenus la part la plus NOCIVE de la société, celle qui perturbent le plus toutes les vies, oui celle qui cumule les images négatives (comportées par les médias vendus) des migrants, des hackers, des assistanats, des dépendants, des lunatiques ou des égarés. Tout ce qu’ils font ne fait plus qu’ajouter problèmes à autres problèmes. Par exemple ? Alors que le capitalisme était supposé faire disparaître toutes pauvretés il les augmente toutes. Ne peut accuser personne de ces inexcusables « oublis ». Et donc ? Le pauvre est en trop. Il faut abolir le pauvre. Masquez moi ce dont je suis la cause. Etc. Clair que des cerveaux aussi détraqués ne peuvent apporter que des catastrophes collectives non naturelles. Autre ? Cette rage absurde à réformer ce qu’il ne faut pas mais pas à ne pas réformer ce qu’il faut. Tel l’explosion des inégalités si dramatique pour la santé publique ou le fonctionnement quotidien qui perd toute motivation. Ce sont ces trop riches qu’il faut réformer et surtout pas le travail. Le grave défaut du travail c’est leur aveuglement exagéré ! Ce sont les sociétés Cac 40, les multinationales qu’il s’agit de réguler et réglementer et pas leurs pratiques inhumaines qui serait « déréglementées » (soit pour faciliter ces pratiques * le travailleur lui sera sur-réglementé, soit il n’aura plus accès à la loi !). Vous traversez toutes les activités avec cette grille de lecture – vous constatez que ces pouvoirs se rendent partout INSUPPORTABLES par leurs excès…de bêtises mêmes. En tout ils n’étalent que des contradictions et des contredits. Partout ils désorganisent et mettent le chaos. Ce dont ils ne peuvent plus en…accuser personne. Ils se dénudent comme les grands nocifs : ne sachant pas penser, ressentir ni que faire – ils n’ont plus aucune solution à proposer. Très grave pour… eux donc !

** 3)  - La sottise de s’être coupés, séparés de toute solution possible les aura éloignés de tout moyen terme - l’ennemi ne se terre que dans le trop court terme (là où la petite phrase remplace les solides et rationnelles démonstrations – mais plus pour longtemps, ils nous doivent des comptes !) – se plaçant, stupidement, dans une course en avant qui crée toujours plus de problèmes. Au point d’en être sans issue. Ce dont le destin en devient inéluctable. Et si nous lisons autant et si bien dans leur fonctionnement intérieur, c’est bien le signe d’évidence…

………………………………qu’ils sont absolument en toute fin de cycle !

 

 

 ………...........…(à suivre)

…………………………....**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

l’ennemi est bête

l’ennemi est bête

partout ses propagandes sont détectées par leurs...excès d'idioties !

partout ses propagandes sont détectées par leurs...excès d'idioties !

ne jamais attaquer les personnes mais les idées qui les détraquent - ceci est tellement plus immense !

ne jamais attaquer les personnes mais les idées qui les détraquent - ceci est tellement plus immense !

quoi de plus con qu’un égoïste ? Il/elle n’agit que contre son véritable intérêt !

quoi de plus con qu’un égoïste ? Il/elle n’agit que contre son véritable intérêt !

La stupidité c’est de ne jamais reconnaitre ses vrais ennemis. Pourtant facile : ils/elles accordent tellement plus d’importance aux veules apparences qu’à la…sincérité !

La stupidité c’est de ne jamais reconnaitre ses vrais ennemis. Pourtant facile : ils/elles accordent tellement plus d’importance aux veules apparences qu’à la…sincérité !

plus ils veulent être « responsables » de tout – plus ils se conduisent en piteux…irresponsables ?

plus ils veulent être « responsables » de tout – plus ils se conduisent en piteux…irresponsables ?

L’ennemi est bête
Lorsque l’information vient jusqu’à chez vous…

Lorsque l’information vient jusqu’à chez vous…

Ne dites pas « Mais il n’y pas d’argent » mais bien « Où est donc passé l’argent ?» puisque de l’argent il y en a et à la pelle. En 2 017, nous sommes arrivés au niveau, où, collectivement, l’Humanité n’a jamais été aussi riche. Donc il y même « trop » d’argent mais absolument pas partagé. Comment faire ? Abandonner toutes richesses pour le très petit nombre (plafonnement de l’enrichissement) et retrouver la prospérité collective (le sentiment de prospérité booste les cœurs et les…solutions pleuvent !)…

Ne dites pas « Mais il n’y pas d’argent » mais bien « Où est donc passé l’argent ?» puisque de l’argent il y en a et à la pelle. En 2 017, nous sommes arrivés au niveau, où, collectivement, l’Humanité n’a jamais été aussi riche. Donc il y même « trop » d’argent mais absolument pas partagé. Comment faire ? Abandonner toutes richesses pour le très petit nombre (plafonnement de l’enrichissement) et retrouver la prospérité collective (le sentiment de prospérité booste les cœurs et les…solutions pleuvent !)…

Le pauvre est de trop . Pourquoi ? Parce que par sa seule existence, il fait s’écrouler toutes les prétentions délirantes des trop riches ?

L'économiste Olivier Delamarche, viré de BFM Business en mai dernier pour ces prises de positions dérangeantes, fait une vidéo pour alerter les Français sur la mesure prise en catimini par l'Union Européenne pendant que les Français sont en vacance. L'Etat à maintenant le droit de geler nos comptes en banque pour renflouer les banques en faillites. Votre argent ne vous appartient plus ! Toutes leurs décisions deviennent si…nuisibles quelles ne peuvent plus que précipiter leur fin.

débit et crédit – Lorsque leur « crédibilité » chute toujours plus…nous ne leur faisons plus crédit…sur rien. Le son des mots triomphe. La vraie vie reprend son sens…

idem…Étymologie qui réanime : ÉMOTIONS et SENTIMENTS

Être humain : En étymologie, être vient du latin essere tiré du latin classique esse qui se rattache à une racine indoeuropéenne es - s qui signifie "se trouver, pousser, croitre"(cf dictionnaire historique de la langue française). Ainsi, l'Etre est ici pour pousser. Vous pouvez choisir dès aujourd'hui qui vous êtes puis l'entretenir tous les jours pour laisser l'être pousser et devenir de plus en plus solide. Il faut du temps à un homme pour devenir qui il est" Charles de Gaulle. J'ajouterai qu'un homme est qui il choisit d'être dès maintenant et que l'objectif de sa vie doit être de devenir la plus grande version possible de qui il a choisi d'être.

Étymologie qui démasque : CAPITALE et CULTURE

Contre-histoire du Management 1 : Étymologie. Lorsque tous les mots, tous, sont contre les pouvoirs artificiels actuels. Mieux : ils leur enlèvent toute…légitimité à ces prétendus fake pouvoirs.

Les sciences se sont créées autour de mots simples…et donc ? Rien n’empêche de changer TOUTE la société…

"Je suis spectateur et non acteur". Voilà une "réponse" qui traduit parfaitement l'incommensurabilité de l'idiotie de beaucoup de quidams lâches et primitifs qui se complaisent dans une position de spectateurs et qui critiquent vilement ceux qui agissent intelligemment. Ces gens là parlent comme si on naissait soit spectateur soit acteur et se déresponsabilisent à fond en prenant ceux qui ont le courage d'agir pour leurs larbins en leur demandant de faire ceci ou cela pour eux alors qu'eux-mêmes ne font rien.

Bernard STIEGLER, à l'occasion de la sortie de son livre : " ÉTATS DE CHOC" Bêtise et savoirs au XXI è siècle

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article