Les médias des importuns qui détruisent la société ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

6064814247_e296ddc795.jpg

Le fait que, depuis bien trop d'années, les "fondamentaux" ne soient plus du tout ni revisités ni interrogés – peuvent nous mettre en péril grave. Puisque si, au départ, un petit degré d'arc semble infime, au bout d'un certain délai, il peu, attracteur étrange, chaos central, déclencher une immense tempête…

Ainsi le "fondamental" - actions concrètes des médias - est laissé à l'abandon, les folles herbes en masquent la visibilité. 0r, l'interrogation la plus sérieuse, celle qui tend à tout englober, qui puisse, alors, dans ces défavorables conditions (où les dirigeants semblent bien tout faire pour détruire et anéantir la société), devient "Les médias des importuns fâcheux qui détruisent la société ?"…qui s'occupe de ce qui ne les regarde pas (suivez le regard) mais ne regarde pas du tout ce dont il devrait s'occuper…que le concept MEDIA reste médical, songez à re-média…et que, de ce fait, le dispositif structurel doit demeurer "entre". Ni trop à gauche ni trop  droite mais juste en plein milieu, tel le médium "neutre" qui retransmet, le média médian, médial…jamais partisan, la responsabilité sociétale est trop gigantesque, les enjeux trop imprédictibles et imprévisibles…devant les méfaits trop évidents du privé, tels qu'en mars 1944 ou en 1946, les médias doivent rester publics, indépendants de tout pouvoir financier comme culturellement limité (la culture est gravement desservie lorsqu'elle ne reste qu'universitaire!!!)…les médias doivent rester médiateurs. Inter-médiateurs…MEDIAT, qui agit, qui se fait indirectement…médiat, antonyme d'immédiat, l'exact contraire d'im-médiat, soit direct, soi- même, de plein pied, à l'instant…pas de temps ni d'espace à conciliation, entremise, arbitrage ou intermédiation. Les médias sont destinés à entrer dans un temps politique, juridique ou thérapeutique d'attente, d'éloignement, d'indirection, de passages par des intermédiaires et des filtres d'objectivités, etc…

Ceci ressemblerait-il, même succinctement, à notre époque d'arriérés ?

Avoir tout faux aussi massivement – vous avez l'habitude vous ? Dans une situation défavorable –nous allons montrer les dégâts massifs et dangereux de ces médias laissés à l'abandon des règles démocratiques – au moins, que les médias partisans soient contraints de le signaler. Afin que se profilent toujours mieux les médias indépendants, d'intérêts collectifs, incapables de ne défendre que les intérêts contraires de petites castes. Et qu'une législation légère les contraignent à respecter quelques règles : que toutes les thèses en lice soient exposées telle qu'en elles mêmes, que les hypothèses et alternatives soient formulées à égalité de traitement, que les avantages et inconvénients de telle posture ou telle autre soient soulignés ; bref, que rien ne soit laissé en dehors de l'espace média- médiateur (entre TOUS les intérêts pour n'en léser aucun)…

…..une gigantesque émancipation pour notre époque de régression exorbitante ?

Les médias des importuns qui détruisent la société ?

Prenons l'exemple si flagrant de la musique. Et des catstrophes causées âr l’intrusion si ignorante des médias…Des individus s'adressaient à d'autres, tâtonnaient vers créer des communautés, se situaient dans la sincérité égalitaire, voulaient tant s'améliorer la vie par celle des autres. Et, anomale, toujours béante, des intrus très mal intentionnés les médias – sont venus (sans le plus petit droit, ni la moindre légitimité) S'INSINUER entre eux. Sont venus, parler pour l'un, parler pour l'autre. Se sont évertué à créer partout des inégalités, des supériorités inexistantes et des infériorités tout aussi inexistantes…se sont montrés tels des moisissures qui ont tout pourri sans que la réalité n'ait jamais accepté ces IMPORTUNS…

C'est donc réversible. Leur réalité qui était l'exact inverse de ce que se recherchaient les musiciens et leurs écouteurs/es vibrant-e-s – à force d'insistances gênantes (toujours aussi illégales) ont supplanté la réalité fragile de la musique…au point que le pourrissement actuel avoue, sans fards, que "la musique est devenue accessoire pour les tabloïds. Ils n'en ont rien à foutre. Ce qui compte c'est les petites histoires, vraies ou bidonnées, qu'ils peuvent raconter. L'artiste pour eux c'est juste qui commet le maximum de frasques"…"ça" artiste, même une poubelle n'en veut pas !!! Mais, l'anomalie béante demeure bien d'où surgit cette arrogance déplacée à étaler que TOUTE la musique leur appartiendrait à ces médias ???

Si ceci ne vous file pas la nausée absolue ? Nos arrogantes stars se sont faites niquer jusqu'à l'os. Et elles persistent à vouloir que nous imitions leurs fiascos recouverts d'une peinture trompeuse. La musique nous appartient toute entière car nous seuls l'aimons avec une sincérité sans faille. "Mother" a toujours eu infiniment raison. C'est pour cela que les médias n'ont persisté qu'à tenter de l'enterrer tout vif. Séparer tout le monde d'elle/lui après qu'ils aient, piteusement, échoué à le/la séparer de tout le monde. Des avocats pourraient faire hyper fortune à le procéder puisque des centaines de preuves sont bien conservées et rendues disponibles qu'à qui veut mettre fin au règne intrusif des médias…"Mother" demeure le miracle***qui prouve que les médias n'ont rien à faire dans le secteur musique, ils ne l'aiment pas du tout, n'y ont jamais strictement, existentiellement, rien compris, n'y importent que des intérêts déplacés et encombrants, pernicieux et anti- communautaires, absolument incompatibles avec la "thérapie sociale" que représente la "vraie" musique…etc. S'il y a bien des individus indésirables sur la vie- musique ce sont eux, tout le monde peut vous en parler tellement mieux qu'eux…le seule place qui leur soit destinée : dehors et le plus loin possible !!! Dans ce domaine, les médias ont NUI à fond à la musique. Qu'en est-il des autres activités ?

*** "tout cet amour que l'on te doit"...la dette a plus qu'augmentée !!!

Comment ce règne illégitime (qui n'aime pas du tout vient "séparer" ceux/ celles qui aiment !) a-t-il pu s'installer sans que vos consciences ne le captent ? Comment les médias ont-ils pu s'introduire avec effraction, tels des coins avariés, dans ce qui ne les regardait absolument pas et ont obtenu que nous ne nous regardions absolument plus ? Comment ont -ils privatisé la musique ?

Dans leur intimité, les musiciens "séparés" (aux forceps) de leurs communautés (dans le but stratégique de "devenir des matraques retournées afin de cogner sur leur ex- compagnons" ! sans motif aucun juste des manipulations de structures comme un metteur en scène peut faire "signifier" à un texte son très inverse en "disposant" les acteurs de manière contre punctale) se sont détournés, existentiellement, de leurs écouteurs/es …même s'ils ânonnent que "sans leurs fans ils ne sont rien" c'est très visiblement faux. Puisque, concrètement, qui rencontrent-elles/ils, qui croisent-ils, avec qui parlent-ils, à qui confient-ils leurs projets – bref, avec qui vivent-ils en vrai ? Si sans les fans ils ne sont rien – pourquoi vivent-ils toujours plus séparés et éloignés  d'eux ? Même sur cette "scène" si ringarde, vieillotte, poussiéreuse, archi dépassée qui n'est plus conçue que pour les photographes où les caméras des médias…et où les sont leurs écouteurs/es se voient à peine encore "tolérés"…l'expropriation de la musique semble complète. Les stars ont, sans l'ombre d'un doute, préféré, ouvertement, les médias à leurs fans (anciennement juste leurs écouteurs/es )…

Dans cette structure, seule, la "star des stars", qui a INSPIRE nombres de chansons mythiques et demeurant donc, encore, charpentes d 'une communauté invisible – a agi POUR LE BIEN GENERAL, pour la communauté réelle leurs écouteurs/es, pour le futur intégraal de la musique, etc  ???

Une vraie musique peut renaître. Dès que tous les médias auront été mis à la porte.  Que chaque poche de création sera protégée de la bêtise arriérée médiatique. Avec cette seule phrase "aucun média n'est autorisé à parler pour nous" ou même "tout ce qu'ils diront ne sera retenu que contre eux" …

Les preuves qu'ils sont une "armée d'occupation" médiatique ? Les 2 seules musiques vraiment nouvelles depuis 30 ans ? Oui ces 2 musiques nées, grandies, développées, diffusées, partagées, échangées, festivalées…etc HORS TOUT MEDIA ? Le reggae et le punk !!! soit disant musiques marginales alors que ce sont les attitudes anti- civilisées des médias qui devraient se voir refouler comme vraiment marginales…tout reste illégal dans les médias qui ne respectent absolument aucune vie privée, aucune séparation ferme ne subsiste. Toujours à se mêler de conversations qui ne les regardent absolument pas, à foutre tout le monde sur écoute…etc…

Résultats des courses : ils passent en boucles des images truquées, volées, sournoisement, et retouchées d'époques et d'expériences auxquelles ils n'ont jamais PARTICIPE. Plus ça va, plus ça s'éloigne de ce qui s'est réellement passé, ce pourquoi des témoignages tels ceux de la "star des stars" valent bien plus que l'or  ou le diamant… Résultats des courses : depuis qu'ils ont, si illégitimement, exproprié la musique, plus rien de valeur ne s'y passe. Preuve que ni l'argent ni la fausse gloire (sans reconnaissance par la gratitude) ne sont structurant de rien. L'échec "musical" des médias est plus qu’assourdissant, non ? Pour les autres domaines il en va exactement de même !

Les médias des importuns qui détruisent la société ce n'est plus que la mort qui regarde la mort qui se regarde morte et mort qui voit les médias trop morts.

Normal que plus rien n'y passe ou ne s'y passe…n'y soit produit où s'y produise…

Toute réelle nouveauté ne peut donc plus que se passer EN DEHORS des médias extérieurs et indifférents…

Sous copyleft…pour tout ce qui reste à but non lucratif

  (à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans grandes engueulades

Commenter cet article