Le social au rabais

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

27347891_f537197306.jpg

Tous les débats de l'époque actuelle dévalorisent, en fait, tout le monde. De par leur frivolité et inconsistance. Ou presque. Les pertes collectives, qui découlent de cette ambiance, augmentent tous les jours. L'irréalisme béant qui siège au fond de ces vides parlottes prouve, au moins, que la majorité ne sait plus rien de bien cohérent envers le social.

 

Comme si, entre autres, la sociologie critique, le déconstructionnisme, la contre culture, le milieu associatif ou les apports des révolutions n'avaient jamais existé.

 

Et puis la persistance de  la "problématique socialiste" du fait qu'ils volent un nom qu'ils n'assument plus du tout. Qu'ils représentent encore moins.  Serait temps de s'en apercevoir. Lorsque l'indigne programme anti- peuple des socialListes ne laisse de leur nom que les seules listes, le mot social nous est restitué tout entier. Chez eux, plus aucun social que "leurs" listes… Dans l'onglet 3 du site internet, à téléchargements gratuits, freethewords.org vous pouvez vérifier, dans le livre "Légalité de l'égalité", à quel point le mot social ne veut plus dire qu'échecs. Ce qui se trouve au sommet englobant de toute Société, la parcourt tout entière, en forme toute l'énergie vitale, se voit, ainsi, dévalorisé comme un caniveau – ne disqualifie que qui aide à un tel désastre collectif.

 

 Aides sociales, assistante sociale, déficits sociaux, plans (anti) sociaux, volet social, mouvement social, le social comme une délinquance, etc. – tous ces mots semblent connotés négativement (maladies, chômage, dettes, angoisses, prisons, carences, défenses, etc) et comme les signes affaiblis dune défaite. Or qui est vaincu ?

 

Mais c'est la société toute entière. Qui se piétine elle- même, se lézarde, se déchire, se scinde, se disloque, s'échoue, s'abat, se foule de rage, se détruit. Se rend inefficace à elle-même. Semblant exporter ces dégâts sur une classe de la société c'est la population entière qui se précipite à sa perte. Par ses pertes du "social" mêmes. Le social demeure ce qui existe d'ESSENTIEL, de primordial, de fondamental dans toute société. Des esprits voyous (tous déguisés en costards cravates ?) paraissent bien avoir razzié tout cela. Social, leur terres brûlées où plus rien ne repousse ?

 

Mettant le social au rabais, c'est tout le futur collectif qui est dévalorisé, dévalué, disqualifié, déconsidéré. Bref, en un mot CALOMNIE !!! Un vrai crime qui profiterait à qui ?

 

Toute réponse qui ne respecte pas le périple inclus dans sa queste (quête) de question – n'obtient que de faux-semblants de réponses. Celles-là même dont raffolent les si peu fiables conformistes.

 

Les socialistes –sociaLISTES – ont perdu absolument toute assise populaire. Mais abîmés dans des chimères incompréhensibles, jamais ils ne se demandent pourquoi ils ont autant (et aussi définitivement !) déçu. Egarés dans des délires sur les si peu existantes "classes moyennes", comme si la sociologie critique, le déconstructionnisme, la contre culture, le milieu associatif ou les apports des révolutions n'avaient jamais existé - ils ont détruit, avec un incompréhensible acharnement, l'énorme potentiel que le mot "social" détenait. Et c'est pourquoi vous ne les voyez plus qu'avec leurs listes !!!

 

Tueurs d'espoirs, ils n'accèdent pas, non plus, à aucun réalisme (leur realpolitik semble si hors sujet ! et, en aucun cas, ne ramènerait à l'essentiel !) lorsque jamais plus ils ne pourront remonter le courant. Tout le monde sait leur obsession suicidaire de l'hégémonie monologuée. S'allier avec eux c'est se suicider. Strictement rien de positif ne peut en découler. Ils n'écoutent rien, n'entendent même rien, poursuivant, en tunnel, leurs seules mono-maniaqueries, si tant bourrée de tics. Ils n'ont plus rien à dire à personne, plus rien à partager, à promettre ou tenir. Ils ont vraiment "réussi" à faire le vide…

 

Pour eux, la dépréciation du mot "social" les entraîne, irrésistiblement, dans son fiasco programmé. S'ils avaient tout fait pour redorer ce "social" dans la pratique, les comportements, le moindre acte concret, ce social aurait pu contrer les diffamations…Mais ils se sont révélé au côté des diffamations (de la sorte, d'eux-mêmes ?).

 

Puisque la description faite ne concerne que les calomnies à l'égard du social  et que (à notre époque) la censure ne peut être, en quelque sorte, que collective (ce n'est pas une faction qui se bat contre tout le monde mais bien une majorité qui complote afin d'empêcher qui peut les amener à changer de style de vie à y parvenir: et c'est tout. C'est bien cet égoïsme si malsain, si sournois, si glissant, si suicidaire, en fait, qui domine notre aujourd'hui !!! Refuser, enfants frivoles et sans issues, tous les changements nécessaires !!!).

 

Le social serait comme un diamant terni par tous les stupides calculs de chacun (qui n'a pas trahit le social ? Eh bien! tout de même un certain nombre !). Tous les stupides calculs de chacun-e ? oui, puisque du fait que cette attitude crispée, frigorifiée, repliée sur elle- même, étranglée, recroquevillée NOUS PRIVE DE tellement de choses:

 

                                   %%%% L'amour social est un sentiment bouleversant (donner sur intuitions à nombres d'inconnu(e)s sans rien attendre de particulier). Cette attitude vous fait vivre, outre un grand nombre d'émotions et de sensations fortes, d'inoubliables expériences. Le "penser sphériquement" (voir toutes choses sous tous ces aspects à la fois – plus la goutte de lumière centrale du diamant) vous obtient, effectivement, des expériences très formatrices. Comme si vous réussissiez des sauts périlleux à l'intérieur de vous-mêmes. Ces des sauts périlleux charnels vous offrent 2 séries de vrais cadeaux: surmonter et cous faufiler à travers toute manipulation, ne jamais vous sentir englué-e dans des idées fausses et des entités collectives, demeurer toujours en première ligne. Plus déjouer, comme aisément, qui veut vous tromper, devenir si fluide que vous lui glisser entre les doigts. Et, surtout, ne jamais laisser vos sentiments et vous émotions (uniformément positives, joyeuses et lumineuses) être salis ou empoisonnés par des attitudes aussi nuisibles.

 

Voici – pour vous le collectivisme est vraiment corporel. Il vous chauffe les émotions, il agrandit vos sentiments à une dimension inatteignable par soi seul, il vous traverse d'ondées musculaires qui vous masse tout le corps (les masses qui massent !). Il vous mouvemente. Des intensités électriques vous boostent toutes les facultés ; des nectars imprévus vous emplissent, parfois, le corps, etc (tout le reste est stratégie qui ne se dit pas !)

 

Bref vous qui "aimez" le social – celui- ci vous le rend si bien. Voici – pour vous le collectivisme est vraiment corporel. Il vous chauffe les émotions, il agrandit vos sentiments à une dimension inatteignable par soi seul, il vous traverse d'ondées musculaires qui vous masse tout le corps (les masses qui massent !). Il vous mouvemente. Des intensités électriques vous boostent toutes les facultés ; des nectars imprévus vous emplissent, parfois, le corps, etc (tout le reste est stratégie qui ne se dit pas !)

 

Bref vous qui "aimez" le social – celui- ci vous le rend si bien.

 

Et la vraie gauche (qui représente plus de 60%  des adultes de plus de 18 ans soit 45 millions et non pas 20, 5 millions d'inscrits sur les listes électorales –soit bien des NRV à 28 millions, eh oui !) c'est N.R.V. (Noir Rouge Vert). Le mouvement le plus social que la Terre ai portée, à ce jour.

 

Qui a la chance de vraiment y participer n'aura jamais le temps de cous raconter TOUTES les rutilantes expériences que ce mouvement lui a fait traverser.

 

Face au social au rabais que nous servent les discrédités "représentants politiques" qui ne représentent quasiment plus personne…Oui oui, aux dernières élections, seul 19,29 % de la population adulte totale S'EST EXPRIMEE. Autant dire que le score pour chaque sous '"partie" se montre vraiment très …groupusculaire !!!

 

Bref, en dehors de tout SOCIAL!!! Exactement là où nous sommes depuis toujours !!!

 

alors - Bye bye ? ciao ciao ?

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article