Ne pas aimer les pauvres révèle une peur de progresser (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

3542654346_107b15bfe1.jpg"L'art d'ignorer les pauvres"** de John Kenneth Galbraith récapitule tous les procédés déloyaux et si indignes qu'ont utilisé les riches pour diffamer les pauvres. Et les réduire toujours plus à la misère. Vraiment, c'est bien trop de haines !!! Donc, non seulement, les trop riches refusent de progresser, mais, en plus, ils n'usent, pour s'y enfoncer, que de moyens régressifs et anticivilisés contre les démunis. Nous allons en faire la recension, ici, oui de ces hideurs sans en masquer aucune. Ce sont, en conséquence, les trop riches qui méritent des milliers de vigoureuses réprimandes. Les pauvres aucune.

** septembre 2011, octobre 2005 et novembre 1985 sont 3 dates de parution de ce texte, évidemment évité !!!

"Cette idée qu'il est économiquement dommageable d'aider les pauvres reste présente. Ces dernières années, la recherche de la meilleure façon d'évacuer toute mauvaise conscience au sujet des pauvres est devenue une préoccupation philosophique et rhétorique de première importance" (p. 25 - L'art d'ignorer les pauvres)." Cette absurdité que toute aide nuirait gravement aux déshérités est constamment ressassée, et, plus grave, crue. Complète fantasmagorie d'hallucinés. Qui ne leur demande jamais leur avis, mais perpètre l'indécence de parler toujours à leur place et de faire comme si il était d'accord ave de telles tortures sociales : la déchéance morale des trop riches (refuser toute responsabilité à l'égard des pauvres – ce que ne faisait pas le pouvoir féodal !!!) bat son comble… Ne pas aimer les pauvres, à ce point, révèle une trouille complète de progresser !!!

La perversion malsaine pourrit encore plus : elle va jusqu'au constat que la plupart des initiatives mises en œuvre en faveur des pauvres relèvent, d'une façon ou d'une autre, oui de l'Etat. Or l'Etat reste la poule aux œufs d'or exclusive et réservée des trop riches qui doivent se garder, si illégitimement, tout le pactole…"On fait alors valoir que l'Etat est par nature incompétent, sauf quand il s'agit de passer des marchés publics avec des firmes d'armement. Puisque [donc] il  est à la fois incompétent et inefficace, on ne saurait lui demander de se porter au secours des pauvres : il aggraverait encore leur sort (p. 26 - L'art d'ignorer les pauvres)." Si vous ne voyez pas, là, l'expression de maladives jalousies, de l'aveuglement des cupides stupides et plus, uniquement, de calomnies irrecevables – c'est que vous devriez commencer à vous faire soigner : ne pas aimer les pauvres vient de révéler, limpidement, votre terreur de progresser !!!

…"ainsi, le problème social de la coexistence d'un petit nombre de riches et d'un grand nombre de pauvres était réglé dès lors que l'on parvenait au plus grand bien pour le plus grand nombre"…donc…"en prenant l'argent des pauvres et en le donnant aux riches, nous stimulons l'effort et, partant, l'économie (p. 28 - L'art d'ignorer les pauvres)." Complètement démasqué : leurs refus de progresser les vissent dans le toujours plus sordide. Mais les ligotent dans tellement de CONTRADICTIONS insolubles qu('ils ne peuvent vraiment plus tirer sur la corde. Un mouvement universel de complètes répulsions envers de tels monstres mentaux est en train de se lever et soulever…

En effet, pas l'ombre d'une seule démonstration dans ces accumulations de discours d'avares trop cruels…Que vous en fassiez la généalogie malthusienne, darwinisme social et ruse de la vie "pour améliorer la race", etc…que vous repreniez les monologues abjects du XIX  ème siècle sur le travailleur fainéant, cupide, bon à rien (mais bon à tout faire !) qui aboutisse aux trahisons sanglantes de l'assassin Milton Friedmann (voir "La stratégie du choc" de Naomi Klein ) qui interdit aux pauvres d'être libres (ils n'en ferait que mauvais usages) tout en prônant la liberté absolue d'un capitalisme dérégulé (soit sans règles – mais auquel il faudrait…suivre les règles – lesquelles déjà ?) qui obtient tous droits de dépouiller …les pauvres !!! Quels nobles assauts de libertés!!! etc…puis les délires de la contre-révolution néolibérale qui a le cœur si souillé qu'ils rabaissent même les riches – de n'être motivés que par le fric. Et que "les riches ne travaillent pas parce que l'impôt prélève une grand part de leurs revenus (p 28- L'art d'ignorer les pauvres)." Cette piteuse manière de mentir n'est encerclée que par des impossibilités logiques : le riche reste celui qui paie le moins d'impôts de tous… encore, il semble le savoir puisque sa monomaniaquerie d'avidité le montre courir à toujours plus de richesses sans aucun projet avouable au bout…aussi, voir ces patrons qui se tournent les pouces uniquement parce qu'ils ne ont pas assez payé vire au burlesque d'un infantilisme débridé…

Résultats : pas un seul argument, que des bouffonneries immatures et…la certitude que de telles monstruosités ne peuvent exister que dans un monologue dicté, bref, une illégale dictature des trop riches…

Ce que nous verrons au prochain des épis sodés !!!
Puisque cette dictature des trop riches ne peut survivre que tant que…
     son arrière-cour idéologique continuent à cacher ses scandaleux rouages…

Pour le ridicule efficace d'un "Ne pas aimer les pauvres révèle une peur de progresser" voir le Figaro du 13 mars 2012, page 14… lorsqu'ils vous donnent toutes les verges pour qu'ils s'auto-fustigent !!!
 
à rapprocher, aussi, du fait que "Tous les chiffres sont bien contre le capitalisme" (blog du 23 février 2012)…les expertises du réel, dont font état ce texte, surgissent-elles d'avoir consulté, aussi, les blogs "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 ou  "Les banques doivent faire leur travail" du 25 septembre 2011… en écho le 21 janvier 2012 d’André Orléan « Que les banques fassent leur métier », Le Monde, p. 6 « culture & idées »…,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), "Les crises sont causées par les excès d'inégalités ?", "Principe de précaution massif envers la finance ?", "Désindustrialisation : à qui la faute ?", "Plus ça va plus c'est vulgaire d'être trop riche","Gains collectifs partout", "La spéculation désocialisée", "Les émeutiers ce sont les trop riches ?", "Peut-on vraiment se dire "objectif" lorsque intéressé et profiteur ?","Le coût d’une non intervention publique ?", "Hontes du néolibéralisme", "Banques, plus rien ne va !!!", "Plus tu prends aux autres plus tu les enrichis !!!", "Les élus ne sont pas les propriétaires de ce qu'ils gèrent", "Plus con qu'un banquier ?", "L'infantilisme du "circuit intégré de la finance internationale"""Ce que représente l'argent des banques ?", "Collectif/ individuel", "Privatecity" – Publicity", "L'autorégulation étatique est prouvée …", "Donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air (1 et 2)", "Du suffrage universel "libre et non faussé"", "au mieux des intérêts de tout le monde", "Qui on valorise ?", " La finance - une fraude systémique ?", "Comment le capitalisme se met à dos tous les génies ?", "Si la nouvelle génération de penseurs ne vient pas vite", "Le bon détour ne ment…" ou "POURQUOI LES MARCHES CA NE MARCHE PLUS ?"
Gains collectifs à la place des gains individuels, Fête sociale permanente, Service public du crédit, retour massif des services publics autogérés, et tant d'autres filons du futur etc – toute une nouvelle civilisation est bien, complètement, en place !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif
 (à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui a détressé les détressés ? etc), onglet 2.
Résistances au changement      Impliquent changement de résistances
Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article