N’optimisez pas ; soyez juste optimistes

Publié le par imagiter.over-blog.com

N’optimisez pas ; soyez juste optimistes

Le système rend fou ? En tout cas, il dénature tout. Il inverse les positivités, ce qui est sain et ce qui rend plus fort - il peut nous en affaiblir. Mais il doit bien être en fin de course puisqu’il devient toujours plus facile à contrer ?

..

Par 2 failles :

..

**** - Ce qui est maladroitement exprimé. Et donc non perçu ni ressenti dans sa toute intégralité.

..

**** - Ce qu’il avoue sans équivoque par la multiplication de ses bourdes, de ses gesticulations insensées et de ses flagrants illogismes.

..

Commençons par la première ( faille par où la faillite du système se fera) – l’empathie mettrait en danger l’Humanité ? Rien que ça. Or, c’est faux – en fait, c’est très mal formulé. C’est l’usage de l’empathie – notamment par les dangereux conformistes (qui ne connaissent rien de la vie – n’ayant jamais rien vécu de « personnel » et qui, pour cela, radotent ce qu’ils n’ont jamais compris. Et l’impose, très dangereusement, à la société. Comme l’empathie ? Oui comme l’empathie – dont, à l’évidence, ils manquent cruellement. Pour n’en dire que des mensonges et s’en déguiser si stupidement). La liste de leurs défaillances va neutraliser leurs usages très malsains de la pureté empathique :

..

*** - 1) - L’empathie n’est pas un chiffre mais une qualité. Elle ne se mesure pas, elle se vit. Il n’y aucun taux d’empathie – seulement son effectivité. En avoir ou pas.

..

*** - 2) - Ce pourquoi les « imposteurs empathiques » sont si vite démasqués : croyant si stupidement à la « quantité » d’empathie, elles/ ils en rajoutent, foncent dans les simulacres, font archi semblant…braillant des chœurs de pleureuses mensongers. Qui sont des aveux tangibles de ceci : qui « sait » aider les autres ne va pas gaspiller le temps précieux à du spectacle d’apparences extérieures d’empathies mais plonger, courageusement, dans l’essentiel. Mettre fin à la situation de souffrance, agir concrètement, et ne pas s’égarer dans des plaintes sans usages. Tout ceci parce que empathie c’est em-Pathos, pathos comme… souffrance, c’est partager la souffrance de l’autre. Pas se la confisquer afin de faire briller son …narcissisme ( ah comme je suis bon-ne ! comme je suis bon-ne ! comme le spectacle de ma bonté me sied ! - pas du tout vous n’êtes pas bon-ne-s puisque vous n’agissez pas …vous ne partagez donc pas la souffrance. Sinon vous feriez tout pour y mettre fin…).

..

**** - 3) – Donc empathie jamais dans les simagrées seulement dans l’authenticité !

..

**** - 4) – Cependant, les observations perspicaces de Paul Bloom, psychologue et professeur à Yale – concernant les désastres semés par les…conformistes – sont tout à fait vraies (…mais cela ne discrédite pas l’empathie seulement l’usage qu’en font ces détraqué-e-s)…oui les conformistes MERITENT de gigantesques engueulades. Qu’elles/ ils en reçoivent une ici…

..

« L’un des problèmes de l’empathie est qu’elle vous aveugle sur les conséquences à long terme de vos actions. C’est à cause de l’empathie que le monde entier s’inquiète bien plus d’un bébé dans un puits que du réchauffement climatique.”
..

Cette claire absence de rationalité pratique aboutit – effectivement – à des effets exponentiels dans les…nuisances. L’empathie mal dirigée nuit gravement…L’empathie une des causes méconnues des guerres ? Et pas qu’un peu, les marchands d’armes n’utilisent « que » des images émotionnelles afin de ne pas passer par la case…réfléchissons ! L’intelligence et les raisonnements bien argumentés sont les ennemis « naturels » des faiseurs de guerre. Que tout débat démasque et fait tomber…ce qui symétrise que le mauvais usage souillé de l’empathie (et pas l’empathie pure elle-même) devient leur allié « objectif » pour…faire la guerre. Ce qui représente une inversion style diabole : le symbole qui s’inverse cruellement en son contraire ! Tant d’attentions à la souffrance des autres qui se renversent en la provocation directe de la douleur maximale d’autrui…

..

Ceci est un drame thérapeutique. Contre lequel nous sommes bien prévenus ! Nombre de textes sont à veiller contre les risques des pandémies conformistes…nous ne pouvons les citer en entier. Ils sont bien trop longs (mais pas pour qui veut tout comprendre – tiens ceci « est » de la vraie empathie !)…de très brèves citations n’auront que l’excuse de les faire un peu connaitre. Mais surtout pas d’expliquer – ces textes sont cités afin de montrer que nous connaissons la problématique depuis longtemps. Et que nous ne sommes pas les seuls. Ce qui se prouve : qu’après l’étape si stérile de n’être que contre, ces textes apportent aussi des solutions effectives. Ce qui est être pour et englober la vieille pratique pour mieux la remplacer intégralement… :

« La souffrance des victimes est souvent le premier argument avancé pour entrer en guerre. […] Si nous entrons un jour en guerre contre l’Etat islamique, ce sera sans doute motivé par la souffrance des victimes. Mais ce n’est là qu’un seul des éléments à prendre en compte. Un autre élément, c’est par exemple le nombre de victimes qu’une guerre implique.” […alertée par ces victimes, une empathie aussi dénaturée oublie le nombre de victimes et les souffrances bien supérieures que va, immanquablement, provoquer une guerre ! Il y a là la présence d’un esprit très brouillon et …manipulable…]. Ne pas réagir sur l’instant c’est plus sûr…

La conclusion de Paul Bloom : « si vous voulez vraiment un monde meilleur, perdez moins de temps à tenter d’optimiser votre propre satisfaction altruiste. Et, en prenant de la distance et du recul, demandez-vous simplement : “Comment puis-je aider les autres ?” ». Sans chichis ni manières - mais efficacement ? En général, ce sont les comportements qui… manquent le plus !

..

Pourquoi-l'empathie-fait-plus-de-mal-que-de-bien ?

..

Traduit de ce texte qui contient une excellente vidéo !

..

http://www.theatlantic.com/video/index/474588/why-empathy-is-a-bad-thing/

..

…………………………*************************

L’inefficacité des mots vient de leur très mauvais emploi.

..

Ainsi du mot « résister », dont le sens n’a quasiment jamais varié. Et ce malgré les assauts de la novlangue, où les illégaux envahisseurs veulent faire croire que les résistants seraient des terroristes. Ce qu’ils ne sont surtout pas ! Comment y opère la dialectique toujours salvatrice ?

..

« D’où vient le mot « résister » ? Dans quel milieu apparaît-il ?

..

Résister-c-est-exprimer-une-force-pour-en-contenir-une-autre

..

Le mot « résister » n’est pas très ancien. Il apparaît au tournant des XIIIe et XIVe siècles, par un emprunt direct au latin. C’est un terme d’origine intellectuelle, donc, qui n’est pas passé par les gosiers romans du haut Moyen Age. Dès son apparition, ce mot inventé par les clercs, en un temps où l’individu ne pèse pas, est posé comme collectif, à résonance plurielle. Du latin resistere, il en tient sa force, son énergie. Le préfixe re n’indique pas ici le redoublement ou la répétition, mais l’intensif appliqué à une racine, sistere, qui dit…l’arrêt, la station fixe. Une racine que l’on retrouve dans « insister », « persister », ­ « désister », « consister » aussi. »

..

Même dans sister, insister sister – c’est dire !

..

« Résister, c’est donc d’abord se tenir debout et être capable de faire face. Faire front. Faire obstacle. Face à une menace, un péril, même intime, venu de l’intérieur... »

..

Le résistant réel n’est d’aucun camp idéologique. Mais, il est debout du côté de la réalité. Qu’il défend. Du côté de la civilisation qu’il défend contre ses prétendus dirigeants mêmes. Civilisation qui ne supporte ni courtisans ni clientélistes, nuls privilèges et nulles inégalités. Juste le respect de la hiérarchie du réel. Laisser parler ceux qui savent parce qu’ils ont vécu les expériences qui…apprennent ! Et qu’ils « incarnent » de tout leur corps le savoir qu’ils nous transmettent.

Oui publier directement les génies. Et ne plus parler à la place des surdoué-es (ce qui placerait ces imposteurs dans la position de plus surdouée que les surdoués alors). Ce non respect des hiérarchies naturelles reste à la source de la majorité des problèmes sociaux actuels : et les élites contemporaines – autoproclamées – sont des anti-élites, d’inexcusables cancres qui font, systématiquement, tout l’inverse de ce que dessinent fermement les génies du passé…comme ceux d’aujourd’hui. Oui ces voyous mentaux ne doivent plus participer aux décisions collectives…ils sont les ennemis déloyaux et sans aucune honnêteté intellectuelle des vrais résistants…ceux qui ne diront jamais qu’ils le sont. Mais qui font et à 100 % les actes de résistance…durable !

..

..

………………………………******************


« L’effet empathie », ce nouveau concept qui démonte comment le meilleur de nous – lorsque dénaturé – peut se muer en nocivité. Comment ceci s’installe-t-il ? Il nous a été appris à détester la vérité (une blessure insupportable, une exigence torturante, elle ne donne que mauvaise conscience, etc.) et à…mépriser les erreurs. Comment faire alors ? C’est que ce « système » ne peut survivre qu’en multipliant les faux besoins, les faux problèmes (dans le sens que, puisque les solutions existent bien, tous ses efforts sont concentrés afin de les empêcher de se…mettre en place). Et aussi toutes les occasions de nous… culpabiliser à fond (alors que c’est bien eux qui devraient se sentir vraiment responsables des désastres qui nous environnent). D’où ces amertumes inutiles telles j’ai l’impression de toujours mal faire. C’est strictement faux, ce sont là les agressions du système. Aussi - dans ce contexte renouvelé - nous avons déniché tous les liens qui font aimer, laïquement, la vérité. Et réhabilitent les erreurs comme ce qui fait avancer les savoirs collectifs. Oui un article qui rend pleinement heureux ! Ce qui prouve à quel point les médias dominants pourraient, si facilement, le faire aussi. Quel que soit le thème. Donc, tout au contraire, ils préfèrent tout nous rendre difficile, désagréable et inconfortable. Ce qui représentent sont de très graves…erreurs ! En effet, ils nous auront tous perdus. Nous ne croyons plus « un » mot de leurs gribrouillages ! Tout se fera…sans eux.

..

http://www.imagiter.fr/2016/03/t-erreur-ou-bien-miss-take.html

…………………………….********************************

..

..

Ce sont des mécanismes d’illusions qui siègent, naturellement, en nous et que nous ne connaissons pas assez…qui peuvent créer - ou non – « l’effet empathie » ! Voyons ceci !

Extraits extraits de l’ouvrage de Chris Hedges – « L’empire de l’illusion, la mort de la culture et le triomphe du spectacle », 2016. Tiré du chapitre sur la « psychologie positive »:

De-l'aveuglement-positiviste ?

..

« Pour les tenants de la psychologie positive, les personnes qui, peu importe le contexte dans lequel elles baignent, n’arrivent pas à adopter une attitude positive sont en quelque sorte malades. Un peu comme on l’a fait pour les Chinois récalcitrants pendant la Révolution culturelle, il faut corriger leur attitude. À celui qui vit de manière positive arrive toujours quelque chose de positif. Comme toutes les illusions répandues dans la culture, une telle croyance encourage les gens à fuir la réalité lorsque celle-ci s’avère effrayante ou déprimante. Ces spécialistes du «bonheur» ont aussi formulé la «loi de l’attraction»: en portant toute son attention sur ce qu’on désire, on attire les bonnes choses de la vie, que ce soit en matière d’argent, de relations ou d’emploi. Ce procédé de visualisation, qui nous permettrait de concrétiser nos désirs ou nos convictions, n’est pas très différent de la prière à un Dieu ou à un Jésus qui, nous dit-on, voudrait nous rendre riches et célèbres. Cette idéologie a pour effet pernicieux de forcer toute personne aux prises avec des difficultés à s’imputer ses propres souffrances. Les enfants maltraités, les femmes agressées sexuellement, les chômeurs, les malades en phase terminale, tous ceux qui souffrent de solitude, de dépression ou de maladie mentale, ceux qui sont analphabètes ou seuls, qui pleurent la perte d’un être cher, sont écrasés par la pauvreté, ont subi un traumatisme ou cherchent à rompre avec la toxicomanie, ceux qui sont assignés à des tâches ingrates contre un salaire de misère ou qui, incapables de payer leurs frais médicaux, font face à une saisie ou à la faillite, auraient simplement besoin d’abandonner leur attitude négative.[…] »

..

Ce qui induit que :

« La psychologie positive véhicule une idéologie qui a quelque chose de sombre et d’insidieux. Elle condamne ceux qui critiquent la société, les iconoclastes, les dissidents, les individualistes, parce qu’ils refusent de capituler, de se joindre au beuglement d’un troupeau soumis à la culture d’entreprise. Elle étouffe la créativité et l’autonomie morale, et cherche à engoncer l’individu dans le carcan de la docilité collective. Le principal enseignement de ce courant, qui s’inscrit dans l’idéologie de l’État-entreprise, veut que l’épanouissement passe par un conformisme social absolu, digne des systèmes totalitaires. Sa fausse promesse d’harmonie et de bonheur ne fait qu’exacerber l’anxiété et le sentiment d’impuissance des individus. En découlent une aliénation et une obligation constante de faire preuve d’enthousiasme et d’entrain qui minent l’authenticité des relations. L’isolement propre à une vie active où les apparences prévalent sur la sincérité et où l’on doit se montrer optimiste, quel que soit son état d’esprit ou sa situation, est perturbant et stressant. On peut penser qu’une attitude positive n’arrangera pas les choses si on perd son emploi ou qu’on tombe malade, mais cet horrible sentiment, négatif, doit être étouffé, anéanti. Au pays de la pensée positive, il n’y a aucune injustice flagrante, aucun abus d’autorité, aucun système économique ou politique à contester, bref, il n’y a aucune raison de se plaindre. Ici, tout le monde est heureux. »

..

Devant cet optimisme aliéné – utilisé contre les individus – la parade est : N’optimisez pas ; soyez juste optimistes ! Oui, au lieu d’optimiser votre propre satisfaction altruiste - se demander tout simplement : “Comment puis-je aider, joyeusement et avec tendresse, les autres ?” ».

..

..

………………………..*******************************

..

Nous avons rapidement : ici, nous examinons comment nous pouvons espérer à mauvais escient ? Comment cet espoir nous devient, paradoxalement, un fardeau ? Il y a un peu plus d’un siècle restait si crédible l’adage « l’espoir est révolutionnaire ». Puisqu’il permet de recharger ses forces, de ne plus se décourager, de ne pas se laisser impressionner par quiconque et d’utiliser le principe dit « démultiplicateur des forces » (l’espoir est l’anneau de force que l’on saisit à pleine main et les résultats finaux de nos tractions en sont largement multipliés !)…Le texte suivant dit « nous ne savons pas espérer ». Espérer peut même tourner à la catastrophe. Bigre !…Même si, a priori, nous ne nous sentons pas d’accord – à cause de « l’effet empathie » justement - il reste de notre devoir d’aller voir. Juste quelques extraits …

..

Comment notre-manie-d'espérer-est-devenue une-malédiction ?

« L’une des prophéties les plus impressionnantes de Blanqui a jusqu’ici échappé à l’attention des commentateurs. Étroitement liée à sa vision critique du progrès et de l’utilisation de la science par le Capital, elle dénonce un nouveau danger : la destruction de l’environnement naturel par la civilisation capitaliste. Le monde civilisé « dit : ’Après moi le déluge’, ou, s’il ne le dit pas, il le pense et agit en conséquence. Ménage-t-on les trésors amassés par la nature, trésors qui ne sont point inépuisables et ne se reproduiront pas ? On fait de la houille un odieux gaspillage, sous prétexte de gisements inconnus, réserve de l’avenir. On extermine la baleine, ressource puissante, qui va disparaître, perdue pour nos descendants. Le présent saccage et détruit au hasard, pour ses besoins ou ses caprices ». Dans un autre passage du même texte, après une référence à l’anéantissement des peuplades dites « sauvages » par l’irruption de la civilisation européenne, il écrit : « Depuis bientôt quatre siècles, notre détestable race détruit sans pitié tout ce qu’elle rencontre, hommes, animaux, végétaux, minéraux. La baleine va s’éteindre, anéantie par une poursuite aveugle. Les forêts de quinquina tombent l’une après l’autre. La hache abat, personne ne replante. On se soucie peu que l’avenir ait la fièvre ». (Auguste Blanqui, La Critique Sociale).

….

(…)

La sagesse nous relie à des forces qui ne peuvent être mesurées empiriquement, et qui ne se confinent pas au monde rationnel. Être sage c’est rendre hommage à la beauté, à la vérité, à l’affliction, à la brièveté de la vie, à notre propre mortalité, à l’amour, à l’absurdité et au mystère de l’existence. C’est, pour faire court, honorer le sacré. Ceux qui restent prisonniers des dogmes perpétués par la technologie et la connaissance, qui croient en l’inéluctabilité du progrès humain, sont des idiots savants.

..

« La conscience de soi est un handicap autant qu’un pouvoir », écrit le philosophe John Gray. « Le plus accompli des pianistes n’est pas celui qui est le plus conscient de ses mouvements lorsqu’il joue. Le meilleur artisan peut ne pas savoir comment il travaille. Nous sommes bien souvent au summum de notre talent lorsque nous en sommes le moins conscient. C’est peut-être pour cela que de nombreuses cultures ont cherché à perturber ou à diminuer la conscience de soi. Au Japon, on apprend à des archers qu’ils n’atteindront la cible que lorsqu’ils ne penseront plus à elle — ou à eux-mêmes ».

Artistes et philosophes, qui exposent les imprévisibles courants sous-jacents du subconscient, nous permettent d’affronter une vérité brute. Les œuvres d’art et de philosophie, façonnées par les méandres intuitifs et désarticulés de la psyché humaine transcendent ceux laborieusement construits par l’esprit conscient. Le potentiel libératoire des souvenirs viscéraux ne nous parvient pas à travers l’intellect. Ces souvenirs sont imperméables au contrôle rationnel. Et eux seuls mènent à la sagesse. »

..

……………………………***********************************

..

Sagesse dont l’absence nous place dans cette incohérence : penser une chose et faire complètement l’inverse de cette pensée nôtre !

..

Oui, l’écart peut devenir monstrueux entre ce que nous savons – (trop d’inégalités peut détruire la société) et ce que nous ne faisons pas (de fait nous augmentons sans cesse ces inégalités et illégales et explosives – ce qui ne parait pas du tout…sensé). Vérifions le cheminement ici.

..

L-état-au-temps-des-inégalites-croissantes ?

..

« La croissance des inégalités dans le monde met en péril un des objectifs de l’économie de marché : réduire la taille de l’Etat et rendre les individus plus indépendants de celui-ci, met en exergue The Economist. Même les citoyens des pays riches n’ont plus les moyens d’épargner pour eux-mêmes. Une étude montre ainsi que 62 % des Américains ont moins de 1 000 dollars d’épargne de précaution, utilisable en cas de coup dur. Une autre de la Réserve fédérale révèle que 31 % des Américains n’ont pas d’épargne pour la retraite. Une situation qui les rend dépendants de l’Etat. Soixante millions d’Américains reçoivent des versements de la Sécurité sociale, car en moyenne les retraites ne représentent que 40 % du salaire final ! Aussi, plus de la moitié des retraités dépendent de la Sécurité sociale pour la majorité de leurs revenus… »


..

Ce sont les externalités si déloyales des multinationales et des trop riches qui coûtent une véritable fortune aux Etats. Ceux-ci réparent les dégâts sociaux et environnements causés par les soi-disant profits (ce qui prouve à quel point le profit est un coût non un gain – un coût porté plus loin, une externalité masquée… )…

..

Ce qui – dans l’état d’inconscience et d’irresponsabilité actuel – omet que ces secteurs privés hypertrophiés (et se délestant, si naïvement, de leur coûts sur le public) risquent d’hériter des Etats…que vont-ils faire alors ? La réponse éclate alors dans le lien suivant….où il apparait qu’une activité bien trop étendue de ces multinationales aura été de frauder, si puérilement, les Etats ! Vont-elles se mettre à se frauder elles-mêmes ?

Aucun-responsable-de-la-crise-financière-n'aura été poursuivi ? Une négligence réparable ?

..

Clair qu’elles vont changer carrément de comportements. Les organes neufs créent des fonctions inattendues. Et se taper elles-mêmes sur les doigts. S’auto-engueuler et sévir contre… elles-mêmes…Aidons-les donc dans leurs…autocritiques si salutaires !

….

……………………………….*********************

..

..

L’esprit libre peut tout envisager. Il est comme un oiseau au sommet de l’habileté qui vole rapidement tout autour des problèmes et les voit sous tous leurs aspects. En en oubliant aucun. Sans que son vol précis mais paisible puisse l’impliquer en quoi que ce soit. D’où ce désintéressement constant qui fait voir si clair

..

http://www.imagiter.fr/2016/03/pourquoi-toutes-nos-solutions-sont-chez-les-exclus.html

..

……………………………*****************************

..

Ainsi - Les comportements basiques : jamais réfléchir avant d’agir mais se laisser gonfler de tas d’émotions encombrantes qui n’ont rien à voir avec le but poursuivi – semblent bien devenus des carcans qui blessent les corps assoiffés d’initiatives…les multinationales sont bien trop répressives – cela les dessert énormément…oui oui, il s’agit bien de tout voir sous de nouveaux angles !:

http://www.lemonde.fr/planete/video/2016/03/22/tout-savoir-sur-l-eau-en-10-chiffres_4888180_3244.html

...

Obstacles issus de la folie actuelle ?

..

A cause de la spéculation plus de 95 % des prétendues « activités » financières tournent complètement le dos à l’économie réelle (l’économie c’est s’enrichir n’importe…comment et pas répondre aux besoins réels de tout le monde)… l’économie réelle n’est donc (devant cette abondance de folies…incitées) pas du tout Normale…d’ailleurs, disent-ils, il faut supprimer la réalité ! Et tout ira mieux !

L'eau-une ressource-très mal-distribuée

Le problème central de l’eau c’est qu’elle est très très mal…distribuée. Et à cela les multinationales contribuent un peu trop : l’obsession du profit n’apporte que de la grande désorganisation sociale. Comme celle-ci…« Les quantités d’eau douce sont suffisantes pour répondre aux besoins domestiques, agricoles et industriels de la planète. (…) [Or l’eau est très mal distribué]…Cette situation prend racine dans le manque de volonté des décideurs, la faible gouvernance, la pauvreté et l’inégalité plus que dans une indisponibilité physique des ressources ». De nouveaux moyens (réservoirs d’eau, puits, latrines, douches, nettoyage, gestion des déchets…) doivent notamment être renforcés auprès de la population urbaine comme en Irak, en République Centrafricaine ou au Yémen. Dans ces zones en conflits confrontées à la précarité, un citadin sur trois n’a pas accès aux services de base. »

….

Pérorer sans rien connaitre des situations réelles et des difficultés à résoudre – c’est perdre infiniment de temps et d’énergie. Puisque pendant que son incompétence fait (comme une armée d’occupation) la séquestration des espaces publics – où tant de choses utiles pourraient être dites rapidement. Et sans salamalecs futiles…ces choses utiles ne sont pas dites !!!

..

…………………………….*********************

..

D’où ?

..

Prévoir-avec-certitude ?

..

Prévoir avec certitude - et tout ceci oui sans perdre le sourire. Comme si ce qui importait le plus dans les prévisions était le sourire qui l’accompagne…

..

Un pagne vous disiez, un pagne qui…accompagne ?

...

Nous dirigeons de plus en plus le monde –

………………….puisque nous abattons toujours plus vite et précisément les illusions et obstacles qui s’opposent à son amélioration !

..

..

…………………………………….***********

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

N’optimisez pas ; soyez juste optimistes
optimisation mais que budgétaire

optimisation mais que budgétaire

N’optimisez pas ; soyez juste optimistes
optimisation devenue dangereuse pour le véritable optimisme

optimisation devenue dangereuse pour le véritable optimisme

optimisation devenue  très dangereuse : plus d’êtres humains - juste des cobayes sans défenses ni recours

optimisation devenue très dangereuse : plus d’êtres humains - juste des cobayes sans défenses ni recours

N’optimisez pas ; soyez juste optimistes

très convaincant

L’optimisme n’est pas le contraire du pessimisme mais du…cynisme (ce cœur pourri des prétendus dirigeants). Le pessimisme est une rêverie de luxe. Pourquoi alors les pouvoirs diffament tant l’optimisme ? Parce que nous y puisons les forces vives qui croient et permettent de changer le monde entier. Devant un(e) optimiste ces prétendus dirigeants savent…qu’ils sont vraiment foutus !

ce qui n'induit rien pour nos vies intérieures personnelles

un des auteurs cités dans l'article...Ici - "La pathologie du trop riche"...

Des sites d’essais du futur ? Cette société n’assume plus rien – se planque derrière des règlements qui ne peuvent se justifier. Se cache jusqu’au plafond derrière des enfantillages (le profit et autres lubies)…etc. ce qui représente un clair appel à des adultes qu’ils ne sont pas. Ce film ne montre que des adultes qui doivent contourner ces gamineries des prétendus pouvoirs. Faire du logement durable avec les moyens du bord obtient la victoire contre l’alcoolisme aux technologies qui ne sont que créatrices d’accumulations de problèmes…etc. Ici, les solutions simples comme bon on y va ! // … // La conclusion c’est : qu’ils sont les seuls debout APRES les catastrophes. Devenir comme eux c’est la seule voie sérieuse. Ils comprennent en une seconde le futur. Les autres se plaignent comme des fardeaux qu’ils auront toujours été. Devant la comparaison y’a pas photo !

" Lifting the Veil: Obama and the Failure of Capitalist Democracy " (Lever le voile: Obama et l'échec de la démocratie capitaliste), avec John Pilger et Chris Hedges. Une enquête édifiante révèle que 80 % de la population des Etats-Unis est pauvre ou en passe de le devenir

Reprenons le contrôle de nos Vies ! Ceci c'est de l'empathie partagée...

Comment l'empathie peut devenir un fardeau ? - Sans adhérer à ces arguments sans doute mal formulés - au moins visiter la nature des arguments...

Publié dans sentez la santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article