La réforme et le fond ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

La réforme et le fond ?

La forme est falsifiée afin de laisser au maximum le fond dans le flou. C’est le désastre com’ et la nouvelle imposture renforcée des…éléments de langage. Comment arriver vite au cœur du nouvel imbroglio ? Sur les sujets majeurs le fond se voit effacé lorsqu’il veut re-Fonder dans les formes mêmes (ici le changement des institutions à inscrire dans la Constitution). Et les formes veulent donc désinformer, déformer, réformer toute autre opinion ou raisonnement de…fond. Le contenu est caché dans un vacarme le plus irrespectueux possible. Comment le découvrir d’un seul trait ?

>>> *** 6 éléments de langage de La République en Marche sur l'affaire Benalla ? (c’est sur la vidéo). Soit après le matraquage des manifestants le matraquage de tout le monde avec des martèlements de simplismes. Limiter les vastes raisonnements à quelques répétitions vraiment…assommantes ! Soit un exercice de fausse pédagogie qui amoindrit qui se voit soumis de l’endurer…comme il est dit, ils répètent 6 mêmes phrases afin que l’accusé (ce gouvernement si minoritaire…dans les faits) en devienne l’accusateur. Macron ne représente “vraiment », et il le sait, que les 8,6 millions d’électeurs (sur 47,6 millions d’inscrits) qui ont porté leurs voix sur lui au 1er tour de la présidentielle. S’il peut être frustré que 39 millions de français aient « oublié » de voter pour lui en avril 2017…ces 84 %...semblent vraiment plus frustrés et remontés que lui lorsque ce 16 % se comporte comme très majoritaire. C’est la que le langage le dessert le plus. Et sert les grandes majorités à condition qu’elles apprennent bien plus sérieusement l’usage loyal des mots.

…………………...***************************************************

Bon, reprenons, puisque ce sont les mésusages des éléments de langage qui font plus que révulser. Wikipedia dit : « Un élément de langage, souvent utilisé au pluriel, est un message ou une formule préétablis utilisés dans le domaine de la communication politique, de la vente et de la communication commerciale ou publicitaire. Il s'agit donc d'une forme de communication qui se caractérise par le fait qu'elle est coordonnée a priori afin de demeurer à peu près invariable quels que soient les intervenants amenés à la porter dans les médias.  Ces mots ou ces expressions soigneusement choisis sont notamment produits par chacun des membres d'un même mouvement politique lorsqu'il vient à s'exprimer sur un sujet donné, généralement polémique. Souvent élaborés par ou avec l'aide de conseillers en communication, les éléments de langage présentent l'avantage d'assurer une cohérence [[ sauf que dans certaines situations cette fausse cohérence est ressentie comme une « entente inobjective » qui éparpille cette dite cohérence dans les pertes accélérées de confiances ]] entre les différents discours qui émanent d'un même mouvement, au-delà de son porte-parole officiel. En outre, ils permettent une répétition qui augmente [[ ou diminue très vite ]] l'efficacité des arguments soutenus par effet de simple exposition. Ils peuvent en revanche être repérés comme des constructions purement calculatrices ou sembler participer d'une forme de langue de bois lénifiante. »…Bon, en conclusion c’est comment mentir mieux ensemble plutôt que de mentir très dispersé et en s’entrechoquant accidentellement. Le fond devient que seuls des sortes de voyous mentaux peuvent aimer s’adonner, immoralement, à de telles tromperies ! Qui rabaissent tellement la politique…Approfondissons en ajoutant des facettes à la définition générale…

Journalisme-et-sciences-po.

« Quand il y a deux scenarii possibles, il y a deux fiches, la fiche échec et la fiche réussite", déclare le publicitaire Jacques Séguéla sur le site Atlantico. Les «éléments de langage» (ou EDL), préparés à l’avance par les communicants [[ c’est là le problème !]] d’un homme politique, sont supposés servir «soit de répartie, soit de point d’ancrage dans un débat», selon l’ancien stratège de François Mitterrand et de Lionel Jospin.  Il arrive que ces petites phrases partagées par tous abondent dans la communication gouvernementale, à tel point que les commentateurs parlent d’«orchestre» et de «perroquets». Les mots ont eu de l’importance. Ils ont orienté le traitement médiatique des débats [[ qui est donc tout le contraire d’un…débat politique mais bien son simulacre pour…l’image]]. A tel point que, pour tel journal, il est possible de résumer la campagne dans un lexique. Mais alors il ne faudrait plus oublier que «les petites phrases ne marchent que lorsqu’elles sont au service d’un vrai message». Si même un publicitaire admet que la communication ne fait pas tout... ». Elle semble bien plus tout désorganiser, foutre son chaos, semer à grande vitesse les doutes et la méfiance.

Politique-et-éléments-de-langage

- "Nous ne changerons pas de cap", "le rassemblement est en marche", "nous sommes le premier parti de France"... Voici quelques phrases que vous avez peut-être entendues dans la bouche de nos responsables publics au cours des dernières semaines. Aujourd'hui, c'est peu dire que les EDL ne sont pas en odeur de sainteté dans le débat public [[ c’est en effet une forme de privatisation du débat public, une «claque» théâtrale fortement illégale ]]. Le fond récurrent est le rejet de ce concentré insipide et indigeste du langage politique [[ fait pour dissimuler ]], coupable de figer la pensée, d'appauvrir le discours [[ en le caricaturant en simplismes ]] et de discréditer l'action publique. L'élément de langage semblait être devenu l'adversaire à éliminer, l'incarnation du mal absolu dans la communication politique moderne. Réquisitoire justifié ou procès facile?

[[Afin de balayer le plus large possible voyons l’ensemble de l’édifice avec l’œil qui regarde les tentatives pour rationaliser la communication et maîtriser son environnement – mais le dire n’est pas le faire, c’est de là que viennent touts les cafouillages, à notre avis : de vouloir stupidement « réduire » la politique à de la com’…comme stade suprême des tromperies !]]…aux petites phrases préfabriquées que les responsables politiques répètent en boucle sur les chaînes d'information en continu et les réseaux sociaux. La partie immergée non vue des EDL, ce sont les argumentaires. Paul Bacot, politologue et directeur de la revue Mots: les langages du politique, rappelle à juste titre que, contrairement à la petite phrase, "l'argumentaire est une liste de raisonnements, de logiques de légitimation ou de délégitimation, de réponses à des arguments contraires". Autrement dit, il s'agit d'une démonstration articulée et étayée qui vise à soutenir une action politique ou à décrédibiliser le projet d'un adversaire. Les EDL ne se résument donc pas à quelques formules choc qui font régulièrement le bonheur du Petit Journal.

[[ déjà à les sources des corruptions sont identifiées l’argent qui s’emmêle et se mêle de politique au point que toutes les élections en perdent leur…légitimité (la légalité sonne alors comme une absurde hypocrisie). Les médias (qui comme la grande distribution et avec la même connerie grandiose) imposent leurs « formats de fainéantise» à la politique. Et les politiciens qui ne rejettent pas le contreproductif marketing politique. Une preuve ? Cette phrase banale d’un média boursier « Une systématisation des EDL aura été imposée par la nouvelle société de l'information. ». Donc, au départ les EDL ce sont les médias…falsifiés !]].

…………………….....*******************************************

« Tel Orphée, dont la voix au pouvoir enchanteur fut brisée par la fureur des Ménades, l'homme politique contemporain a perdu l'éclat de sa parole. Étonnant constat, à l'heure où la démultiplication des canaux d'information n'a jamais offert aux décideurs publics autant de moyens de se faire entendre. Pourtant, semblable à un disque rayé qui passerait en fond et auquel on ne prêterait plus attention, le langage politique est usé, vieilli, fatigué [[ surtout lorsqu’il n’y a jamais rien de neuf dans le programme « pensée unique », il faut donc « maquiller », comme les voleurs, ce vide !]]. Depuis quelques temps, la parole publique a d'ailleurs mauvaise presse: "Mots creux", "langage technocratique", "parole politique démonétisée"..."Les électeurs ne nous entendent plus. Notre parole est devenue pour eux une langue morte". En panne d'inspiration, l'homme public ne parvient plus à trouver les mots justes lorsqu'il s'adresse à ses concitoyens. Généralement, le coupable est tout désigné: les fameux éléments de langage, qui seraient l'incarnation paroxystique de ce vocabulaire mono-colore, aride et désincarné. Les mots sont-ils devenus les ennemis de la vie politique qui ment? »…Ce qui est dit là en devient encore pire

« Le porte-parole de la République en Marche, Gabriel Attal, estime que "les oppositions se sont abîmées" dans la "séquence" Benalla, et que "l'instrumentalisation" de l'affaire leur "coûtera en terme d'image", dans une interview du 28 Juillet. Or ces phrases sont littéralement monstrueuses ; la désincarnation, la perte d’humanité, la dépersonnalisation, la désensibilisation complète (ce que nous disons, nous, insensible = insensé), etc. nous laisse la très perturbante sensation d’entendre parler un robot de métal, un tueur glacial, en tout cas plus du tout un humain. Comme s’il parlait d’autre chose, si absent à lui-même et aux autres…un insupportable mécanisme détimbré… Reprenons (nous mettons le lien pour qui serait intéressé à vérifier mais ces quelques mots suffisent – ils n’ont la vraie maîtrise de rien ! Sinon des apparences…). D’abord « séquence » (comme dans un film plastifié, sans sensitivité humaine, que l’on coupe au montage, le réarrange, redispose, oui traficote, lui fait quitter toute logique objective et partagée mais ne fait plus que faire correspondre « cette séquence » à ses lubies et narcissismes plus qu’inobjectifs. Oui ? Ensuite des souffrances atroces, des besoins cruciaux, des catastrophes créées par des décideurs imprévoyants, des cruautés sociales de ces trop riches qui nuisent tant aux pauvres, etc. tout ceci fourgué dans l’unique « séquence ». Avec une mise à distance d’irresponsabilités et d’inconsciences immatures insupportables. Comme un surplomb insensible qui regarde les humains avec qui il/elle « joue ». Bref le mot séquence ne peut être utilisé ni dans les débats, ni dans la législation ni dans la vraie politique. Tant de barbarie indifférente fait froid dans le dos. Fort heureusement que « la diction du dictionnaire » répare les dégâts de ces…inadaptés. Séquences doit se mirer dans Con-séquence : le dicteur barbare du mot séquence doit d’abord RÉPONDRE au mot con-séquence. Les conséquences de ces « séquences » d’inhumains : la glaciation (même pas mal…oui aux autres – dit le monstre glacé !) de tout, la mise à distance des…résultats de ses propres actes ne doit plus être possible. Plus d’emballage sous plastique, comme si nous étions dans une morgue (la morgue que crée trop de morgue !) - pas là où il y a des sentiments, des émotions et des pensées. Plus d’éloignement des sensibilités : tel acte, la sensibilité du déclencheur, causateur doit rester ouverte et accepter les conséquences de ses actes [[ toutes séquences prohibées telles des drogues durs !]]…surtout ne pas la détacher en séquences inhumaines. Le pas de couilles n’est plus dans la course c’est le PAS DE CŒUR qui prédomine. L’incapacité qui empêche d’être en contact avec tous les publics (la politique doit s’occuper de public, des publics, de la réPublique, pas des privés à part)…

15-tonnes-de-mousse-avec-150-grammes-de-savon-

Pire est de raccrocher ces séquences avec des «images». La trahison est totale. Plus de politique sincère et adulte. Mais des images trompeuses où tout n’est calculé que pour les trompes l’œil (d’où les pièges où tombent ces regards monstrueux ; le fake en l’occurrence). Oui, un concept qui peut s’étendre à tout, il n’y pas que des fake news mais aussi des fake politique, des politiciens falsifiés qui trompent de a à z sur la vérité de leur politique et donc ses conséquences. Ce machiavélisme raté…(Machiavel était l’ennemi doué des pouvoirs surtout abusifs, carrément un mec bien c’est ce qui se disait dans les tavernes de l’époque - et ce qu’il dit les prend toujours au piège…pas les autres de l’honnêteté). Et ? De voir L’ACTION ex-politique telle une scabreuse manipulation des angles des images, des falsifications du « sens » de ces images, du faux look crétin puisque look veut dire « regard » et nul ne peut s’auto-looker. Il s’agit donc du regard…des autres, alors. Bref, pas de quoi chier 3 pendules, c’est archi connu depuis le début des…villes. Non il n’est ADMISSIBLE que la politique se « réduise » à de graves méfaits – voir tout en séquence inhumaine où l’ex-humain qui cause les problèmes s’éloigne de toute humanité « partagée », rit cyniquement des souffrances des autres, s »’amuse (incapable de devenir adulte responsable) des faux pas dans ses minables pièges des esprits honnêtes et des regards droits, bref, étale partout sa perversité et sa corruption morale et affective (ce qui n’est plus de la politique). Ces tueurs robots de vie en société ne doivent plus faire de politique…le en terme d’image met un terme définitif à leur image. Ainsi les éléments de langage et la MONSTRUOSITÉ dénudée de leur fonctionnement nous fait percevoir ce LREM un peu comme les personnages les plus pernicieux qu’il soit possible de concevoir actuellement. Devant eux/elles nous nous sentons révulsés jusqu’au dernier degré…ils ont quitté l’Humanité partagée , la Justice (leur mauvaise foi est si vénéneuse que devant tout problème urgent ils le laissent pourrir dans l’attentisme scandaleux afin d’attraper, déloyalement, un brin de formalité pour dire 1 semaine après que le contradicteur n’aurait pas respecté cette infime procédure que la situation de 8 jours avant ne nécessitait pas (oui, nous avons observé ces comportement si sordides dans la commission d’enquête de la part des fake députés LREM) – alors que tous ces  personnages, eux, ne semblent respecter aucune règle ni les petites ni les grandes. Juste leurs apparences en terme…d’image (irrecevable image devant un tribunal, en science, comme en vraie…politique). En 3 minuscules mots le masque est tombé et derrière c’est…monstrueux. La réforme touche le fond. Ils sont indignes de réformer quoi que ce soit puisque qu’ils/elles ne respectent aucun fond, fondement, fondation (qui se prouve argumentairement avant tout et ne se découpe pas en séquence manipulable visuellement)…bénie affaire donc puisqu’elle aura tant et si bien levé le voile sur ces personnages en cours de zombification, de robotisation, de déviances par l’image (ce que nous appelons image reste différent de la doxa habituelle – d’où où le titre « imagiter » de ce blog. Pour nous dire image c’est parler d’une déchéance morale, intellectuelle, existentielle et affective…pas du résultat d’un appareil photo qui n’y est pour rien !]] !

Légale-et-adminstrative     Direction de l’information légale et administrative

Pourquoi il y a une différence et laquelle ? Légal n’est pas administratif ?

Dans son remarquable essai La Cérémonie Cannibale: De la performance politique, Christian Salmon décrypte ce phénomène: "Sur le grand marché des réseaux sociaux et des médias en continu, d'innombrables récits entrent en lice, s'échangent et se combattent. L'inflation d'histoires ruine la crédibilité du narrateur". Si on n'écoute plus la parole politique aujourd'hui, ce n'est donc pas parce qu'on ne l'entend plus mais parce qu'on l'entend trop. Dans ce contexte, comment réhabiliter le langage de la vraie politique?

Christian-Salmon-l'homme-d'état-se-présente-comme-un-objet-de-consommation

…………………………..**********************************

Enfin, le très important (le pourquoi de ce scandale que le cynisme antisocial semblait remaitriser mais que la vraie dialectique va faire exploser) – c’est l’attaque contre le législatif (suite aux graves atteintes pour la séparation des pouvoirs contre la Justice beaucoup moins indépendante depuis Valls). Oui c’est cette irresponsable attaque contre le législatif et que l’exécutif récupère les 3 pouvoirs Soit fasse un vrai putsch de factieux contre la réPublique  – qui est derrière…En intro… « Quid de la réforme institutionnelle? "Il faut reprendre tout cela sur des bases nouvelles. Nous avons besoin de réfléchir plus profondément à l’équilibre des pouvoirs, à la représentativité des assemblées parlementaires, à la garantie apportée aux libertés publiques ou encore à l’organisation des débats en temps de démocratie médiatique", vient dicter François Bayrou (qui trop synchro vient d’énoncer la nouvelle règle du « moins d’exécutif » – et voilà l’affaire aura pris le Sac). La situation à laquelle nous avons échappée belle (glisser ce putsch fin Juillet dans l’endormissement vacancier est-ce digne d’une bonne politique qui veut marquer les décennies à venir ?)

« En tout en France, il n’y aurait plus que 6 députés communistes, 7 députés France insoumise, 19 députés socialistes, 2 députés UDI et 4 députés FN. C’est le résultat d’une simulation reprenant les résultats des élections législatives des 11 et 18 juin 2017 en appliquant la réforme des institutions voulue par le Président Emmanuel Macron et actuellement en examen. Un bon moyen de laminer les groupes politiques d’opposition et surtout, leur diversité sur l’échiquier politique. C’est d’ailleurs le seul but de cette réforme des institutions : affaiblir le Parlement et modifier le mode de scrutin pour détruire les oppositions. C’est sans précédent dans l’histoire constitutionnelle de la Ve République.

J’ai appris l’existence de ce mystérieux rapport parlementaire sur le scrutin proportionnel le mercredi 11 juillet 2018 par une déclaration du président du groupe LR à l’Assemblée Nationale Christian Jacob invité de "Politique Matin" sur LCP. Il a expliqué en effet que son collègue LR Olivier Marleix avait été chargé de faire des projections pour savoir quelle serait la composition de l’Assemblée Nationale élue les 11 et 18 juin 2017 si la réforme des institutions présentée par le gouvernement actuel avaient été appliquée. Olivier Marleix se serait fait aider du mathématicien Cédric Villani, député LREM de l’Essonne, pour la partie technique.

Les-dessous-de-la-réforme-des-institutions

 

J’ai donc recherché ce rapport dans la base documentaire très fournie de l’Assemblée Nationale, mais je ne l’ai pas trouvé [[ voir aussi des éléments de nos recherches en iconographie ]]. J’ai compris pourquoi par la suite. Christian Jacob a expliqué que ce rapport avait été censuré par la commission des lois de l’Assemblée Nationale [[ la même que pour la commission d’enquête actuelle !]] parce que ses conclusions n’étaient pas conformes à ce qu’attendait la majorité : en effet, loin de renforcer la représentativité des petites formations, le projet d’instiller la proportionnelle au niveau national a au contraire réduit la présence des petits partis dans l’hémicycle. On comprend donc pourquoi ce rapport tarde à être publié. On pouvait en savoir un peu plus sur ce mystérieux rapport lors de la discussion du projet de loi constitutionnelle au cours de la séance publique du 18 juillet 2018. Deux députés, un de la majorité, Christophe Euzet (LREM), maître de conférences en droit public à Perpignan, un de l’opposition, Olivier Marleix (LR), nommés rapporteurs, ont été chargés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale d’une "mission flash" en février 2018 pour faire des projections électorales sur le mode de scrutin, en s’aidant du concours de leur collègue Cédric Villani. Leurs travaux n’ont toujours pas été présentés. Ils auraient dû l’être en avril 2018 mais à chaque demande de date d’Olivier Marleix, il a été répondu de manière très vague.


Finalement, le 18 juillet 2018, la présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet (LREM), qui est également une des rapporteurs du projet de loi constitutionnelle, a annoncé que la présentation de ces travaux à la commission des lois aurait lieu le 12 septembre 2018 et a donné une première raison pour leur non publication : « Si ce rapport n’a pas été publié, c’est parce qu’il n’a pas encore été rédigé. Il n’existe pas. J’aurais donc bien du mal à le publier. ». Et d’affirmer : « Le bureau de la commission des lois, réuni aujourd’hui [18 juillet 2018] à 14 heures 30, a entériné cet ordre du jour pour la reprise de nos travaux en septembre. Une fois rédigé, ce rapport sera donc présenté à la commission le 12 septembre, laquelle autorisera ou non, je ne puis en juger à ce stade, puisque la réunion n’a pas encore eu lieu, sa publication. ». Philippe Gosselin a répondu à Yaël Braun-Pivet : « La mission a été lancée par la commission au mois de février, et ses conclusions étaient attendues pour avril. Depuis le mois d’avril, en réunion de bureau comme au sein de la commission, notre collègue Olivier Marleix a demandé avec insistance à quel moment il pouvait présenter ces conclusions [[ donc pour lui c’est…publié ?]]. De façon évasive, madame la présidente de la commission, vous avez toujours répondu que l’on verrait le moment venu, que vous n’aviez pas votre agenda sur vous, et autres arguments du genre. En réalité, tout a été fait pour que les conclusions de ce rapport ne soient pas révélées en plein jour, car elles dérangent. Oui, en effet, le scrutin proportionnel soulève de vraies difficultés. Olivier Marleix a même été obligé d’en faire état la semaine dernière, dans le cadre de la discussion générale, car vous refusiez de publier ce rapport et de le soumettre à notre examen. La publication est une chose, mais l’examen en commission en est une autre : on assiste de ce point de vue à des manœuvres dilatoires, et je ne puis vous laisser dire ce que vous avez dit. Vraiment, ce n’est pas très honnête. » [[inutile de commenter !]].


…………………     ******************************************************

Comme l’a dit Philippe Gosselin, il faut en effet revenir sur la déclaration de son collègue Olivier Marleix dans la discussion générale du 10 juillet 2018 pour avoir quelques idées du contenu du mystérieux rapport que la majorité a refusé de publier avant l’examen du projet de loi constitutionnelle. Voici ce qu’Olivier Marleix a dit dans l’hémicycle le 10 juillet 2018 : « Comme vous l’avez rappelé cet après-midi, monsieur le Premier Ministre, depuis 1958, toutes les révisions constitutionnelles qui ont touché à l’équilibre des pouvoirs entre l’exécutif et le Parlement l’ont toujours fait systématiquement dans un même sens : donner plus de pouvoir au Parlement. Votre texte est donc la première révision qui aille en sens inverse. C’est la première fois que l’on fait voter par une majorité soumise la réduction de ses droits et son propre affaiblissement. (…) Ainsi, pour m’en tenir à la seule affirmation selon laquelle le Parlement sera plus représentatif, c’est exactement l’inverse qui se produira. En réalité, monsieur le Premier Ministre, vous proposez deux mesures qui sont, techniquement, en parfaite contradiction : d’un côté, l’introduction d’une dose de 15% de proportionnelle, censée favoriser la représentation de la diversité et des petits partis et, de l’autre, une réduction de 30% du nombre de députés qui, si l’on tient compte de ceux qui seront élus à la proportionnelle, représente en réalité une réduction de 40% du nombre des circonscriptions, qui passera de 577 à 344, ce qui aura pour effet de doubler quasiment la taille de ces dernières, diluant ainsi et faisant disparaître les plus petites, les bastions électoraux qui permettent aujourd’hui aux petits groupes d’avoir des députés. ».


D’où : « Les conséquences de votre réforme sont donc de deux ordres. Ce sera d’abord un écrasement des minorités politiques et de la diversité. Les petites formations gagneront en réalité beaucoup moins avec les 15% de proportionnelle qu’elles ne perdront avec la réduction de 40% du nombre de circonscriptions. [Ensuite, la réforme] fait disparaître les circonscriptions les plus marquées électoralement dans un marais favorable aux majorités. » [[ manipulations plus incompréhensions de la « géométrisation » 2 4 16 32 et non 2 4 6 8 de certains phénomènes comparatif. Toute inégalité est un creux ET ce que nous perdons afin de combler ce creux – soit 2 désavantages qui se comptent par la géométrisation des effets !]].


Olivier Marleix a alors fourni publiquement les conclusions de sa mission flash : « Je vais vous donner des chiffres, issus d’une mission que m’avait confiée la présidente de la commission des lois et sur lesquels a du reste travaillé l’un de nos collègues de la majorité. Des simulations faites sur la base des résultats de 2017 donnent des résultats assez édifiants : avec les règles issues du paquet constitutionnel que vous nous présentez, il n’y aurait plus (…) que 6 députés communistes, 7 députés de la France insoumise, 19 pour le groupe de la Nouvelle gauche [socialistes], 2 pour l’UDI et 4 pour le FN. Ces chiffres seront évidemment communiqués le jour où, comme je l’espère, madame la présidente [de la commission des lois], ce rapport pourra être inscrit à l’ordre du jour de la commission des lois. On aura donc, monsieur le Premier Ministre, après votre réforme, une Assemblée Nationale moins représentative qu’auparavant. »


Les conséquences de ce résultat, c’est un affaiblissement énorme de l’opposition parlementaire : « La difficulté qui en résultera tient à l’exercice démocratique : même en abaissant à 10 députés le seuil permettant de former un groupe politique, trois des sept groupes qui forment actuellement notre Assemblée Nationale auraient vocation à disparaître et la possibilité concrète pour les députés, même avec un groupe de 10, de participer au débat parlementaire serait fortement remise en cause, car les députés n’ont pas le don d’ubiquité. (…) Par soucis de justice, je voudrais aussi rendre un vibrant hommage aux 130 députés de LREM et du MoDem, 130 au minium, toujours sur la base des résultats de 2017, qui acceptent de sortir d’ici comme ils y sont entrés : par la volonté d’Emmanuel Macron, sans qu’il soit tragiquement question de volonté du peuple ou de force des baïonnettes. Mes chers collègues, je ne connais pas les noms des personnes concernées, mais je vous donnerai les études faites par votre collègue du groupe LREM, ces chiffres sont à votre disposition. ».


Autre conséquence : « La deuxième conséquence de votre réforme est ce que le professeur Dominique Chagnollaud appelle la désertification démographique, c’est-à-dire la quasi-disparition des députés en milieu rural. Dans 21 départements, il n’y aura plus qu’un seul député et Paris et le Nord auront, à eux seuls, autant de députés que 21 départements français réunis. » Olivier Marleix a terminé son intervention du 10 juillet 2018 ainsi : « Moins de représentants du peuple, c’est mathématiquement moins de diversité, si l’on reste, comme nous, membres du groupe LR, attaché au scrutin majoritaire. Monsieur le Premier Ministre, éloigner les députés des électeurs n’a visiblement rien produit de bon jusqu’à présent. Cette fois, la conséquence sera encore d’affaiblir les représentants du peuple et de les mettre un peu plus dans les mains des partis et, au bout du compte, rendre un peu plus puissante cette technostructure immuable, souvent pléthorique et presque systématiquement irresponsable qui, en réalité, gouverne derrière les ministres qui passent. Cette Constitution Macron donne un triste parfum de la victoire de la technostructure contre les représentants du peuple. ».
Revenons maintenant à la discussion parlementaire du 18 juillet 2018 [[ensuite le long débat que nous ne reproduisons pas ici !...]].

 

De remarquer présentation du 10 juillet prémices de diffusion de la vidéo du 12 – qui semblent bien plus qu’une concomitance mais bien avoir des relations de causes à effets. Le plus de centralisme (résultats évidents de cette réforme sans fond…) n’est plus POSSIBLE…c’est l’aveu même de ce pouvoir culturel si caché dont nous vous parlons de notre mieux.

 

………………………Et qui, pour nous, est la pire des plaies de la France


 

……………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>> -   ANNEXE   -- <<<<<<<<<<<<

CONTRE LE POUVOIR CULTUREL SUICIDAIREMENT CENTRALISTE : « Plus lisse, le discours politique s'est aussi considérablement appauvri: parce qu'il doit coller au format court imposé par les nouveaux médias [[ ce sont eux qui « font » cette anti-politique mais ils refusent les responsabilités de la « faire ». L’opacité des médias n’est pas moindre que celle du monde politique. Ce sont plus les médias qui empêchent toute séparation des pouvoirs que la politique. La solution reste de refonder à 100 % la politique (plus de politiciens professionnels – au départ le 1/3 pour la transition, etc.). Oui les grands médias seront contraints de se plier aux lois de la démocratie et non l’inverse !]], il doit sans cesse être abrégé, ramassé, compacté [[ la pub culturelle (sic) doit l’emporter !]]. En quelques secondes pour être repris sur une chaîne d'information continue ou en 140 caractères pour exister sur Twitter. On privilégie les sigles (CICE aujourd'hui, TEPA hier), on martèle les messages (par un recours systématique à l'anaphore), on abuse des petites phrases (qui sont même récompensées par un prix de l'humour politique). Il n'y a ni le temps ni la place pour des paroles riches, nuancées et complexes.[[ faute à 100 % de cet aveugle pouvoir culturel…]]

Les EDL c’est un vénéneux raccourci qui vole les débats nécessaires à toute démocratie…ainsi que les démonstrations. Vous auriez remarqué les vidéos qui incrustent des phrases : c’est afin de résumer ce qui vient d’être démontré. Là plus rien n’est démontré c’est affirmé…ainsi nous parvenons à ces redites où le filigrane prend en charge un point de mauvaise foi sur le scandale de la police privée dans l’État (alors que les frais de résidences et de couverts sont couverts, utiliser ces moyens publics afin de se constituer un entourage ne signant aucune déclaration de non intérêt, et entrant donc en conflit d’intérêt avec toutes les séparations des pouvoirs – il reste un hiatus plus que béant !). L’incruste en 3 mots isolés (répétés en boucle par les godillots de parti ainsi déshonorés). Introduire, alors, le mot « instrumentalisation » (sans que rien dans l’argumentation ne le permette ni n’en dessine même le besoin !) et de finir par le doigt pointé (la faute est à…l’opposition). Ainsi, sans plus de preuves ni de raisonnements il peut être ficelé tous les simplismes, tous les dénis de justice, toutes les injustices…Et il n’y a là nulle « pédagogie » puisque nul n’y apprend rien mais on lui prend toute possibilité de répondre par l’usage du langage performatif (ce que dicte la dictature – ce que monologue le…sans réplique !)…Et ? Ceci ce sont les séquences des conséquences de l’illégal pouvoir culturel ! Non de la politique….

Et ceci …1) *** en rejetant systématiquement le problème que l’on a créé sur les autres, qui le subissent de plein fouet (Raison nihilistement corrompue comme le livre « Je ne parle plus à qui a raison » le démontre génialement) …2) *** en se démettant, désencordant (surtout les premiers de cordées, les grands traîtres antisociaux dans cette affaire !), se déresponsabilisant de tous les méfaits, torts et illégalités que l’on a commis ouvertement…de telle façon que les preuves semblent des montages grossiers et mal intentionnés fomentés par qui a su dévoiler nos exactions…3) *** enfin (et pas le moindre) effacer toutes traces, ne plus laisser passer une bien salubre remise en question que c’est l’usage de la malédiction (la mal diction qui « invente » la malédiction dont seule la juste diction juste peut nous en faire sortir (ce qui est l’ontologie du sort – on en sort c’est cela même))…et donc il s’agit d’expulser au plus vite la corruption trop contagieuse des EDL. Dont la preuve vient d’être faite grâce au scandale (et la méthode (soit étymologiquement « avec…chemin » !) qui permet d’en retirer absolument toutes les leçons !). Jamais la politique ne pourra être légalement et législativement exprimée avec ces procédés de haute tromperie (issus tous du Pouvoir culturel…et qui appartiennent bien aux usages de faux – ce qui fausse est un faux !). La diction dictionnaire se démontre infiniment salubre, protectrice de la civilisation contre se ennemis de l’intérieur !

 

Béni ce scandale ! Nous avons pu échapper – à temps, à mi-temps - à ces si dangereux pervers, d’autant plus dangereux qu’ils ne sont pas conscients de leurs perversions !

 

………..Désormais ils n’ont plus un  seul CONTENU qui tienne la route !

 

  

…..………(à suivre)

…          ……………..…………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste indignation nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitshttp://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est bien pire

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

« C’est précisément un des éléments du succès de l’hégémonie culturelle du néolibéralisme que de savoir rendre invisibles nombre de ses préceptes et injonctions. » Il se cache afin d’être plus dictatorial que ce que nous avons jamais vu…heureusement sa puérile arrogance commet tant de…fautes !

« C’est précisément un des éléments du succès de l’hégémonie culturelle du néolibéralisme que de savoir rendre invisibles nombre de ses préceptes et injonctions. » Il se cache afin d’être plus dictatorial que ce que nous avons jamais vu…heureusement sa puérile arrogance commet tant de…fautes !

«  Éloigner les députés des électeurs n’a visiblement rien produit de bon jusqu’à présent. Cette fois, la conséquence sera encore d’affaiblir les représentants du peuple et de les mettre un peu plus dans les mains des partis et, au bout du compte, rendre un peu plus puissante cette technostructure immuable, souvent pléthorique et presque systématiquement irresponsable qui, en réalité, gouverne derrière les ministres qui passent. Cette Constitution Macron donne un triste parfum de la victoire de la technostructure contre les représentants du peuple. » (Olivier Marleix, député LR, le 10 juillet 2018 dans l’Hémicycle).

« Éloigner les députés des électeurs n’a visiblement rien produit de bon jusqu’à présent. Cette fois, la conséquence sera encore d’affaiblir les représentants du peuple et de les mettre un peu plus dans les mains des partis et, au bout du compte, rendre un peu plus puissante cette technostructure immuable, souvent pléthorique et presque systématiquement irresponsable qui, en réalité, gouverne derrière les ministres qui passent. Cette Constitution Macron donne un triste parfum de la victoire de la technostructure contre les représentants du peuple. » (Olivier Marleix, député LR, le 10 juillet 2018 dans l’Hémicycle).

Et ce rapport provient de… l’OCDE soit « une culture de l’intégrité publique » ! LA CULTURE déontologique oui mais VUE PAR L’OCDE

Et ce rapport provient de… l’OCDE soit « une culture de l’intégrité publique » ! LA CULTURE déontologique oui mais VUE PAR L’OCDE

Détournement espagnol de la couverture de « La Cérémonie cannibale’, de Christian Salmon - 2 mai 2013

Détournement espagnol de la couverture de « La Cérémonie cannibale’, de Christian Salmon - 2 mai 2013

« Lutter contre la logique capitaliste, ce n’est pas seulement lutter contre la logique de l’extraction de la plus-value, c’est aussi lutter contre une logique conservatrice, ankylosée par le poids de son évidence, de son bon sens. » En gros, il va falloir qu’il montre sa grave folie avant que les grandes majorités l’expulsent de la société. Il est en très bonne voie pour !

« Lutter contre la logique capitaliste, ce n’est pas seulement lutter contre la logique de l’extraction de la plus-value, c’est aussi lutter contre une logique conservatrice, ankylosée par le poids de son évidence, de son bon sens. » En gros, il va falloir qu’il montre sa grave folie avant que les grandes majorités l’expulsent de la société. Il est en très bonne voie pour !

La politique masquée toujours à partir du moment où elle se prétend directe ?

La politique masquée toujours à partir du moment où elle se prétend directe ?

Eléments de langage : de la fabrication au démontage

6 éléments de langage de La République en Marche sur l'affaire Benalla ? Soit après matraquer les manifestants matraquer tout le monde avec des martèlements de simplismes. Limiter les vastes raisonnements à quelques répétitions vraiment…assommantes ! Soit un exercice de fausse pédagogie qui abrutit qui se voit soumis de l’endurer…comme il est dit ils répètent 6 mêmes phrases afin que l’accusé (ce gouvernement si minoritaire) en accusateur. Macron ne représente vraiment, et il le sait, que les 8,6 millions d’électeurs (sur 47,6 millions d’inscrits) qui ont porté leurs voix sur lui au 1er tour de la présidentielle. Je comprends qu’il puisse être frustré que 39 millions de français aient « oublié » de voter pour lui en avril 2017. Mais 16 % ce sera toujours moins que 84 %...même s’il fait comme si ce n’était pas vrai !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

said 23/04/2020 18:59

Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82

40g02lx5v2 02/01/2020 05:49

Softball bat received a number of associates, nevertheless nothing found an outstanding influence on the victory throughout Big apple as opposed to Lewis bros, Alfred Holly not to mention Bill Eugene.