Je vous vois mal en point !

Publié le par imagiter.over-blog.com

3712651424_d13cdababb.jpg1597367845_890c75b670.jpg

Je vous verrai mieux en virgule…ces procédés de basculements de la vision, de changements incarnés de niveaux mentaux, de circulations sensuelles entre les différentes zones du cerveau…etc demeurent intarissables. Tout ceci constitue "le filon inépuisable des mots" qu'un étrange individu s'est permis de diffamer en le décrétant "très épuisable", dans un ouvrage si intrus "Ecrire c'est vendre" ***…Vous vous rendez compte de la petitesse de vision: on n'écrit "que" pour chuter dans vendre. Vendre qui ? mais Oui ? vendre QUI ? Nous savons pour lui, en tout cas !!!

 

Pas que la bonté infinie des mots d'ailleurs, qu'il diffama. De moi, il s'est vanté que "c'est toujours aller voir derrière les choses et d'y dénicher les possibles découvertes" que ma méthode…Alors que c'est à peine l'ébauche d'une (ne pas se fier aux apparences, ne pas croire ce qu'on semble devenir si frénétique à vouloir vous faire gober !) parmi des dizaines et dizaines d'autres…Irait-il s'en excuser ?

 

Penser c'est savoir glisser de l'équivalent d'un espace- temps de pensée à un autre …c'est surplomber l'abyme, pratiquer des sauts dans tous les sens de nos "positions" corporelles, "relier ce qui semblait séparer" d'après Newton…Se "prononcer" soir s'articuler soi- même, pour affirmer son opinion. De tout son corps. C'est travailler tel traverser le travers de l'étrave qu'est ce clair travail. C'est s'agrandir toujours plus multi-disciplinaires…rester imbibé, sans cesse, que ni économie, ni psychologie, ni littérature, ni science, ni politique n'existent dans la réalité…puisque la réalité entremêle, mélange, enchevêtre, mixe, entrelace, tresse, tisse et métisse tout…que rien n'y peut être séparé, à part, étanche et imperméable…Or la plupart des esprits QUI NE VEULENT SURTOUT PAS APPRENDRE A PENSER font du réel le serviteur mécanique qui ne serait là "que" pour vérifier une thèse économique…

 

 Sans grandeur, ils ne semblent exister qu'en tentant d'effacer autrui…avouant que le "réel" et eux c'est le divorce unilatéral (de leur seul fait)…Puisque afin d'éprouver le réel il faut apprendre à devenir gigantesque !!!

 

Penser d'une façon linéaire ce n'est pas penser…mais trahir toute pensée. La chaîne des morphèmes établit un sens mais, uniquement, comme travail préalable de tracer le "champ du savoir" que vous voulez, ensuite, arpenter…Un exemple, le "profit"…vous saisissez le mot "concurrence" et ses dérivés proches concurrentiel, compétitif, etc.,  et…vous perdez toute faculté de penser…En nous, nous possédons autant de minéral, que de végétal ou d'animal: la pensée réellement dé- Ployée reflète les trois états…Si vous êtes "incarné" (circulez en vous jusqu'au bout du corps, pensez "avec" lui) vous franchissez , empli d'émotions et de sentiments (donc d'une abondance de sensations physiques) les espaces entre chaque concept…

 

Vous "savez" que vous commencer de com- Prendre (l'acte si maternel de prendre à l'intérieur de vous !) lorsque vous "mettez, avec aisance, à la place le l'autre"…Que vous savez tourner (oiseau en plein vol ou manège de toutes les facettes) toutes les thèses possibles dans votre sensualité nourrissante …Un "point" de vue c'est à la portée de tous les "éteigneurs mentaux" – détenir le cercle de tous les points de vue vous fait rejoindre le diamant à l'aigle et au baobab !!! C'est magique: votre corps en tressaute de gratitudes !!!

 

Donc la pensée linéaire "profit" = concurrence se PRIVE de tous ces circuits de vérifications, de contrôles, d'amplitudes, de fréquences ou de résonances – et "s'auto convainc" si facilement qu'il y a un "lien" entre eux…L'exact inverse de la phrase géniale de Newton "le génie c'est ce qui établit un lien nécessaire là où tous ne voit que du séparé", en somme… Ici, c'est le basculement du regard qui "voit de l'extérieur, puis les "sauts vers déplier l'éventail de toutes les conséquences d'un choix"…Et, nous obtenons que "le profit coûte infiniment plus cher que sa non recherche", qu'il "cause infiniment de dégâts que l'absence de profits", que ce n'est surtout pas un "structurant social mais un anti- social ferment nihiliste" et que "qui en use fanatiquement se montre psychiatrisable du fait de sa radicale incompétence aux autres"…

 

Voici qui nous écarte de la mécanicité (qui fuit tout débat, même tout dia-logue !) d'aligner des mots sans liens organiques. Profit agaga compétitif agagaagaga concurrence…Il y a des concurrences (sans émulations loyales) qui ne sont que gaspillages (juste au détriment de Toute la société !). Nul n'a parcouru (de son corps) ce que le capitalisme veut dire, tout l'espace qu'il "occupe", comment cela se passe si on lui enlève un de ses éléments "absooooluuumeent nécessaire", ce qui peut être mis à la place…En somme, des hypers spécialisations (grâce à un corps bien méticuleux et très joyeux) dans des approches multi-disciplinaires…C'est cela être aussi "proche que possible du réel"…

 

Sinon, vous sombrez dans des incohérences qui semblent tramer toute l'époque et qui peuvent faire de chaque action ("irréaliste !) une catastrophe…Ce que dans un blog j'ai nommé "tout le monde semble anarchiste mais de LA HIERARCHIE du réel"…Ainsi, cette suicidaire "guerre menée contre la Nature" (comme si n'étions pas, aussi, "la nature" !), ces vocables tous plus insensés les uns que les autres (l'environnement – comme si ce qui nous environne ne nous environne pas en fait, vu que nous SOMMES la même vie que cet environnement), etc…bref, tous ces efforts d'enfants paumés pour faire croire à UNE SEPARATION D'AVEC LA NATURE…il n'y en aucun, nous sommes la nature autant qu'elle est nous…A la seule différence que nous avons tant "besoin" d'elle et elle absolument pas de nous. Qu'en aucun nous ne lui survivrons tandis qu'elle très bien ! Aussi, lui faire une guerre c'est d'avance la perdre et TOUT perdre. Les traîtres à la réalité (la seule trahison qui ne détruise que les traîtres !) semblent tous massés eu sommet…

 

Voulant entraîner tout le monde dans le suicide collectif. De leur folie furieuse…

 

Heureusement qu'ils NE SAVENT PAS PENSER. Et que ça se voit de plus en plus !!!    

 

Profit compétitif – juste des enfantillages irresponsables, une manière puérile de ne pas présenter les faits et une cassement chez les "cancres" qu'il faut dessaisir de toute "décision pour la collectivité" …Clair ?

 

*** de François Coupry, ancien directeur de la Maison de l’écrivain – apparemment "sans filon", lui, et qui ne présentera jamais d'excuses pour avoir toujours eu tout faux !!!….

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est  nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

serge lemoigne 09/05/2014 21:44

Oups !