Libertaires avec les autres, très soumis à la société

Publié le par imagiter.over-blog.com

Une expérience étrange à vivre c'est (puisque, physiquement, vous-même ne connaissez aucun blocage) c'est de percevoir, corporellement, le double face de beaucoup. Avec vous, et d'autres (identiquement!) ces individus renâclent à tout, se montrent réticents à tout engagement, se renfrognent facilement, se rétractent, n'aiment pas trop écouter les arguments, se profilent comme n'aimant pas obéir du tout. Ce qui en ressort c'est qu'ils ont besoin d'une totale liberté. Avec les autres dont vous (nous avons bien vérifié: en rapport inter-individuel beaucoup se montrent "familiers familiaux", sans beaucoup de gants ni de respects – en rapports sociaux, souvent, le trop inverse !)… elles produisent donc l'image du parfait libertaire.

En effet, les mêmes personnes, vues dans d'autres circonstances, semblent, tout au contraire, ne faire plus qu'obéir exagérément, reproduire trop les arguments "cheval de troie" de la propagande, demandant un accueil, une disponibilité, que leur visage "renfrogné libertaire" ,e montrait guère. En fait, elle demande aux autres ce qu'elle même refuse abondamment. Si libertaires partout, libertés nulle part. Comme nous pratiquons tous l'hygiène "psycho-corporelle" qui nettoie de toutes manips, perversions mentales et autres propagandes – ( donc la psychologie posturale peut "fonctionner" avec nous) – nous avons bien examiné. Partout pareil. Ce n'est pas une affaire individuelle, une affaire de personne (vous, moi, eux qui ne "conviendrait" pas à x !). Mais bien un nouvel archétype social – même pas encore perçu par les médias toujours plus sourds et aveugles à la réalité ENTIERE. Puisqu'un expert en véhicule (nous abordons tout le monde loyalement – pas comme ces anti-journalistes qui ne montrent que les personnes qui "répondent" les réponses pré-préparés à l'avance…) nous affirmait et démontrait, qu'au niveau de la recherche automobile effective tout s'est arrêté – il le datait – en 1972.

 Depuis, ce jour, le fonds accumulé est utilisé à plein, mais plus de remise en question radicale, de revisitation complète de la voiture. Pareil dans beaucoup de disciplines intellectuelles. Blocage et immobilisme inexcusables (et très inargumentables !) depuis plus de 30 ans. Les ennemis du Progrès, de l'émancipation collective, du modernisme, de l'évolution sociale – salissent tous les sommets de leur présence…

 

Brisons là, comme le disait une époque plus honnête (les Lumières). L'archétype nouveau c'est des personnes qui produisent donc l'image du parfait libertaire. Mais uniquement pour REFUSER le maximum de contacts interpersonnels. Pour glisser sans arrêts entre tous les rapports sociaux. Pour se conduire en mufles envers toute autre personne joyeusement pleine de bonne volonté. Bref, par anti-socialité vraie se déguiser en libertaire (ça peut marcher au point que de réels libertaires se voient expulsés pour "non obéissance aux lois privatisées"…). Le second volet de ce nouvel "idéal type" des personnes qui produisent donc l'image du parfait libertaire, d'un côté, abandonnent toute liberté, de l'autre. Mais absolument, totalement : au point de vouloir que tout le monde perdent ses libertés. Alors que la personne se montrait rétive à discuter avec qui que ce soit – ici, elle se montre disserte, prolixe, aimable – lorsqu'il s'agit de répandre la propagande de la pensée unique inique…

 

Ce qu'elle refusait par son déloyal déguisement libertaire – c'est en fait la mise en discussion, l'usage des palabres et conversations moins "évoluées" envers toute réalité ou règle. Nous obtenons là l'image précise d'une dictature en marche. Avec les détails des comportements adaptés (dans les moindres détails) – mais d'un dictature de gribouille (même pas extériorisée et formalisée, ne se sachant pas elle- même – donc d'autant plus dangereuse! et ne sachant strictement rien du fonctionnement réel du réel !). Puisque ces personnes qui produisent l'image du parfait libertaire – lorsqu'elles fonctionnent telles qu'en elles-mêmes deviennent INCAPABLES d'imaginer que leurs "actions" ne se peuvent mettre en place. Puisque beaucoup, pratiquant comme elle, vont se fermer rébarbativement à tout ce qui n'est pas leur monologue perpétuel. Monologue qui n'est "que" la répétition de propagandes diffusées par les "non interlocuteurs" (les médias!)…

Ces personnes se font donc avoir jusqu'à l'os, niquer à vif, entuber jusqu'à la gorge, avoir de partout. Rejetant les possibles interlocuteurs (donc tous les moyens de s'en sortir, d'en guérir!) de leur environnement direct – elles se montrent totalement "possédées" par des voix lointaines, aseptisées, sans langage non verbal, sans vécu incarné là auprès de vous (mais pour cela pouvant tromper au maximum!)  – celles des médias…

Regardez autour de vous: combien "entrent en conversation avec un inconnu croisé" et "combien acceptent l'anti- conversation assassine des médias" ? Ainsi, vont- elles passer la plus grande partie de leur vie "ailleurs", la "sacrifiant" , cette vie, à de froids inconnus qui ne sont rien pour eux, si loin si loin des rapports sociaux de "leur rue"…Avec ce synopsis (très filmé) – ne ressentez- vous pas, enfin ceux qui osent sortir de leurs bunkers sans issue – comment fonctionne le blocage/ blocus d'une civilisation ?

Bingo !

 

Ce texte inaugure notre série SI LA SOCIETE EST BLOQUEE N'EST CE PAS LA FAUTE A TOUT LE MONDE.

Sauf de celles/ ceux (magnifiques !) qui tentent de revenir à l'émancipation collective, à la libération pour tous, à la fin des esclavages, aux progrès sociaux ….Et qui, en un premier temps, ont subi d'atroces et d'insensées tortures avec les "déguisé-e-s" en libertaires, possédés par la propagande (et assez inconscients de leurs actes!). Les ont pleinement pigé. Et, maintenant, viennent faire les actes de thérapeutes afin de nettoyer la plaie, la sanie, le pus répugnants ruisselant de nos ex- bourreaux…

Société bloquée, t'as débloqué, maintenant, on va te reloquer …

 

( à suivre)

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article