La cupidité n’est donc plus une qualité ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

La cupidité n’est donc plus une qualité ?

En fait, s’il n’y a plus appui exagéré de certains comportements, ceux-ci sont-ils appelés à disparaitre ? Dit autrement, c’est uniquement parce que les médias mercenaires font l’éloge de la cupidité que la cupidité peut encore exister ? Comme nous sommes très multidisciplinaires, nous observons que, dans de nombreux domaines de pensées et de recherches à la fois, les idées dominantes sont bien en train de basculer. Hier la cupidité se faisait passer pour une vertu, aujourd’hui, déjà, elle commence à soulever de répulsions. Oui pulsions : comment ne pas contrôler des pulsions aussi antisociales et à faciès de brutes ? De plus, n’est-ce pas un déni partiel mais très nihiliste de la propriété ? Les êtres cupides avaient eu « l’autorisation » de vivre sur l’argent et les propriétés des autres ? Seules leurs « propriétés », ainsi issues de cet argent sale, spoliateur et parasitaire – se devant d’être…respectées ( !). La fausse monnaie de la cupidité semble bien être, désormais, reconnue pour ce qu’elle est. Rien de respectable en tout cas.

….

……………………..........%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Cet article joint des vidéos à des écrits. Seules les deux premières font l’objet des analyses du présent article de fond. La première, une vidéo de 3 heures, prouve, avec un raisonnement impeccable, que « leur » argent est complètement…illégal. Et que leur système bancaire, eh bien ! se démontre complètement anticonstitutionnel. Ce qui facilitera fortement les processus lorsqu’il s’agira d’abolir cette pensée unique pour argent inique ! Cependant, n’est à prendre en compte, dans cette vidéo, que les raisonnements et démonstrations. Les apartés religieux ne desservent pas la rigueur de la pensée - mais il n’est guère utile d’être d’accord ! Cela n’enlève pas que cette approche innove énormément ! La seconde de …2 h 40 complète à la perfection cette démonstration en empruntant de tous autres…parcours de raisonnements !

Commençons par la fin annoncée du règne de la…cupidité ! « D’un vice, le capitalisme financier a fait une vertu. La cupidité a du bon, nous assure Gordon Gekko, personnage principal du film Wall Street, d’Oliver Stone (1987) : grâce à elle, nous faisons des choix plus ­efficaces et plus rationnels [sic], qui seront bientôt plébiscités par le marché. […par référendim, par contre, le non est plus que massif !]. Cette formule, qui en est venue à résumer notre époque, le philosophe américain Michael Sandel ne la cite pas dans son livre Justice, mais il l’a bien en tête lorsqu’il affirme au tout début de l’ouvrage : « La cupidité est un vice, une manière d’être condamnable, en particulier lorsqu’elle a pour effet de ­rendre insensible à la souffrance d’autrui. » A ses yeux, la définition du vice et de la vertu, loin d’être une question réglée, est l’enjeu caché de nombreux débats ­contemporains. […et pour cause – tout cela est archi connu par qui reste dans la…vraie vie ].

..

Michael-j-Sandel : passeur-de-justice

..

Cette mise en cause initiale des dérives de notre monde […plutôt de celui de certains membres extrêmement peu recommandables de la société…] pourrait faire croire que Sandel s’apprête à se lancer dans une ­diatribe. Mais ce philosophe star n’a pas construit sa notoriété en exerçant un magistère rigoriste. […ah bon ! les incorrigibles « doubles-faces » ne sont pas où il nous est dit…]. Son travail vise plutôt à abattre la distance entre les idées et le public, explique-t-il, de passage à Paris ce printemps. : « Certaines personnes croient que la philosophie habite les sphères célestes. Ma conviction est qu’elle est chez elle dans la cité. C’est pour cela qu’elle doit être présentée de manière claire, mais aussi captivante. On doit pouvoir éprouver les questions qu’elle nous pose. Socrate ­concevait la philosophie de cette manière. Il marchait dans les rues d’Athènes et interrogeait des gens ordinaires. » [L’apprentissage de la citoyenneté était déjà…irremplaçable !¨Persistons à refuser de le remplacer. ].

La cupidité est, en effet, en bonne voie de ne plus pouvoir se cacher derrière la loi. Elle est en train d’être perçue comme hors la loi !

..

..…………………………….%%%%%%%%%%%%%%

..

Poursuivons, avec un plus long texte et son très net : la création monétaire par le privé est un vol légal d’un bien public. Ce qui n’est absolument pas possible : la seule lecture de la Constitution place ce vol arrogant dans l’illégalité la plus indiscutable !

..

« A-LE POUVOIR DE CREATION MONETAIRE PRIVE : UN VOL LEGAL D’UN BIEN PUBLIC

Actuellement, nous n’utilisons presque plus d’argent « fiduciaire », c’est-à-dire des billets et les pièces frappées par les Etats, mais de la monnaie scripturale matérialisée par les chèques et la monétique créée par les banques elles-mêmes. Maurice Allais, prix Nobel d’Économie, explique que « fondamentalement, le mécanisme du crédit aboutit à une création de moyens de paiements ex nihilo [ à partir de rien] (…). À chaque opération de crédit, il y a ainsi duplication monétaire. Au total, le mécanisme de crédit aboutit à une création de monnaie ex nihilo par de simples jeux d’écritures» Maurice (Allais, 1999 : 63). Ainsi, les banquiers s’enrichissent avec de l’argent qu’ils n’ont pas, mais l’emprunteur privé ou public (l’Etat), doit néanmoins rembourser. Pour être plus précis, les banques privées ne peuvent en fait créer qu’environ 8 à 9 fois plus d’argent qu’elles n’en disposent réellement. Ainsi, si une banque privée reçoit 1 million d’euros de la banque centrale, elle détient le droit de créer 9 millions d’euros en les proposant en crédit.

..

Histoire de la domination-des-banquiers-au-coeur-des-Etats

..

Maurice Allais déclare que « dans son essence la création de monnaie ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique (…) à la création de monnaie par des faux monnayeurs. Concrètement, elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents » (Allais, 1999 :110). C’est pourquoi l’industriel Henri Ford déclara, « si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin ».

..

Si le président Pompidou n’avait pas supprimé en 1973 le droit régalien de l’Etat français d’émettre la monnaie, les contribuables français n’auraient pas à rembourser 40 à 50 milliards d’euros d’impôts chaque année et la dette publique française serait totalement remboursée depuis 2006 ! estime Holbecq. Cette argent vient donc enrichir les banquiers et autres créanciers privés, alors que si le gouvernement français était en droit d’emprunter sans intérêt via sa Banque centrale publique, la dette publique aurait disparu en 2008 (Holbecq, 2008).

..

Magrit Kennedy a ainsi calculé que les prix payés par les consommateurs sont constitués entre 40-45 % du seul poids des intérêts. Par conséquent, le pouvoir des financiers privés ne s’exerce pas seulement par la plus value sur les salaires, mais aussi très largement sur la consommation (Kennedy, 1996).

..

C’est pourquoi, à la suite de la déclaration de Thomas Jefferson, M. Phillip A. Benson, Président de l’association American Bankers’ Association, déclarait le 8 juin 1939, qu’ « il n’existe pas de moyens plus efficaces pour prendre le contrôle d’une nation que de diriger son système de crédit (monétaire)». William Lyon Mackenzie King, ex-premier ministre du Canada renchérissait : « jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile…Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois…L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation».

..

Aux États-Unis, de manière relativement analogue. De 1861 à 1913, l’État américain disposait du contrôle de l’émission et de la circulation d’une monnaie sans intérêts. Mais le président du pays, Woodrow Wilson, signa l’acte de la Réserve fédérale du 23 décembre 1913, le transformant en loi. Ainsi, la propriété et le pouvoir de décision et la capacité de création monétaire de la réserve fédérale (la banque centrale) passait du Congrès des États-Unis, composés des élus du peuple, aux plus puissantes banques privées américaines. Woodrow Wilson, président des États-Unis de 1913 à 1921, déclarait avant d’être assassiné : « Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés, non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants» c’est-à-dire les banquiers privés. Selon Eric Samuelson, depuis novembre 1997, la Banque new-yorkaise de la Réserve fédérale détient la majorité des actions. Cette dernière est sous la propriété majoritaire de la Chase Manhattan Bank appartenant aux Rockefeller avec 32,35% des actions et de la Citibank à 20,51%. Ces deux banques privées contrôlent donc à elles seules la FED, qui est sensée être un bien public aux États-Unis (Carmack, 2007).

..

Contre ce type de dérive, Maurice Allais estime que « la création monétaire doit relever de l’État et de l’État seul. Toute création monétaire autre que la monnaie de base par la Banque centrale doit être rendue impossible, de manière que disparaissent les « faux droits» résultant actuellement de la création de monnaie bancaire (Allais, 1999 : 95). Selon A.-J. Holbecq : “ Toute la monnaie nécessaire au développement de l’économie doit être produite par la Banque centrale européenne (BCE) (…) et tous les intérêts de toute la monnaie créée dans le passé par les banques commerciales et par la BCE doit revenir aux États de la zone euro et donc à la population… C’est certainement plus de 350 milliards d’euros par an ” à l’échelon européen (Holbecq, 2008).

..

B- LE POUVOIR HISTORIQUE DES BANQUES SUR L’ETAT FRANCAIS

Les banquiers financent le coup d’Etat de Napoléon en échange de la création monétaire privée

..

En Europe, on estime l’origine de la Banque moderne au 17e siècle avec la création des premières banques centrales. Sans doute après avoir reçu de l’argent des banquiers, Napoléon Bonaparte (1769-1821) confessait que : « Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain ». Celui-ci savait ce qu’il disait, car ce sont un ou des banquiers qui avaient financé le coup d’état de Napoléon contre l’acceptation des statuts d’une nouvelle banque qui progressivement se verraient octroyer le monopole de l’émission de la monnaie. Jean-Pierre Collot (1764-1853) est un financier et « aurait prêté 800 000 francs-or pour financer le coup d’Etat de brumaire », et qui deviendra ensuite « directeur de fabrication de la Monnaie de Paris sous la Restauration » (Monnaie de Paris, 2004).

« Fondée le 13 février 1800, quelques semaines seulement après le coup d’Etat, la Banque de France, société privée par actions dirigée par des régents ». Elle reçoit alors le monopole de l’émission de la monnaie de papier en 1803 (Marseille). Les 200 membres de son Assemblée générale avaient ainsi le pouvoir de désigner 15 membres du Conseil de régence de la Banque de France (Wolff, 1995)

..

Amchel Mayer Rothschild (1743-1812), dont la famille siégeait parmi les régents de la Banque de France et prospérait déjà depuis des dizaines d’années grâce à ses banques privées affirmait ainsi : « donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ». Thomas Jefferson, le 3e président des Etats-Unis, déclara aussi à ce propos : “ Je crois sincèrement que des institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos privilèges que des armées institutionnelles. Déjà ils ont élevé au sommet une riche aristocratie qui a défié le Gouvernement. Le pouvoir d’émission devrait être pris aux banques et redonné au peuple à qui il appartient” (Jefferson, 1802).

..

Les banquiers privés placent leurs hommes au cœur des Etats et privatisent à nouveau la création monétaire

..

George Pompidou, avant d’être président de la République était un banquier. De 1945 à son élection comme président de la République en 1969. Pompidou exercera des fonctions au sein du gouvernement français tout en continuant durant plusieurs périodes travaillées au service de la banque Rotschild 1954 à 1958 et de 1959 à 1962. Le 8 janvier 1959 il est devient Directeur général de la Banque Rothschild. Pourtant, il sera néanmoins nommé en mars 1959 au Conseil constitutionnel où il siégera jusqu’en 1962. On observe donc à nouveau un grave manque d’indépendance entre les intérêts de l’Etat français et ceux des intérêts privés des banques. Puis la banque de France a été nationalisée en 1945 par le Général de Gaule, donc durant cette période l’Etat retrouve le contrôle sur le crédit et sur la monnaie. Mais le président Pompidou, l’homme des banquiers de l’époque, ne l’entend pas de cette oreille. L’article 25 de la loi du 3 janvier 1973, de Pompidou et Giscard d’Estaing, “interdit au Trésor public d’être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France”. L’Etat français bascule donc à nouveau sous l’emprise financière directe des banquiers privés. (…)

..

C- LE POUVOIR POLITIQUE ET IDEOLOGIQUE DES BANQUIERS

..

Le groupe Bilderberg fut créé en 1954, grâce à un cofinancement de Unilever et de la CIA . Selon un ancien délégué du groupe, le consensus élaboré au sein de ce forum sert de base à l’évolution des politiques internationales. Bilderberg “compose la toile de fond des politiques qui sont mises en place par la suite. Ainsi, le Forum économique mondial à Davos en février, les rencontres Bilderberg et du G8 en avril-mai et la conférence annuelle du FMI et de la Banque Mondiale en septembre. Une sorte de consensus international émerge (…). Ce consensus devient la toile de fond des communiqués du G8; il inspire le FMI lorsqu’il impose le programme de réajustement à l’Indonésie, et la politique que le Président américain propose au congrès” (Armstrong, 1998).

..

Le banquier, David Rockefeller fut le fondateur du Bilderberg, puis de la Commission Trilatérale. “Ces deux lobbies sont les véritables architectes de la mondialisation néo-libérale” selon M. R. Jennar (2005). D. Rockefeller a déclaré à Newsweek international, “quelque chose doit remplacer les gouvernements et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire” (Rockefeller, 1999). “Ce même personnage avait déclaré huit ans plus tôt devant la Commission Trilatérale: la souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers est préférable au principe d’autodétermination des peuples” (Jennar, 2005 : 17). En effet, ces derniers sont considérés par certaines élites, tels les certains experts de la gouvernance européenne comme “ignorants, émotifs et versatiles, comme nous le rapporte Hermet (2003 : 16). C’est donc, pour leur éviter de commettre des erreurs nuisant à l’intérêt du peuple lui même, que les élites proposent d’ériger la gouvernance, par les seuls experts et les élites économiques et politiques.

..

La banque Mondiale est souvent dirigée par d’anciens membres, issus des plus grandes banques privées des États-Unis, ou de grandes transnationales. Par conséquent, les intérêts capitalistes des banquiers et des élites économiques ont leurs gardiens et cheminent au cœur des pouvoirs publics internationaux. Robert Strange McNamara fut président de la Banque Mondiale d’avril 1968 à juin 1981. Les années précédents sa nomination, McNamara, était considéré comme l’un des plus importants hommes d’affaires des Etats-Unis et devient à l’âge de 44 ans, président de la Ford Motor Company. Depuis le 1er juillet 2007, Robert Zoellick est le 10 e président de la Banque Mondiale. En 1997, il a été conseiller aux affaires internationales de la banque Goldman Sachs. Paul Wolfowitz fut le neuvième président de la Banque mondiale. Auparavant il a été homme d’affaires et a mené une carrière de banquier. Puis a été poussé à la démission pour népotisme en 2007.

..

A la Banque Mondiale, l’idéologie néo-libérale est hégémonique, c’est donc dans le cadre de cette politique qu’elle entend exercer ce qu’elle nomme une “bonne gouvernance”. La “bonne gouvernance”, pour la Banque mondiale est aussi synonyme de bonne gestion du développement” (World Bank, 1992). Marie Claude Smouts la qualifie “d’outil idéologique pour une politique de l’Etat minimum” (1998). Cependant, si cette politique se limite aux fonctions régaliennes, cela ne signifie pas un État faible. Il s’agit en réalité d’un “État gendarme” visant théoriquement à faire respecter les règles d’un marché concurrentiel et les libertés individuelles.

.

Les institutions de Breton Woods exercent un pouvoir politique et culturel. Le rôle financier et économique n’est que la partie émergée de l’iceberg. La partie immergée relève donc de la foi, de la croyance, de la doctrine, du leadership intellectuel. Comme le dirait Pierre Bourdieu, la Banque est puissante parce qu’elle est capable d’échanger constamment du capital économique contre du capital symbolique et vice versa.

..

Susan George décrit la Banque comme « la main invisible du “programme” planétaire mis en oeuvre par le capitalisme libéral. Dans son livre Crédits Sans Frontières, elle attribue donc au Fond monétaire international et à la Banque des attributs et un fonctionnement quasi religieux. La doctrine remplace alors l’argumentation, malgré le discours qui se veut scientifique c’est bien d’idéologie qu’il s’agit.

Un autre instrument de l’hégémonie idéologique des néo-libéraux est leur aptitude à la récupération et à la manipulation conceptuelle, qui est relativement proche de la novlangue. La Banque utilise “des mots solennels et des formules magiques pour transformer la réalité (George,1994 : 207). Face aux défenseurs de l’environnement qui risquaient de mettre un terme à la philosophie de la croissance illimitée, la Banque a utilisé la notion de développement durable en décrétant “la croissance durable”. Celle-ci n’était dès lors plus menaçante, l’idée de durabilité neutralisant le danger de destruction. “Le mouvement de défense de l’environnement qui craint pour son avenir s’est vu ainsi privé de ses armes conceptuelles”(George, 94 :208).

..

Derrière la politique de “bonne gouvernance”, la Banque Mondiale cherche aussi à contraindre les pays à bas salaires à mener une bonne gestion, c’est-à-dire à appliquer les plans d’ajustements structurels (privatisations, restrictions des budgets sociaux…), basés sur une politique économique néo-libérale. Ainsi, du fait du principe de conditionnalité auquel sont soumis les États pour recevoir des prêts de la Banque Mondiale, ceux-ci perdent la souveraineté sur leur politique nationale (George, 1994 : 184). Cette entorse à la souveraineté du peuple est “camouflée par les qualificatifs “d’empowerement” (la participation) et de “consensus” avec la société civile (Hidouci, 2003 : 6).

..

La corruption limite la démocratisation des États. Pourtant, les institutions financières internationales (IFI) agissent peu contre la corruption des dirigeants (lorsque les prêts qu’elles octroient sont détournés) (Gueye 2003 : 38). La Banque Mondiale ne remet pas ou peu en cause sa politique économique néo-libérale, si ce n’est dans le discours. Elle se contente par exemple de rajouter à la marge quelques “filets de sécurité” pour les plus démunis. Ainsi a-t-elle développé une approche plus politique, la “bonne gouvernance”.

..

Les directeurs de la Banque Mondiale ont quant à eux aussi interrompu les prêts à différents pays lorsqu’ils se heurtaient aux intérêts des Etats Unis (même si officiellement c’était pour d’autres motifs) précise Eric Toussaint. Dans le même ordre d’idée, la Banque Mondiale a systématiquement tenté de mettre en échec les régimes considérés comme des menaces pour les intérêts américains. Ce fut le cas contre le gouvernement du Guatemala de Jacobo Arbenz en 1954. A l’inverse La Banque Mondiale soutiendra ensuite la junte militaire qui renversera Jacobo Arbenz (Toussaint, Millet, 2007). Parmi d’autres exemples les plus connus en Afrique, citons la dictature de Mobutu au Zaire, celle de Idi Amin Dada en Ouganda, d’Habyarimana au Rwanda à partir de 1973, d’Idris Déby au Tchad (Toussaint, 2006). »

…..

Cet article très synthétique et très objectif fait transparaitre le rôle très nocif sur le monde du système monétaire international ! Il n’y a pas d’équivoque possible…

-

..

…………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

..

Enfin – nous pouvons faire advenir les conclusions. La situation actuelle ? A force de diaboliser la dette, la dette eh bien ! (culpabilisation ou pas) beaucoup de « clients » se sont mis à rembourser, rembourser. Actuellement la situation est…une masse monétaire trop rétractée. Et ce sont les seuls banquiers qui se sont fait des croche-pieds eux-mêmes. Ils ne survivent que par le crédit (donc l’argent-dette) et ils ont trop rabaissé la situation des endettés, si honnis, que la fringale de crédits en a pris un sacré coup. Ici un très simple témoignage… «J’ai vécu quelques années une situation difficile puisque j’avais « reconnu » les dettes de ma femme. Dettes importantes. Et les agios de pleuvoir avec quelques « convocations » pour m’apprendre ce que ce n’est pas beau d’être endetté. Or, pendant ces charabias, si à côté de la plaque, j’avais appris à vraiment « gérer » impeccablement (pas le lieu ici de donner les recettes qui marchent) et m’en suis sorti bien plus vite que …prévu. Changement d’attitude, alors, et dès le dernier « entretien » : j’ai juste dit que plus jamais je ne ferai d’emprunt – vérifié à ce jour…eh bien ! ils me font plutôt .la gueule. Mais, pourtant, je suis clean, bon citoyen, plus de dettes, d’agios vraiment usuraires, tout va bien non ? Pas du tout – objectivement, le « bon » client est le client qui a des dettes. Aussi, l’idée qu’ils « n’aiment » (derrière les apparences) que les endettés s’est insinuée en moi. Depuis, je vérifie sans cesse la véracité de cette observation ! ».

Au sujet des 2 vidéos longues mais très complètes (chacune abordant le même thème mais d’un angle différent) ? « Oui elles permettent de lire existentiellement tout ce qui parait, autrement, si…abstrait. C’est comme de pouvoir voir à travers leurs…opacités (autre débat !). Comme de voir toute la cinétique des dispositifs. Comment ils entrent si complètement dans nos vies...Si vous avez le don de « revivre » les scènes vécues, vous sentirez bien ceci. J’arrive à la banque pour un crédit. Avant je pensais que « les dépôts font les crédits » (…vieille version universitaire), mais, là, l’habitude que j’ai des choses du papier m’a fait pressentir tout ce qu’il y a d’analysé depuis dans les 2 vidéos que vous m’avez fait voir. Je vais donc faire comme vous le vouliez, écrire ensemble la suite du texte. »

Bien, nous sommes avec notre ami témoignant dans la banque. Mais d’où vient l’argent du crédit juste obtenu ? Nulle part, ni dans les caves de la banque, ni dans des caisses équivalent-or, etc. - c’est par la création à partir de rien que le crédit est créé. Seules les banques commerciales ont cette permission exorbitante de droit public puisqu’elle est…régalienne…celle de « créer » de la monnaie. Cela se produit ainsi sur sa comptabilité : la plume inscrit à l’actif de la banque (passif pour nos dépôts) la somme prêtée et votre compte lui, qui affichait, avant votre signature (reconnaissance de dette) sur le crédit, un 0 (zéro)… affiche, à la seconde de la signature, la somme du prêt. Nul n’a apporté des liasses de billets. Rien, rien de matériel. Une ligne à juste été écrite…« Votre » crédit vient de faire gagner beaucoup d’argent à la banque. C’est vous qui lui rendez…trop de services. Ce crédit ne lui a coûté aucun travail, aucune production concrète, aucune participation au circuit collectif des échanges, aucun impôt – mais va lui rapporter tant et tant (…qui ne demande jamais de crédit est vraiment si désagréable, mais le « double langage » oblige à lui sourire et à faire la gueule…à la poule aux œufs d’or qu’est l’endetté !). Puisque cet argent-crédit a été « créé » ex nihilo, soit de rien (vous étiez là aussi, vous ne pouvez dire le contraire !). En effet, il n’y avait rien et le chiffre apparait sur le compte. Fiat monnaie ! Qu’il y ait plusieurs noms n’y change rien : création monétaire par le bilan comptable (juste les 2 colonnes comptables et la double écriture), par le crédit (… transformé en dette par la comptabilité et la reconnaisance de…dette qui est, alors, signée) par la dette ou par le chiffre. La banque est, alors, l’organisation qui gère la comptabilité des comptes ! Nous allons voir l’importance de cette appropriation.

..

Il n’empêche que l’anomalie explose et dans toutes les appellations : un capital qui n’a rien coûté ne doit pas …se prolonger par…des intérêts ! Intérêts sur quoi (il n’y aucun coût, aucun sacrifice, aucun fardeau à trainer par la banque !). Il n’y a rien qui exige des intérêts (juste le coût très restreint des services) à rembourser un capital qui n’a rien coûté, lui non plus. Déjà largement suffisant de rembourser ce capital…qui n’a rien coûté (…sinon la « croyance religieuse » que la « dette » existe). C’est que la cupidité se profile, alors, comme un vice…un monstrueux vice de…forme. A trop exagérer l’on perd tout. Puisque d’où vient ce…COMPORTEMENT ? Sinon du pouvoir régalien que seul le roi peut se permettre ? Le souverain qui crée les souverains monétaires. En réPublique c’est même le peuple qui est dit seul souverain ! Comment fonctionnait ce genre de roi ? Voulant vivre luxueusement sans rien faire il lui fallait inventer un système qui lui permette de s’emparer des biens d’autrui. Ou de les faire travailler pour ses luxes sans qu’il n’en coûte rien. Avec doigté. Il se mettait en…déficit…en déficit définitif, par de l’argent créé ex nihilo. Injecté ainsi dans l’économie de son pays. Mais pas du tout dans le but d’endetter mais bien d’acheter par cette monnaie illimitée (la création monétaire actuelle est limitée à 9 fois les avoirs des banques commerciales…). C’est donc parce qu’il est roi qu’il peut user de son droit…régalien. Les banques, dans un putsch d’une imposture totale, se comportent comme des rois qui ne paient pas d’impôts (mais vivent sur les impôts des autres), etc. Ce n’est pas leur place, ce n’est pas leur fonction. Tout ceci ne repose que sur des « croyances » distillées par les médias qui leur appartiennent…sans vraiment leur appartenir. L’information étant un « bien commun » donc non privatisable !

..

Il est très facile de comprendre que tout ceci ne peut être légal. Ni par rapport à la Constitution, ni par le fonctionnement réel de la réPublique, ces comportements ne sont légaux. Les achats des banques commerciales se font, aussi, par de la création monétaire …comptabilisée. Oui les dépenses bancaires créent la monnaie en payant avec des chiffres qui ne coûtent rien à produire. Ce qui prouve les richesses exponentielles puisque elles s’ajoutent aux intérêts exponentiels lorsque chaque année s’ajoutent les années précédentes. Qui font donc plus que doublons. Qui sont utilisées tant de fois que l’anomalie grossit à chaque fois…Ces déraisons flagrantes, cet irrationnel qui veut se faire croire rationnel et raisonnable se crédibilse ainsi : la monnaie doit devenir sans dette. La légalité des intérêts n’est qu’idéologique : une croyance, et absolument pas des faits puisque non démontrables et juridiquement non opposables. Le retour aux normes et aux vraies valeurs sociales se fait ainsi : mettre fin à cette comptabilité sans nous. Nous pouvons utiliser directement les chiffres nous-mêmes. Ne pas payer les comptabilités contraintes du système aboutirait à de colossales économies. Au point de pouvoir produire autant de richesses en travaillant 2 fois moins. La comptabilité MUTUELLE a existé tant de milliers d’années avant le capitalisme. Et « sa » comptabilité regorge de tant de manipulations non rationnelles (…genre donner à tel chiffre une appellation négative à tel autre une coloration positive) qui ont corrompu l’usage actuel de la comptabilité DISSYMÉTRIQUE et non indépendante. Très facile, de la sorte, de revenir à la comptabilité de débit et crédit mutuels. Y ajouter même toutes la pléthore des expériences actuelles des monnaies, comme le dividende universel, etc. Toute monnaie doit redevenir symétrique et sans paiement d’intérêts.

Alors où en sommes-nous ?…Le simple refus d’utiliser « leur » crédit va les effondrer et sans danger pour les citoyens. Le « crédit public » peut remplacer facilement et sans dette, les pratiques usuraires. La comptabilité mutuelle peut remplacer encore plus facilement un système « où nous sommes contraints d’acheter des chiffres, oui d’acheter pour leur trop complexe comptabilité si peu fiable ». « Leur » crédit est si dissymétrique (tout pour eux et sans rien faire et rien pour nous et en faisant tout) que, dès l’extension des prises de consciences, plus personne ne peut en vouloir. Oui les arts sont tous martiaux et ce sont eux qui ont creusé l’entier précipice où ils chutent. La cupidité (greedy) est un grave défaut qui, à un moment ou un autre, dessert énormément qui s’y adonne…Nos corps n’ont fait que méditer, souffrir de leurs injustices et avoir la peau…très réactive. Cela a suffi pour les conduire à la faute. Ce n’est pas un complot de notre part (le dérisoire concept de complotisme doit être utilisé dans tous les sens ! oui ou non ?) mais juste le rappel que la loi est contre les « ententes illicites » (le regroupement d’un cartel pour des ententes que la loi dit «illicites » puisque nuisant énormément à l’intérêt général). Pas de complot mais un ensemble de mécanismes nocifs qui – lorsque la conscience collective les comprend - doivent être abandonnés à la seconde. Comme il n’y pas complot, nul parmi le crédit bancaire ne va, évidemment, aller contre l’évolution de la société en ce qui concerne la création monétaire par les banques commerciales. Contre le Progrès. La monnaie n’est pas un commerce – elle doit être rationnellement encadrée par des citoyens…désintéressés. Et eux seuls. De résister à cette idée rationnelle avouerait l’existence précédente d’un complot. Mais comme il n’y en a pas, le système monétaire

……….acceptera DONC, très volontiers, l’évolution commune !

..

..

…........……………………%%%%%%%%%%%%%%%%

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

..

..

Canal-éducatif.fr/vidéos/Sandel parle de justice sous-titré en francais

..

Justice en son vrai nom

..

Ce que l'argent ne peut acheter

..

Ce que l’argent ne saurait acheter ? Presque tout l’essentiel ?

..

Comment la cupidité s'acharne à perdre ?

..

Comment oui la cupidité est en train de perdre ?...La cupidité ne peut que se manger elle-même : puisque nul n’a le désir de suivre une frénésie si peu agréable !

L'origine-de-la-cupidité-est- sa solution_il y a une vidéo

....

La cupidité aura – dialectiquement - été le …début des solutions !

..

..

…………………………************************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

« J'ai toujours remarqué que les grands chagrins étaient le fruit de notre cupidité effrénée. » (Voltaire - L'Ingénu (1767). Cupide au point d’avaler, par mégarde, toute la détresse du monde ?..

« J'ai toujours remarqué que les grands chagrins étaient le fruit de notre cupidité effrénée. » (Voltaire - L'Ingénu (1767). Cupide au point d’avaler, par mégarde, toute la détresse du monde ?..

ce qu'il y d'insupportable c'est l'indifférence ahumaine aux autres !

ce qu'il y d'insupportable c'est l'indifférence ahumaine aux autres !

 « Il n'est point de crédulité plus ardente et plus aveugle que celle née de la cupidité, qui, par ses dimensions universelles, donne la mesure de la détresse morale et de l’indignce morale de qui s’y adonne (Joseph Conrad - Nostromo (1904). » C’est lui (le cupide) un des très grands perdants !

« Il n'est point de crédulité plus ardente et plus aveugle que celle née de la cupidité, qui, par ses dimensions universelles, donne la mesure de la détresse morale et de l’indignce morale de qui s’y adonne (Joseph Conrad - Nostromo (1904). » C’est lui (le cupide) un des très grands perdants !

Seule la cupidité détruit l’économie – économie qui, jusqu’à preuve du contraire, veut dire…économies, économiser, ne pas gaspiller ni piller, épargner toutes les vies, entrer dans les sobriétés heureuses…

Seule la cupidité détruit l’économie – économie qui, jusqu’à preuve du contraire, veut dire…économies, économiser, ne pas gaspiller ni piller, épargner toutes les vies, entrer dans les sobriétés heureuses…

1ère vidéo analysée...

Seconde vidéo analysée

Y a-t-il des choses que l’argent ne peut pas acheter ? L’intéressant est que la réponse est…oui. L’argent « peut » acheter tellement moins que l’on croit !

La Justice ne s’applique pas directement ce sont les… limites morales du marché qui rendent justice…Limites morales qui semblent tellement étroites (l’immoralité consciente domine) que cette rétractation va comme avaler l’existence du marché. Un jeu où il y n’y a qu’une dissymétrie à 100 % perd tous ses joueurs ! La dérégulation finacière avoue une telle immoralité que nul ne veut plus y participer. L’effet d’inertie, sauf pour des êtres sensibles, n’est pas encore ressenti par les auto-centrés (ces graves handicapés du social !) – mais clair que le système a perdu.

...et en français...

Le nerf de la paix semble devenir le plus fort : rien de plus solide que le solidaire !

...diversités de sources...

A réécoutez les paroles de ce sinistre personnage nous entendons juste qu’il est auto-enfermé dans un discours auto-référentiel qui ne peut produire un seul fait concret. Non aucun, ce créateur de l’économie néolibérale est, fort heureusement, en train de perdre complètement. Le greed (la cupidité) ne mène plus le monde ! Désormais, chaque mot qu’il dit abolit…encore plus vite cette indéfendable cupidité-stupidité (…cupid-stupid) !

Les escrocs n'ont jamais été qui nous croyions !

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82
Répondre
É
le monde actuelle souffre d'une over dose de cupidité; l'égocentrisme règne les relations humaines
Répondre