L’œil n’a pas commencé

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’œil n’a pas commencé

Joë Bousquet savait que l’œil n’a pas « commencé » de voir dans un « loisir total ». Soit sans volonté ni intérêt, sans contrôle ni soi-disant réalisme (lorsque 9/10 de la réalité nous échappe où est le réalisme ?), sans utilitarisme ni fonctionnalisme, sans désir d’appropriation ni d’instrumentalisation. Juste enregistrer tout ce qui nous entoure, comme cet invisible qui existe autour de nous. Autant dire que c’est de la très haute fidélité – un regard de haute précision.

Et, de ce fait (par boucles de rétroactions ou renforcements systémiques) apprendre à muscler l’œil physiologique. Lui permettre de pratiquer des gymnastiques. De s’entrainer à l’athlétisme du regard.

Vous pouvez imaginer ? Bien – certain-e-s d’entre nous vivent DÉJÀ tout ceci. – mais l’environnement reste très défavorable. Il faut donc « confidentialiser » son expérience. La vivre plutôt en solitaire. Oui – alors que le son « connaît » , déjà, des expériences humaines qui peuvent (avec entrainement quotidien) devenir « groupales ». Transcender l’individu…mettre 4 têtes à se toucher (mais 3 ou plus est valable, même 2 – seulement 4 amplifient mieux)…les boites crâniennes à se toucher…oui ses 14 os et leurs sutures interdigitées.

Les 4 proférant le même son en même temps : les os de la boite crânienne, leurs sutures, vibrent comme il n’est jamais ressenti auparavant. La connaissance proprioceptive commence alors !!! Chaque crâne multiplié des autres : entrée dans une dimension de conscience nettement plus large. Épuration des ondes…décollage de la fusée…ainsi, pour l’œil il en pourrait aller de même. Cependant, l’environnement est très défavorable : l’idée que 4 regards pourraient grimper dans un apprentissage de regards détachés et désintéressés – qui pourraient « commencer » de voir « toute » la réalité parait comme si inaccessible !!!

Et non par esprit répressif ou censeur. Mais – pire ! Par LOURDEUR sociale gigantesque, oui par incapacité à vivre « son humanité », par trop forte insensibilité à la vraie réalité, par grand manque d’amour…social. Par vie trop…sommaire, non civilisée…Ce qui restreint tant les PENSÉES – devenues inaptes à réfléchir hors des ressassements simplistes, des chemins trop structurés pour être honnêtes (donc « crédibles » - on ne fait « crédit » qu’aux intelligences libres !!!). L’inaptitude flagrante à l’argumentation. L’invalidité à se trouver sur 10 plans de pensées en même temps. Bref, la rétrogradation anti-progrès de la majorité qui vit la vie comme à l’envers. Tout est devenu excessivement pesant : seuls les cons insensibles exagèrent autant le solennel, l’hypocrisie des seules apparences de gravités, le pointilleux flicard, les pulsions de contraindre tout le monde à l’asservissement volontaire (…cette impossibilité maintenue entre les deux mots ne leur saute pas au visage…). D’où perte de la capacité « d’articuler » la réflexion sur les articulations du corps. De se prononcer et sur tout – et de soi-même. Oui se « prononcer » aussi clairement qu’un mot bien articulé. Régressif dans le tout linéaire, le discursif (et la pensée ne peut être un « récit » simpliste puisqu’elle juxtapose tant de plans simultanément ! Et se montre non linéaire soit, par nature, hors du stade infantile du conformisme ). Puisque la pensée linéaire qui se croit « réaliste » (il n’y a pire irréalisme que de croire que la pensée est un « récit » et que les médias incompétents peuvent en rendre compte) – oui nous fait revenir vers les cavernes au…monosyllabisme. Ne dire qu’une chose à la fois et que cette chose écrase, en plus, toute existence d’argument autre, même pas contraire en fait – oui ceci est devenu la nuisance essentielle de la « pensée journalistique » (qui peut avoir des qualités c’est sûr – mais qui, malheureusement, sont occultées, actuellement, par ce rouleau com-presseur). Pensée qui, en aucun cas, n’englobe pas toute la réalité, loin de là, mais en imposer est une interprétation peu ambitieuse. Voire, à la langue et à la longue, très paresseuse..

Ce qui aboutit à ce que nous rations tous les prodiges de se transcender ici et maintenant - son groupal des crânes, œil athlète pour un regard qui commence à voir « tout » le réel, etc.****

Au change - nous avons le minable désuet de la paresse politique et sociale (devenues insupportables !) des dirigeants. Leur inertie mentale et leur insensibilité si régressives. Bref, une antivie en marche…

…et une lourdeur extrémiste anti-progrès si flagrante que l’image de corporatistes obsolètes et vieillots, accrochés grotesquement becs et ongles à des privilèges si dépassés et ringards, etc. (oui etc. : trop long audit de leur désastre)…

Que l’on perçoit, enfin, que le monde avance actuellement…sans eux

……………………ridicules dirigeants se situant si en arrière de tout !!!

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/ , onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L’œil n’a pas commencé

Publié dans corps des langages

Commenter cet article