Être la cause ou l’effet de sa vie ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Être la cause ou l’effet de sa vie ?

L’AVOIR est une connerie. Si nous n’avons pas la présence d’esprit de nous ouvrir aux leçons de la vie. Pourquoi ? Nous ne pouvons pas vivre consciemment si nous n’y intégrons pas toutes les leçons de la vie…ce qu’elle nous donne. Pas d’avoir sans recevoir (re ce avoir)…Oui, l´abondance est partout, encore faut-il en prendre conscience et la comprendre pour elle pas pour nous. Sans compréhension, il n´y a pas de leçons (d’avoirs nouveaux), mais seulement une action machinale qui ne va jamais au bout d’elle-même. Et semble toujours et encore à être réalisée. Donc tous les malheurs du monde viennent de qui ne VEUT PAS SAVOIR (apprendre à savoir) que l’abondance est partout, (et qui bêtement demeure tellement crispé sur son infantile c’est à moi, c’est à moi, c’est à moi !), que le partage de l’abondance (qui se mue en l’abondance des partages) est la mathématique la plus durable (celle qui ne crée ni causes ni effets nuisibles pour le futur). Oui que savoir c’est s’avoir soi-même. Le partage reconnait chaque part et aboutit, de la sorte, à ce qu’absolument tout le monde aie sa part. Celle qui sait partir de répartir…D’où plus de conséquences globalement négatives ! Ainsi - accorder une réception aux leçons de la vie… se mesure à offrir la plus grande réception méga ouf jamais conçue sur Terre. Cette réception grandiose mesure la réception que nous faisons à l’avoir de…comprendre ! Avoir compris supplante tous les…avoirs matériels ! Inertes et sans sensibilités !

..

Donc qui sait… l’est en même temps. Et, pour cela il se doit de geler ce qui, dans les « avoirs » des inconscients matérialisés, nuit tant à l’intérêt général. Sinon son être diminue enseveli sous les avoirs…si inutiles. De s’extirper de ce piège commence par les « bonnes » questions : pourquoi tout le fardeau, toutes les culpabilisations, toutes les responsabilités morales ne déferlent que sur qui fait déjà tout de son mieux ? Comme afin de l’immobiliser, de le stopper, de ne pas lui permettre d’avancer ? De ligoter ses libertés de mouvements. Tandis, qu’à l’opposé, qui nuit et coûte trop à la société, ne doit endosser aucunes responsabilités, aucuns fardeaux ni aucunes culpabilités (alors qu’il cumule les effets sociaux négatifs que le premier doit seul réparer). Ou résumé simplement : qu’est ce qui dans la loi de cause à effet ne fonctionne pas GLOBALEMENT ?

..

……………………………….**************************************

..

La loi de cause à effet peut montrer de nombreux avatars et des noms divers. En fait, elle a été formalisée par Isaac Newton. Soit…à chaque action une réaction égale et opposée ! L’homme évolue, alors, par action et réaction à son environnement – ce qui crée l’Évolution, plus précisément la coévolution justement…Cette vision de la réalité aura envahi tout le territoire de l’humain : avec des évidences trop largement oubliées aujourd’hui – soit que tout ce que nous faisons a des conséquences. Des séquences de conséquences très visiblement. Ce qui va même jusqu’à… penser c’est aussi déclencher une force qui agira en conséquence - ce nouveau ton de newton ouvre que ce retour de… forces ou d’actions peut être changé ! Nous ne sommes pas assujettis à la mécanique des étoiles. Nous pouvons changer les causes donc les effets. Ce que notre société refuse avec un entêtement de cancre. Tout y semble figé, immobilisé, bloqué depuis des décennies : se maintenir dans un style de vie absurde, non durable et qui ne peut justifier aucune de ses exactions. Dans ce cas, c’est cette société de mauvaises volontés qui doit être énergiquement engueulée. Et pas l’individu qu’elle s’acharne illégalement à…réprimer. En gros, les Crs n’affrontent pas les vraies mauvaises graines. Mais plutôt les bonnes !

..

Qui a un réel esprit collectif peut écrire l’Histoire (et même la faire) sans s’embrouiller. Reprenons l’Histoire de la loi de cause à effet afin de repérer où elle est devenue inefficiente, inopérante, inefficace.

Bien, il y a de nombreuses observations pleines de bon sens. Et que nous pouvons vérifier en les…expérimentant. Reproduire les mêmes erreurs déclenche toujours les mêmes effets. Dans ce cas, c’est nous-mêmes qui rassemblons les conditions de la souffrance. La nôtre en particulier. Les écarter, ces conditions, c’est les éliminer. Mais il doit y avoir adéquation entre vouloir la paix le bonheur et l’harmonie – à savoir que nous devons rester paisible heureux et musical. Ce qui implique que, logiquement, à chaque fois qu’il y a quelque chose de mauvais dans ma vie - il y a quelque chose de mauvais en moi. Cette description trop individualiste n’englobe, toutefois, rien du social, des brassages et des pressions que nous subissons, des injustices et des guerres sociales qui nous éclaboussent. Etc. C’est alors qu’elle réplique que nos réactions face à tout ce qui arrive de désagréable fait toute la différence. Donc - s’il arrive des événements pénibles beaucoup dépend de nos réactions envers ces évènements. Une fois de plus cela se vérifie comme vrai.

..

Plus loin encore vers l’intérieur de la loi de cause à effet ? Croire que quelque chose est vrai implique - « implicablement » si nous pouvons dire – que nous allons devoir démontrer cette vérité. La valeur universelle c’est que nous recevons toujours quelque chose à tout ce que nous entreprenons dans de telles dispositions d’esprit. L’intention, la motivation de départ sont les creusets de ce point d’arrivée dont nous parlons. C’est « parce que » nous avons entamé des actes « avec l’intention » d’améliorer le monde que les circonstances de l’améliorer se présentent comme un ballet d’harmonies insurpassable ! COMPRENDRE la loi de cause à effet, effectivement, peut être une immense prise de conscience. Un approfondissement du ressenti de ce que nous faisons peut vraiment nuire aux autres. L’attention sur nos actes qui s’allume alors en nous. Pour cela, elle devrait être incluse dans toute démarche de…santé. Penser et agir ainsi augmente immanquablement notre taux de santé. Ne pas l’avoir encore fait interpelle énergiquement la société : qu’est-ce que tu fous à ne jamais t’occuper de l’essentiel et à t’engluer dans tant de conneries ?

..

Donc qui pense à la guerre récolte bien la guerre. Mais de nombreux humains autour de lui vont subir cette guerre sans y avoir jamais pensé. Ni désiré. Tout semble interpénétré. Aussi, au lieu de se contenter de ce que cette loi (inachevé ?) - devrait être – l’interrogation devient pourquoi ne sont-elles jamais perçues ces conséquences globales ? Tous ces karmas ensembles - cela diffère tant des buts poursuivis chacun par soi-même. Évidemment, pour sa paix intérieure cette formation pas à pas de comportements adéquats et de modes de pensées qui ne font pas germer des conséquences désagréables ou néfastes c’est excellemment bien. Pour soi. Mais pour la collectivité à collecter ? L’hypothèse est que toutes ces observations de la loi de cause à effet devraient bien cumuler de tous autres résultats. Ce qui n’est pas le cas…

..

……………………………..***********************************

..

Le mot karma est apparu dans la réflexion – la loi de cause à effet l’englobe plus utilement – mais les réflexions étant plus intenses chez qui croie au karma que nous pouvons, avec bénéfice, mettre les pas de la réflexion dedans.

..

Le fait central est que, depuis que la loi de cause à effet, karmique ou non, existe – il n’est pas apparu d’immenses effets collectifs. De flagrantes transformations sociales. Donc soit il manque quelque chose de central soit nous n’avons pas perçu une étape du processus. Concrètement, il ne reste que 2 grandes hypothèses.

..

** 1) - Soit beaucoup moins respectent la volonté de transformer ces enchainements de causes à effets en modifiant les causes qui lui appartiennent en propre. Et beaucoup moins – puisque les sensibilités vigilantes percevraient des remous, des friselis, des ondes provenant de ces transformations globales – oui beaucoup moins quittent le stade verbal pour devenir leurs propres causes et plus leurs effets subis. Les engagements sont moins effectifs et effectués ! Ceci paraissant banal et trivial donc demeure possible. Mais ne résout pas à fond la problématique mondiale.

..

** 2) - La seconde hypothèse est, qu’à côté du karma (cette transformation individuelle) il existerait une autre loi des interconnexions profondes de la civilisation. Afin, au moins, de concrétiser la clarté d’une progression progressive ; plus facile à ressentir que nous avançons ou pas. Et, non, comme aujourd’hui, les persistantes impressions de régressions collectives. Blocages et blocus sociétaux. L’insistance de ressentir que nous n’avançons plus mais que nous retournons comme en arrière. Cette autre loi demeurerait si insuffisamment formulée que la prise de conscience ne serait toujours pas tangible et patente. Seule sa trace physique impérative montrerait son profil : s’il existe un karma individuel il ne peut exister qu’un karma collectif. Le regroupement d’hyper lois de causes à effets (dit 4ème degré dans la loi karmique). Là où la transmission par l’éducation atteint son maximum - ce que l’anti-civilisation du profit fou empêche de toutes ses forces. La saine transmission. Ce qui signifie : que le total de tous les chemins de vie réussis ne peut rien contre cette métamorphisation des comportements. C’est à un mur volcanisé plus dur que tout que nous avons affaire. Nous devons donc DÉPASSER, DEVANCER, SURPASSER, ANTICIPER le principe karma, il ne suffit pas : il s’agit de…passer à autre chose (sans oublier les bienfaits individuels et en les poursuivant donc)…Soit, dit autrement, se « contenter » du karma sans inventer, en plus, autre chose, ne va pas suffire du tout. Il faut agir utilement contre le mur suicidaire actuel de la civilisation globale.

..

Le vandalisme officialisé ?

..

Lorsque nous détruisons une prétendue propriété humain c’est du vandalisme. Et lorsque nous détruisons les « propriétés » insurpassables de la Nature (soit la vie et sa durabilité sur Terre) nous appelons cela Progrès. Or cette destruction de la Nature est le pire des vandalismes possible puisqu’il ne permet plus…aucun progrès ! Qu’est-ce à dire ? Que nous possédons là des repères, des marqueurs, des indices des réelles mutations de pensées. Tant que des humains surtout des dirigeants) seront enfermés dans des folies aussi absurdement furieuses, et voudront y entrainer les autres – aucuns changements, même singés par des mots creux, n’auront eu lieu dans la réalité palpable. Dans ce cas là – il faut…donner au maximum des gains de son propre karma ! Nous pouvons en parler puisque cela, à notre époque, a tout de même eu lieu.

..

L’anonymat du don reste le moyen le plus profond pour vaincre l’égoïsme (qui aveugle) du fric ! Il faut donner pour ceux-là parce trop peu donnent en général. Ce qui entre dans l’univers chaleureux de l’humour cosmique : si ne donnes jamais rien de toi-même, eh bien, p’tit gars, tu…perds tout !

..

Nous avons ici une claire vision de l’inversion des réalités (ce sont les prétendus dominants qui bafouent les vraies valeurs – et qui ne voudraient pas que cela se sache !), la mise en œuvre d’un monde complètement à l’envers, la domination des esprits nuisibles parce que complètement égarés ! Or, qui dit inversions dit actions des diaboles – dans ce cas, la création de nouveaux SYMBOLES puissants est une urgence absolue

..

…………………………….*********************************

..

Ce monde à l’envers trépide de diffamations (d’affamer la vérité dans chaque domaine séparé c’est la diffamer), de mise à l’envers de nombre de raisonnements, de culbutes des enchainements techniques qui font fonctionner les collectivités (et le détail frivole se trouve au sommet de la hiérarchie pendant que l’essentiel se retrouve dans l’obscurité d’un recoin difficilement accessible). Comment donc contourner en l’englobant cette impasse de l’Histoire humaine ?

..

D’abord – en affrontant toutes les équivoque et les incompréhensions sédimentarisées du…karma. Karma qui prend trop la place de la loi de cause à effet. Sur ce coup, nous devons donc nous concentrer sur lui. En effet – qui a intérêt de présenter sa loi comme une loi de la…dette ? Une punition permanente, une répression de nos vies ? Nous faisons tout mal et devons le payer ? Cette présentation en « business plan » ne peut attirer la sympathie ouverte. Ni s’élever jusqu’à la méthode qui enveloppe ce qui nous enveloppe soit venir à bout de cette trame coercitive. Le seul point qui luit de vie dans ce voile triste devient le fait que s’il y a négatif (subir le retour des conséquences de nos actes) il y a le positif, soit les gains existent aussi. Nous nous faisons des points pour annuler des engrenages contraires. Puisqu’il a des inconvénients il y a des avantages ! Soit il existe une balance (et donc ce point de vue en devient extérieur – voir la balance complète ne peut se faire de seulement l’intérieur). Cette balance a pour poids et contrepoids les « intentions » qui dirigent à l’origine toutes les actions.

..

Mais là encore l’aporie peut poindre : il y aurait une intention bonne qui serait comme les idées idéales de Platon, collées dans un ciel très lointain. Qui décide et comment le dessine-t-il/elle de la « bonne » intention ? L’indécidabilité des réponses nous écarte de la justice parfaite Y aurait-il comme une injustice maximum afin de faire croire à une justice maximum (chacun-e reçoit le gain de ses propres actes…mais jamais nous ne voyons ni la balance, ni les comptes, ni les preuves…) ? Oui la facette où bruissent le plus les injustices flagrantes ? Nous ne « devons pas » agir ni réagir. Les autres obtiennent, alors, toutes les libertés de manœuvres dont nous sommes délestés. Ils peuvent réagir et agir d’abondance et n’importe comment. Ils ne sont causes de rien du tout ! Ou dit autrement : ne nous sont jamais évitées les conséquences de leurs « désactions » désordonnées ! D’être totalement engouffrés dans notre démarche de gains par les causes – nous pouvons nous en trouver submergés par ce trop d’iniquités…inéquitables ! Ceci engonce le karma comme une espèce de Fatalité. Pouvons-nous devenir si grands que nous englobions toute la société et l’emportions avec nous dans la direction de la santé collective. Et des transformations qui vont se prouver bénéfique pour tout le monde ?

..

La suite – la réponse à ces interrogations brûlantes – ce sera au prochain numéro !

..

...

…………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<

..

Pourquoi rejetons-nous en tout le...meilleur ?

..

Les différentes attitudes face à un problème ! Le « bon comportement » est celui que le système actuel persécute le plus. Allez vérifier, ici, si vous ne voulez le croire !

..

Le circuit fermé du...profit !

..

L’image terrifiante de la barbarie, nommée si frauduleusement « la société du profit » - cette grave régression ici visible. Le circuit fermé c’est le…cannibalisme capitaliste…

..

-Pourquoi perdre du temps avec des puériles propagandes lorsque toucher les coeurs reste possible?..

..

décryper le non respect de la loi de cause à effet ?

...

L'incroyable impact du pas de côté ?

Le pas de côté qui est, en fait, la cause d'un immense pas en avant !

..

…………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin,etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

déduire c'est séduire

déduire c'est séduire

la vraie planète enfermée dans nos idées folles

la vraie planète enfermée dans nos idées folles

idem.

idem.

plus la synthèse englobe tout et plus le mensonge (toujours local) devient impossible !

plus la synthèse englobe tout et plus le mensonge (toujours local) devient impossible !

être soi-même sa cause ou son effet ?

être soi-même sa cause ou son effet ?

Être la cause ou l’effet de sa vie ?
Fishbone tell the truth

Fishbone tell the truth

symboles des diagrammes de causes et effets

symboles des diagrammes de causes et effets

à entendre très laiquement - la démarche frôle la bonne méthode scientifique.

c'est de logique en fait. Donc avec les limites de la Logique ?

être la cause ou l’effet de sa vie – se décider : être à l’origine de sa propre vie ou une bille de flipper qui subit sans jamais rein contrôler. Ce qui est le plus vrai est que, normalement, le contrôle le plus vaste qui reste à notre portée c’est nous-mêmes !

la paix c'est une volonté - elle ne peut s'épanouir sans nous et nous qui serions en guerre...contre nous-mêmes.

visualisation ici de ce pourquoi...

Commenter cet article