Où allons-nous ? (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Où allons-nous ? (1)

La noosphère, la sphère de la pensée humaine, s’étend. Tout aussi vitale que l’atmosphère et la biosphère. Sauf que nous n’avons que peu de connaissances sur la noosphère. Les géologues de l’espace intérieur et les aventuriers des voyages intérieurs n’ont jamais été vraiment été écouté. Nous le regrettons amèrement actuellement. Des centaines de millions de souffrances auraient pu être – autrement – évitées !

..

allons-nous ? Dans la méconnaissance douloureuse de la noosphère ! Tant mélangent les cerveaux reptilien, limbique et cortical. Se trompant d’émotions et de sentiments. Amplifiant les meurtrissures et réduisant bêtement le plaisir. Témoignage ? Témoignage ! « De ma vie expérimentée, je n’ai rencontré personne qui possédait l’esprit de géométrie complet. Cette dialectique charnelle infaillible lorsque développée. Ce qui est un dommage immense pour la société – et le tout de la faute de cette société obtuse qui ne laisse aucune place aux véritables élites, leur préférant les imposteurs qui, non seulement, n’offrent aucun solution mais ne font qu’entasser les problèmes après eux - oui, un dommage incalculable puisque l’esprit de géométrie s’apprend dès le plus jeune âge. Je ne sais comment – mais je l’ai auto-appris tant mes instincts sont hyper puissants. Et que les 3 cerveaux sont, en moi, alignés, en harmonie sonique, jamais divisés ni opposés, ne gaspillant donc jamais leurs énergies – mais bien unifiés dans une énergie colossale qui me pétrit souvent. L’esprit de géométrie ? Je ne pourrai, cette fois, que vous parler du seul « sens des mesures » - tellement la géométrie « vécue » a de savoirs divers. Ainsi, qui a amplifié son sens des mesures sent le danger proche ou très lointain. Le concernant ou non. A la taille exacte de son importance. Etc. Et toutes les déformations irresponsables des médias mercenaires ne peuvent agir sur cet esprit plus qu’équilibré. Médias dont la confusion permanente égare, par ailleurs, tant de cœurs.

..

Pour ces humains poreux (et vaporeux dans la tête) de « voir » une image c’est comme si elle les tirait par les pieds. Les menaçait personnellement. Ce qui est fou si cette image s’est déjà produite – n’existe donc que comme un souvenir pas une action. Nos 3 cerveaux préfèrent une tête froide et un cœur brûlant à toute autre option. Sentiments, sensations, émotions et pensées y cohabitent sans jamais de heurts. Mais si – faute de la merveilleuse structuration mentale qu’est le raisonnement avec ses « articulations » (oui comme pour nos corps !) – vous ne savez jamais ce qui est infime, important, essentiel ou une vague redite qui n’enseigne rien, vous mettez le chaos dans vos émotions et vos sentiments. Les pensées ne s’y retrouvent plus. Vous êtes toujours perdus, égarés et vous cognant mêmement aux douleurs…Le sens des mesures enlève du poids aux choses, rend la vie bien plus légère ! Même l’impondérable y est …pondéré ! Oui il faut APPRENDRE. Apprendre. Et nul lieu désintéressé et gratuit qui apprenne comment fonctionne en « vrai » le mental allié au corps. Négliger un c’est faire souffrir si inutilement l’autre. Et inversement. Le sens des mesures (ce don rare que le stupide capitalisme, cette arriération existentielle, ne pourra jamais acheter !) est bien un des plus hauts bienfaits de la vie. Et, de ce fait, le plus bestialement piétinés par les escrocs conformistes (ces délinquants sournois qui veulent toujours profiter des acquis des autres sans jamais se battre pour. Ou, pire, qui tentent de s’attribuer l’originalité de telle découverte mais sans en connaitre le monde d’emploi – ce qui fout encore plus de confusions par ces esprits malsains …rappelez –vous les conformistes (tant vantés par la pub corruptrice - normal, ils frôlent l’esprit collabo !) n’ont absolument aucun sens des mesures. En rien, nous ne pouvons avoir confiance en eux. Sauf s’ils apprennent et en…silence ! Voici une si mince réponse à… le futur sera d’apprendre à 100 % l’esprit de géométrie. Oui de finesse et tellement… fin qu’il sait déjà « comment » est la fin finale ! »

..

……………………….******************************************************

..

Cette société régressive n’apprend aucun des savoirs essentiels et vitaux (cette société est à blâmer sans cesse !). L’esprit de géométrie en fait partie. Mais aussi le quantisme en tant que savoir existentiel. Où allons-nous ? Vers l’apprentissage citoyen du filon« l’observateur transforme l’expérience » ! Qu’est-ce à dire ? Un témoignage ? Un témoignage ! « Je ne comprends rien à cette époque. Depuis le temps qu’Einstein a prouvé la relativité générale personne (ou presque ) ne « vit » la relativité avec son corps. Existentiellement. Relativité du verbe « relater ». Relater comme ce qui nous transmet les récits mais – aussi – qui met tout en relations. Donc qui relate ces relations. Puisque « l’absolu » d’un univers figé où les planètes tournent au loin sans nous – ne nous laissait aucune participation possible. Le quantisme (qui découle logiquement d’Einstein dans l’infiniment petit) nous ouvre tout grand nos potentiels d’interventions. Et même fortement. L’observateur transforme l’expérience ? Cela signifie que notre seule présence modifie toutes les expériences physico-chimiques, que nous devons nous ajouter en paramètre scientifique afin de réaliser une expérience « transmissible et reproductible». Oui le quantique change tout. Dans l’irresponsabilité la plus grande, « l’observateur transforme l’expérience ». Soit l’univers serait très différent sans l’espèce humaine. Bon. Mais qui va plus loin, plus loin encore ? Si « l’observateur change l’expérience » - nous pouvons le faire sciemment, consciemment et bardés de tous les savoirs. Je suis parvenu là et je dois confirmer qu’il n’y a quasiment personne en cette première ligne du « vrai » savoir (celui qui s’incarne complément dans un corps) ! La société superficielle tourne le dos au Progrès progressif et progressiste ! »

Une fois de mieux, les pionniers sont négligés, délaissés et à cause de cela tout le monde souffre de douleurs qui ne devraient plus exister. Depuis qui a volé comme un oiseau avec son seul corps devant des stars qui en ont parlé – alors que jamais ce phénomène fragile ne pourra devenu un « spectacle » - jusqu’à toutes ces vrais génies dont nous parvenons à obtenir les témoignages – quel gâchis tout de même. La « rareté » fait la valeur, disent-ils. Triples menteurs ! La mentalité à « profits » c’est donc celle qui ne connait rien aux vraies affaires ? Durables et cumulatives ? Qui s’inscrivent en résonance avec la nature ? Et dont les bienfaits ne se diffusent que, très secondairement, par l’argent ? Comme si la richesse complète n’était que d’argent ! Où allons-nous ? Dans la reconnaissance pleine de gratitudes que la richesse n’est que, secondairement, d’argent. Et donc la cinglante remise à sa place de cet argent usurpateur – ce clair imposteur ! Sa fonction n’est que de…servir, sans jamais prendre d’initiative ! D’où la répartition équitable de cet argent, est plus que facile…

..

………………………*********.*******************************************

..

Où allons-nous ? Réapprendre le métier à tisser des goûts et des couleurs ! Ce qui se discute LE PLUS. Tant toutes ces différences qui font le tissu charnel de l’espèce humaine – restent des promesses de futur. Et dès cette seconde des flots de bienfaits par flux de diversités. Pourquoi n’est-ce pas plus amplifié ? Parce que la société veut empêcher toutes les sources inépuisables de DIVERSITES pour imposer l’uniformisation qui pue la mort. Contredisant barbarement la connaissance intime que la vie c’est toujours plus de diversités, comme le disait Darwin ce si résolu ennemi du « darwinisme social » - cette gigantesque escroquerie scientifique ! La nature c’est bien plus l’altruisme et l’entraide que la guerre. D’ailleurs, aucun animal ou végétal ne fait…la guerre ! Alors pourquoi la censure insidieuse du métier à tisser des goûts et des couleurs ? Parce que les fous de la privatisation de tout visent à l’éradication de la diversité du vivant et son remplacement par une vie artificielle, automatique et standardisée. Oui, oui la science dominante nous renseigne même sur le désastre qu’elle engendre : les spécialistes de la biosphère nous disent, qu’au rythme actuel de dégradation de la biodiversité, d’ici le milieu du siècle, la poursuite des activités industrielles aura causé la disparition de la moitié des espèces vivantes. Soit l’assassinat, en direct, de la vie. Donc de nous puisque nous ne pouvons vivre sans biodiversité. Que nous sommes « dépendants » de la Nature. Et que le stupides assassins s’assassinent, aussi, eux-mêmes !

..

Voici que nous avons construit quelques qualités que les génies actuels vivent à fond, regroupées avec beaucoup d’autres qualités. Et dont la majorité qui en est privée (ou qui s’en prive elle-même tant les conformistes participent à leur propre dépouillement à leur ratatinement à ne fonctionner que comme de piteux robots !). Où allons-nous ? En sens inverse des conformistes – les grands égarés aliénés de l’Humanité. En qui nous ne pouvons avoir confiance en rien !

..

…………………………**********************************************

..

Nous découvrons, maintenant, comment fonctionnent (ou dysfonctionnent !) les encombrants conformistes ! Ils ne pensent qu’en sommaire dualisme traduit en langage infantile. Le genre « le ciel et bleu. Cette loi est mauvaise, etc. ». Tout n’est que simpliste et affirmatif, binaire et manichéen. Et jamais trois (3) – ce 3 qui enclenche la dialectique vivante qui transforme les pensées en actions. Ou qui résout tous les conflits. Le langage de la paix est au moins trinaire – il a résolu la confrontation manichéenne, écouté chacun des simplismes figés et pris le meilleur de chacun pour le transporter dans une troisième (3ème) option qui convienne au deux. Les extrayant de leurs fausses oppositions sans issues. De plus, le conformisme est tellement rétracté – qu’il ne sait qu’être autrement que…contre. Ce contre qui contrarie et provoque toutes les contrariétés. Alors que le grand réalisme clame et réclame qu’il faut, à la fois, être contre une option et pour une autre. Contre Et pour, à la fois, permet de trouver des solutions à tous les problèmes. Ainsi – l’abstentionnisme est… « contre » mais, s’il demeure figé et immobile dans cette seule attitude - rien ne se dénouera. L’abstentionnisme ne fait rien alors. Par contre, lorsqu’il se montre « pour » et participe à divers prolongements de la puissance de l’abstention (le tout premier parti de France !) tels l’inégibilité ou l’invotabilité », etc. sa position peut créer une situation qui annule la manipulation illégale des élections par une minorité. Début du vote proportionnel qui chasse du pouvoir les escrocs minoritaires qui monopolisent, ainsi illégalement, le pouvoir depuis tant de décennies. Fin de la professionnalisation du politique qui rend la démocratie « représentative » strictement impossible. Début des élections par tirages au sort. Etc. Et, ainsi, tout évolue – uniquement si nous sommes « pour » ! Nous prenons ici, détournons cela si mal formulé et inadapté dans son enclavement sans issue, nous reformulons ici et là aussi, etc. Oui, nous poussons ces propositions dans leurs derniers retranchements. Etc. Ce qui est évidemment strictement impossible avec la non-pensée dualiste. Chacun va sortir en rond son slogan sans impact et rien ne changera plus. Le tout en la faveur si injuste et si malhonnête des pouvoirs en place. Sans les conformismes (de pensés et de comportements) leur pouvoir illégal aurait déjà été balayé depuis longtemps. Où allons-nous ? Contre tous les conformismes (de pensés et de comportements) et pour toutes les imaginations anticonformistes qui nous forgent un monde bien meilleur !

De même, il s’agit de ne plus SE LIMITER à des écrans. Avec les regards toujours convergents, qui louchent drus. Afin de ne pas tous finir avec ces strabismes – immédiats hygiènes. Regarder souvent les lointains afin que les muscles de l’œil travaillent à réparer les dégâts. Parcourir en largeur les fonds puis les faire revenir vers nous. S’éloigner et se rapprocher – toute la musculature du regard joue à plein. Oui, sans les anticonformistes innovateurs, tout se retournerait toujours contre nous. Trop d’écrans et tout le monde va loucher vers la fin de l’espèce. Que non. En tout, ne plus jamais SE LAISSER FAIRE. Improviser, créer mais réellement. Concrètement. Si résister c’est créer créer c’est résister. Jusqu’à ce que nous admettions que la plus grande résistante au monde, la plus intense de toute c’est la …réalité. Et que nous prenions toujours nos leçons chez elle. Pablo Picasso ne confirmait-il pas … « j’aime la réalité parce qu’elle me résiste » ?

..

Où allons-nous ? Vers l’innovation permanente et la confiance réhabilitée dans les vertus de l’anticonformisme. Avec son corollaire la perte de confiance complète dans les conformismes. Conformismes qui s’insinuent partout. Même dans les Résister c’est créer : ses conformistes dégainent ce slogan et…empêchent, ensuite, toute créativité réelle, censurent plus que les réactionnaires en bloquant toutes les possibilités de transformations réelles de la société. Honte à eux – méfions-nous d’eux et chassons tous leurs comportements du futur !

..

…………………………********************************************

..

Et toutes les solutions à ces errements étroits existent pourtant. En masse. Nos vétérans (qui peuvent être très jeunes) sont ceux/celles qui se sont le plus ouverts. Pendant que, dans les grandes villes, un certain nombre d’humains sont terrifiés si un regard les croise. Ou si une conversation surgit dans leurs parages - elle apparait telle une menace Etc. Les vétérans représentent le médicament, la thérapie contre cette déviance vers la mort collective. Ces vétérans le sont de s’être toujours ouverts aux autres. Portant la confiance en bandoulière, ne craignant pas d’avoir des blessures sur leur amour offert, conservant accessibles tous les chemins de l’être. Aussi attirent-elles/ils toutes les confidences spontanées. Sans les avoir demandées. Confidences qui, liées avec la faculté de raisonnement, permettent de puiser énormément de savoir dans le réel. Chaque expérience de la réalité nous permettant de sortir toujours la tête de ce magma. De ne jamais nous noyer dans rien. De ne pas être submergés par quoi que ce soit. Ce qui - arrachés les masques des impostures – se nomme COMPRENDRE à fond la vie. Un témoignage ? Bon, un témoignage ! « J’attire la confidence sans jamais rien faire pour. Mais je la refuse, dès les premiers mots, si je ne me sens pas entièrement disponible. Disponible comme dispos. Complètement détendu afin que les mots roulent au plus profond. Mais, en même temps, tendu afin d’en faire la souple synthèse. C’est comme un yoga où je puis me vider de tout ce qui est moi – sauf l’écoute et les raisonnements. Me purifier à n’être plus qu’une oreille. Et qu’obtiens-je ? Souvent les humains me regardent, fort surpris, en s’interrogeant « Mais tu lis dans nos pensés ? Ou c’est tout comme ? Tu parles comme si tu étais ma voix intérieure en utilisant les mots que je préfère – ce n’est possible, comment fais-tu pour trouver les solutions qui me conviennent le plus, c’est de la magie. Sûr tu lis dans mes pensées. » Je ne réponds que par un sourire. Impossible d’expliquer : en fait, ce sont ces personnes qui montrent à la lumière « leurs » solutions. Elles font tout le boulot. Dans le flot de leurs paroles hachées et boueuses, elles brillent telles de l’or, « leurs » solutions. Je les ramasse et les reformule, c’est tout. Je suis au plus intime de l’humain, je devine le reste…Mais ceci exige une « pureté sonique » intérieure afin de percevoir cristallin et de rendre translucide. D’où refus d’écouter si je suis pré-occupé ailleurs ! Faut tout donner 100 %. Quant au lire dans les pensées, j’y ai réfléchi et je pense que c’est possible. Mais en atténué dans « lire dans les intentions ». Dans ces pulsions qui font frémir la peau et se rendent, visiblement, électriquement – nous pouvons effectivement lire. Ici, aussi, il faut rester très concentré et ne vaquant pas à soi-même…J’apprends, actuellement, à lire dans les intentions ! » Où allons-nous ? A expérimenter tous les dons. A devenir surdoué en tout…

Ceci, d’ailleurs- nous attriste puisque ce blog avait pour ambition de découvrir le futur et l’inconnu et d’en ramener des trésors de vies intérieures. Sur lesquels s’étendre fortement et magnifiquement. Or – à cause des ignorances exagérées par rapport aux vies intérieures et le nombre d’humains égarés et errant dans des souffrances si inutiles – nous ne pouvons parler de ces trésors somptueux que comme exemples, illustrations, contrepoints ou témoignages pour, au moins, sauver le maximum de l’existant. Ne rester que dans le hier…Tristesses. Tout cela à cause de l’obstination suicidaire de trop d’entre nous à ne pas écouter, réfléchir, raisonner. Oui à ne pas APPRENDRE, expérimenter par eux-mêmes etc. Les solutions sont là, près d’elles/eux, amenées à portée de leurs mains par des humains si attentionnés… et – ils/elles persistent à se tordre de douleur. Plutôt que d’apprendre le « c’est par ici la sortie ». Où allons-nous ? Vers la compréhension complète de tout ! Même sans eux.

….

Par exemple, « comment…apprendre à « S’ouvrir » ? Comment ? »…Dans la catastrophe actuelle, la Nature est devenue professeure suprême.…Chaque contact avec la Nature – commencer par ce qui ne risque pas de nous blesser – devient, alors, une occasion d’ouverture à 180 °. La Nature c’est la grande réalité celle qui nous dépasse et surpasse de partout. Celle que nous ne parviendrons jamais à connaitre et ne rassasiera jamais notre faim de savoir. Bien. Tout contact avec elle nous apprend beaucoup…(bribes d’un témoignage…) « Prenons une plage ensoleillée – monotone de ne servir qu’à se rôtir ou se tremper. Elle devient la… possibilité de cent sensations... Découvrir cent nuances de couleurs. Yeux de chats étirés et entrouverts, yeux écarquillés, balayements larges des regards. Oui peindre sans cesse du regard des centaines de peintures potentielles (cadrages, lignes de formes, formes rendues par à plats, spatules, pinceaux peu humidifiés, pleines pâtes, glacis, etc.). La surface de l’océan possède des milliers de reflets, apprendre à tous les différencier – s’en priver c’est refuser…d’apprendre. Apprendre que tous les sentiments n’ont pas été éprouvés, que nous pouvons, oui comme un insurpassable connaisseur, concocter nos propres émotions. Ou bien grâce aux neurones-miroirs, amplifier une sensation, la faisant prendre un volume incroyable et l’éternisant dans le ressenti sans fin, etc.…Oui. Ensuite - avec les humains, ce sont les mêmes procédés. Avec la tête en paix de sagesses telles « le suis prêt-e à rencontrer 9 emmerdeurs/ses si je puis dénicher, au bout, un dixième qui soit rare. M’en fous d’être 9 fois blessé-e si la 10 ème fois, je reçois le lait de la tendresse humaine. Prendre des risques affectifs c’est, à coup sûr – avec patience et stoïcisme - obtenir le meilleur des relations humaines. Y’a pas d’autres moyens…Voilà c’est cela…s’ouvrir. Juste se rendre apte à recevoir tous les cadeaux les plus rutilants de l’univers…Et vivre dans la gratitude (une de ces sensations-sentiments qui vaut plus que l’or !). Rien d’autre ! »

..

…………………………*************************************************

..

Où allons-nous ? Vers le changement de tous les concepts. Oui vivre une pensée entièrement neuve, transformée, transmutée. Nous nous plaçons sut la grande langue de sa vague et nous atterrissons dans un monde vraiment nouveau.

..

Ce sera pour un second volet (2). En ce premier nous voulions montrer que TOUTES les solutions existent déjà et qu’il y a – donc - des millions de souffrances complètement inutiles. Car il suffit d’étendre la main et de se saisir d’une de ces solutions de l’apprendre et de la vivre concrètement. Que c’est l’immense saleté des conformismes (…ces fainéantises si stupides qu’elles vont fournir mille fois plus…d’efforts dans le but de ne…rien faire. Que pour expérimenter loyalement tous ces bienfaits pour eux-mêmes. Ce qui ne demande que… mille fois moins d’efforts !) qui font que persistent ces centaines de millions d’inutiles douleurs.

..

Ensuite, nous voulions montrer que de véritables élites existent –et pas les fausses élites qui soutiennent le désastre social et humain du capitalisme - mais que le front des prétendus dirigeants-conformismes crasses empêche de les percevoir clairement. Tant ces régressifs conformistes et dirigeants sèment la confusion…donc les médias mercenaires (vendus aux plus offrants et n’ayant aucune garantie d’information honnête) font tout pour les dissimuler…mais les conformistes font tout, aussi, pour que nous les ignorons. Et ces conformistes sont partout, même parmi nous…Comment les reconnaitre ? Ils ne présentent que de la pacotille et leurs mots sont si poussiéreux et sans feu dedans ! Ils ne savent pas raisonner et n’ont aucune des qualités représentées ici…

..

……………..Bref, ils ne connaissent rien de rien de la vraie vie !

..

Et que, si une bonne partie d’entre nous ne savent pas du tout où nous allons

..

………………eux/elles génies le savent très bien !

..

..

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Comment nous pouvons déjà effectuer tous les voyages spatiaux dans nos corps ?

Comment nous pouvons déjà effectuer tous les voyages spatiaux dans nos corps ?

Lorsque la direction n'est pas un sens mais un...son ?

Lorsque la direction n'est pas un sens mais un...son ?

C'est par là...

C'est par là...

et si nous ne savons pas où nous allons nous y allons – surchargés !

et si nous ne savons pas où nous allons nous y allons – surchargés !

D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? de Paul Gauguin, peint en 1897

D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? de Paul Gauguin, peint en 1897

les véritables élites sont ailleurs

les véritables élites sont ailleurs

elles se mouillent à fond

elles se mouillent à fond

elles savent où danser ce soir ?

elles savent où danser ce soir ?

lorsque tout est peint ?

lorsque tout est peint ?

Où allons-nous ? (1)
le jour où tout a basculé

le jour où tout a basculé

Les conformistes sont partout, même parmi nous…Comment les reconnaitre ? Ils ne présentent que de la pacotille et leurs mots sont si poussiéreux et sans feu dedans ! Ils ne savent pas raisonner et n’ont aucune des qualités représentées ici…

La raison est la preuve de la science

En question subsidiaire "avons-nous vraiment évolué depuis la préhistoire ?"

nos voyages conformes retranscris par des regards d'enfants...

Qui sait, à la fois et selon les situations, être l'élève qui admet d'apprendre et le maitre qui admet de transmettre, a vraiment commencé à VIVRE. Les autres non...

Si l'origine est...originale, la fin est....?

et elle que sait-elle de nous ?

Commenter cet article